Affrontements entre gangs, la police <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Deux semaines depuis que les affrontements entre le gang <> et celui denomme <> battent leur plein dans la plaine du Cul-de-Sac. Malgre les annonces de la PNH au sujet des operations menees en plaine au debut de la semaine pour reprendre le controle de la situation, le calme tarde a s’installer. les riverains continuent a deserter leurs habitats. <>, a denonce Gesner Morlant, intervenant a la matinale de Magik 9. L’arsenal des policiers n’est pas proportionnel a celui des bandits a, rappele le porte-parole du SYNAPOHA. <>, a rapporte le policier, qui a fait savoir qu’un <>. Selon Gesner Morlant, la base de la Brigade d’intervention motorisee (BIM), situee a Clercine, et le commissariat de Tabarre qui sont non loin de la zone d’affrontement entre les gangs ne sont jamais renforces alors qu’ils sont constamment sous menace d’attaques des bandits. Quant a l’entrainement regulier des policiers, <>, a revele M. Morlant.

Gesner Morlant s’est interroge sur la volonte des autorites a resoudre le probleme de l’insecurite. Il croit que la situation securitaire de la plaine du Cul-de-Sac ne se serait pas aussi degradee, si elles avaient pris en compte les recommandations que le syndicat avait l’habitude de faire. M. Morlant a declare ne pas comprendre la strategie du haut commandement de la PNH dans la lutte contre les gangs, avancant que les <> alors que <>, intervient par intermittence. <>, a deplore le porte-parole du SYNAPOHA.

Les policiers ne sont pas exempts des consequences de la guerre des gangs dans la Plaine du Cul-de-Sac. <>, a informe Gesner Morlant, qui pourtant a signale la volonte des policiers de faire front contre l’insecurite. <>, a-t-il affirme.

Joint par Le Nouvelliste, le porte-parole de la Police nationale d’Haiti, Garry Desrosiers, a confirme l’intervention de la PNH pour repousser les bandits. <>, a detaille le porte-parole.