7 congressmen americains demandent au president Biden de lacher Ariel Henry

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Sept membres du Congres des Etats-Unis, <>, ont <> au president Joe Biden de retirer son soutien au Premier ministre de facto Ariel Henry et de permettre au peuple haitien, via un consensus large, de <>, dans une lettre datee du 17 mars dont le journal Le Nouvelliste a obtenu copie.

<>, peut-on lire dans cette correspondance qui se fend d’une exhortation au president democrate. Nous exhortons votre administration a permettre au peuple haitien de determiner son destin politique en soutenant le consensus entre les acteurs politiques, la societe civile, les secteurs religieux et prives pour creer une transition democratique dirigee par la societe civile >>, ont soutenu les signataires.

<>. Les sept parlementaires ont plus loin affirme qu’Ariel Henry <>.

Les signataires de cette lettre ont mis en avant le besoin de rupture avec certains aspects de la politique americaine ayant eu des effets nefastes pour Haiti. <>. <>, ont-ils estime, soulignant au passage qu’il y a un <> d’acteurs de la societe civile, du secteur prive, et d’organisations politiques <>.

<>, peut-on lire dans cette lettre des congressmen, affirmant que le soutien de l’administration au Dr Henry <>.

Le PM Henry n’a pas la legitimite pour organiser des elections

<>, ont soutenu ces elus americains.

Les elections sont necessaires mais pas suffisantes pour apporter la stabilite

<>, peut-on lire dans cette lettre.

<>, ont soutenu les signataires.

Assassinat du president Jovenel Moise, l’enquete n’a pas progresse

<>, selon la lettre de ces parlementaires qui demandent <> au president Joe Biden <> pour tenir le Congres informe de l’enquete, d’examiner et de divulguer de maniere approfondie tout role que des citoyens ou des organisations americaines auraient pu jouer dans l’assassinat, y compris tout individu ayant deja travaille comme informateur pour les Etats-Unis. >> Les parlementaires Sheila Cherfilus-McCormick (FL-20) Member, Hakeem Jeffries (NY-8) Val Demings (FL-10), Dwight Evans (PA-3), Andy Levin (MI-9), Yvette Clarke (NY-9), Mondaire Jones (NY-17) et Ayanna Pressley (MA-7) sont les signataires de cette lettre dont copie conforme a ete envoyee au secretaire d’Etat Antony Blinken.

Dans un article du Miami Herald sur la loi de finances des Etats-Unis qui a consacre un chapitre a Haiti, le representant du Michigan, Andy Levin, avait indique qu’il y a une impasse politique en Haiti. <>, avait declare le representant Andy Levin, D-Mich, en notant qu’il etait heureux de voir la loi sur Haiti adoptee dans le cadre du paquet omnibus, en particulier parce qu’elle etablit une ligne de base selon laquelle la politique americaine encourage “un dialogue politique large, inclusif et soutenu entre les differents acteurs en Haiti pour restaurer la legitimite et les institutions democratiques en Haiti >>.

Fervent partisan de l’accord de Montana, a ecrit la journaliste Jacqueline Charles dans cet article, Andy Levin avait declare que “pour remplir ce nouveau mandat de la politique americaine, les responsables de l’administration Biden devraient retirer leur soutien a Henry et commencer a soutenir un chemin vers la democratie veritablement inclusif et dirige par Haiti”.

Selon Sheila Cherfilus-McCormick, l’un des sept signataires, interrogee par l’agence Reuters, a indique que pour endiguer l’augmentation de la migration haitienne vers les Etats-Unis, il faudra se pencher sur la situation politique du pays, qui a ete bouleversee par l’assassinat du president Jovenel Moise en juillet dernier.

<>, a-t-elle declare lors d’une interview telephonique a Reuters.

Dans l’article du Miami Herald, Jacqueline Charles a indique que le departement d’Etat, qui a eu plusieurs entretiens avec M. Henry et des dirigeants civiques au cours des dernieres semaines, s’est defendu contre les critiques qui l’accusent de soutenir M. Henry plutot que la societe civile.

Le dernier rendez-vous entre des representants de l’accord de Montana/Pen avec le PM Arien Henry et des signataire de l’accord du 11 septembre, mi-fevrier, avait debouche sur un echec. Pour une question de ponctualite. Dans la presse, les deux camps se sont rejete le blame l’un sur l’autre.