Argentine: retour sur les élèves du lycée français Jean Mermoz qui ont interprété “Dyaman nan bidonvil” de Zafem

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Argentine: retour avec le professeur Élie Séjour sur les élèves du lycée français Jean Mermoz qui ont interprété “Dyaman nan bidonvil” du groupe Zafem.

Le groupe Zafem sera pour la première fois dans la capitale haïtienne afin d’offrir à ses fans deux spectacles les 24 et 25 décembre à Henfrasa et au Centre de Convention El Rancho. À cette occasion, la rédaction de Juno7 a réalisé une interview avec le professeur haïtien Élie Séjour qui avait guidé un groupe de 24 élèves de CE1 du lycée français Jean Mermoz à Buenos Aires en Argentine dans l’interprétation du morceau “Dyaman nan bidonvil” de la formation musicale emmenée par Dener Ceide et Reginald Cangé. Le professeur de français a apporté des précisions sur cette initiative réalisée lors d’un grand spectacle multilingue visant à clôturer l’année 2023 et fêter avec leurs parents en 4 langues dont le créole.

En effet, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, les élèves du lycée français Jean Mermoz ont interprété la musique de Zafem lors d’un grand spectacle multilingue pour clôturer l’année 2023 et fêter avec leurs parents en 4 langues. “Il faut que je précise que travailler une chanson ou un texte en créole me semblait un peu dur mais l’une de mes conseillères pédagogiques a insisté au commencement de l’année pour que je le fasse. Les parents aussi m’ont beaucoup sollicité pour leur parler de l’histoire d’Haïti chaque fois qu’il y avait une date importante chez nous comme le 18 mai par exemple”, a déclaré le professeur Élie Séjour pour montrer d’où est venue cette idée.

Le professeur haïtien est revenu sur les préparatifs qui ont abouti jusqu’à l’interprétation de ce morceau. “Les séances de répétition ont été préparées en amont”, a-t-il dit. “En premier lieu, ils ont découvert la chanson que j’avais choisie et ensuite j’ai voulu aussi qu’ils la valident. On a lu un livre pour travailler les 5 sens cette année dont j’ai relié pour savoir qu’est-ce qu’ils ont ressenti et vu.

Après la découverte, j’ai fait la présentation des artistes de Zafem, un peu de leur histoire et aussi j’ai contextualisé la chanson dans l’album, l’année, le rythme compas et son histoire, la signification de LAS etc… Jusque là on est sur la présentation, pour poursuivre, on a ensuite travaillé le lexique des instruments et les voir en image pour bien comprendre de quoi s’en servent les artistes haïtiens pour produire une musique compas. Après avoir tout expliqué et mis en contexte, ils s’étaient déjà familiarisés avec le refrain même s’ils n’avaient pas encore compris”, a-t-il détaillé.

Pour atteindre l’objectif, le travail n’a pas été facile lorsqu’on entend parler le professeur Élie Séjour qui a mis tout son temps pour permettre à ses élèves de réaliser à merveille cette interprétation. “Du mois d’août jusqu’au mois de décembre, on a fait environ 20 séances de 45 minutes. D’abord, on a travaillé l’introduction et le refrain ensemble plus la prononciation des mots, lorsqu’ils ont été acquis, j’ai commencé à personnaliser des parties pour chacun de mes 24 élèves. Et là, le travail a été dur puisque je préparais le spectacle et parallèlement on maintient le rythme des contenus du programme”,a-t-il souligné.

Lorsqu’on a demandé à Élie Séjour qu’est ce qu’il a ressenti en tant que compatriote haïtien de voir des étrangers en train d’interpréter une musique haïtienne, il a répondu qu’il est quelqu’un de sensible avant de préciser: “J’avais peur que des émotions ne m’envahissent ce jour-là. Mais ayant l’assistance dont les familles et des membres de la direction en face, j’étais beaucoup plus concentré sur ce qu’il fallait faire et les guider en ce moment. Les parents ont été trop contents, les enfants qui avaient vu ce qu’ils avaient fait et toute l’équipe de la direction y compris la cheffe principale de l’établissement.”

Le professeur natif de Pétion-ville a aussi souligné qu’il leur a enseigné à se présenter en créole, à formuler des phrases basiques en utilisant les pronoms personnels en créole pendant l’année. Mais ça a été la toute première chanson travaillée, a indiqué Élie Séjour qui a l’habitude d’organiser des évènements culturels pour promouvoir la culture haïtienne. “J’ai fait une émission qui s’appelle Afroshow en espagnol pour aider à visibiliser les talents afro en Argentine”, a-t-il ajouté.

Après cette interprétation, il était convenu que les élèves allaient rencontrer par visioconférence les deux artistes du groupe Zafem mais malheureusement à cause du temps cela n’a pas marché. “On avait prévu une rencontre visio qui n’a pas pu avoir lieu malheureusement car c’était difficile de trouver un créneau sur mon emploi du temps qui correspond à la disponibilité des artistes. Ils m’ont laissé sans souffle jusqu’à la fin de l’année pour en parler et poser des questions à leurs artistes”, a-t-il expliqué.

Détails sur le professeur Élie Séjour

Élie Séjour vient de Laboule 12, Pétion-ville, là où il est resté jusqu’à ses 20 ans avant de voyager en Argentine en 2014. Il a étudié le journalisme en Argentine à CEDEBA (Centro de estudio de Buenos Aires). Il a aussi travaillé dans l’hôtellerie.

Passionné de langues, il parle l’anglais, l’espagnol et le portugais. Il est professeur de français habilité par l’Etat argentin après avoir passé un examen qui lui permet de donner des cours. Il travaille dans le système français des écoles françaises à l’étranger, à l’alliance française et dans des écoles publiques argentines.

Élie Séjour invite le peuple haïtien à ne pas cesser d’y croire qu’une Haïti meilleure est possible. “Nous avons un beau pays et une culture très riche qu’il faut exploiter, que la société en général doit protéger, aimer et guider les enfants pour un avenir plus exceptionnel”, a-t-il conclu.

A lire aussi :

Arrestation d’un policier pour meurtre à Bon Repos