8 juillet 1988. Henri Namphy tente de rejeter la Constitution de 1987

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Getting your Trinity Audio player ready…

Les éphémérides du jour : les fêtes nationales, les événements marquant l’histoire d’Haïti, les proverbes… l’agence en ligne Juno7 vous apporte un rafraîchissement de la mémoire.

Nous sommes le lundi 8 juillet 2024

Port-Au-Prince,Haiti.-8 juillet 1988. Le général Henri Namphy tente de rejeter dans son intégralité la Constitution de 1987Revenu au pouvoir à la suite du coup d’État contre le président Leslie Manigat, le général Henry Namphy a avancé que la Constitution de 1987 ne répondait pas aux aspirations du peuple parce qu’elle a été rédigée avec émotion dans un climat de passion. C’est pour cette raison qu’il a décidé de l’annuler. Cette décision donna suite à une série de protestations à travers le pays. Le 17 septembre suivant, le général et son gouvernement strictement militaire furent renvoyés par des soldats de la garde présidentielle.

8 juillet 1832. Incendie à Port-au-Prince

Un incendie éclaté à 2h PM chez un marchand qui habitait la rue de Quartier, aujourd’hui rue Monseigneur Guilloux, et dont la maison faisait face à la caserne des grenadiers de la Garde du président, a détruit sept îlets et plus de 300 maisons dont l’imprimerie du Gouvernement et la Chambre des Comptes.

8 juillet 1926. Décès de Sudre Dartiguenave

Président d’Haïti de 1915-1922, Il est le premier président de l’occupation américaine (1915-1934). Les forces américaines l’avaient choisi parce qu’il répondait à leurs attentes. En effet, il eut eu recours à la force brute des marines pour mater toute résistance (guerre contre les cacos) et faire taire toute protestation (loi martiale, loi contre la presse).

Sudre Dartiguenave est né le 6 avril 1862 à Anse à veau. Avocat de profession, il a été député sous le gouvernement de Tiresias Simon Sam et sénateur de la république en 1910. Il était encore président du Sénat quand les américains ont débarqués.

A lire aussi :

Le président du CPT demande de traduire en justice tous les complices de l’assassinat de Jovenel Moïse