Affaire Mo?se : Ce n’est pas toute la justice qui flanche

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les autorit?s judiciaires ont trouv? un nouveau juge d’instruction pour instruire le dossier du pr?sident Jovenel Mo?se. C’est le cinqui?me depuis l’assassinat odieux du pr?sident de la R?publique en sa demeure le 7 juillet 2021. Le pays esp?re que le cinqui?me sera le bon et le dernier sur ce dossier.

Le crime date de si longtemps et la justice est d’un tel silence que l’on se demande s’il n’existe pas un consensus pour que le pr?sident Mo?se rejoigne la grande cohorte des Ha?tiens ? qui aucune justice n’a jamais ?t? rendue depuis des lustres.

Une enqu?te, un proc?s, une proc?dure judiciaire qui va jusqu’? son terme est l’exception en Ha?ti. La norme est l’oubli. Le kase f?y kouvri sa.

Et pourtant, dans cette affaire Mo?se comme dans bien d’autres, les premiers juges de paix et greffiers d?p?ch?s sur place et la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont fait le travail pr?liminaire.

En d?bit des conditions de travail difficiles, les gr?ves, les entraves, les vols, les faiblesses de la formation, le d?sint?ressement et les d?fections, en d?pit de tout, le peu n?cessaire a ?t? fait.

Tout ce qui est dit jusqu’? pr?sent sur le d?roulement de la nuit du 7 juillet 2021 et sur les assassins pr?sum?s du pr?sident sont dans le proc?s-verbal du juge de paix et dans le rapport de la DCPJ. Il n’existe aucun autre ?l?ment fondateur.

Les arrestations et poursuites en Ha?ti, en Jama?que, aux ?tats-Unis d’Am?rique et en Turquie n’ont aucune autre base que le travail des premiers auxiliaires de la justice ha?tienne et des ?l?ments de la base de la magistrature.

Comme dans de nombreux autres cas c?l?bres, sit?t l’?tape du constat et de l’enqu?te pass?e, la justice patine, se perd en chemin, noie les preuves, est incapable de mener l’instruction.

Il y a un premier travail qui a ?t? fait et des exploits ont ?t? accomplis par le juge de paix et la DCPJ. Le reste, la machine judiciaire et les orientations politiques n’ont pas suivi.

Ha?ti restera encore longtemps le pays de l’impunit? tant que la volont? politique sera absente et tant que la justice n’aura pas un minimum d’autonomie pour traiter des affaires sensibles, des grosses affaires et des affaires d’?tat.

Les petites mains, au bas de l’?chelle, font leur travail, nous devons le reconna?tre. Il est temps que le sommet de l’?tat se mette au diapason. Le 7 juillet 2022, cela fera une ann?e que le pr?sident de la R?publique a ?t? assassin? chez lui et un an depuis que le besoin de justice s’?touffe dans des tiroirs.