Ariel Henry, Haiti et la guerre en Ukraine

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

La guerre en Ukraine, menee par la Russie, passe le cap du premier mois.

A ce stade des combats, difficile de faire des previsions. Qui sortira vainqueur du conflit ? Personne ne peut le predire, ce 25 mars.

Quand la paix sera-t-elle signee ? On l’ignore ?

Comment sera le monde a l’issue des hostilites ? Trop tot pour le dire.

Ce qui est certain pour l’instant, les batailles ont des consequences sur la vie de millions de gens. Les engages dans les affrontements, les blesses, ceux qui fuient, ceux qui risquent leur vie, ceux qui ont deja laisse leur peau dans un bombardement ou qui ont ete fauches par une balle. Tous, sont au coeur des tourments.

Il y a aussi des millions de refugies eparpilles sur les routes qui cherchent un abri sur.

Enfin, il y a ceux qui, sans etre pres du theatre des operations, subissent les consequences du veritable choc des blocs qui embrase le monde.

Haiti fait partie des pays victimes des dommages collateraux de ce qui peut se transformer a n’importe quel moment en troisieme guerre mondiale.

Pour nous, les consequences de la guerre sont economiques. Les prix grimpent et nous payons la facture de rivalites et d’appetits qui ne nous concernent pas.

Pami diri ti woch goute gres a deux sens. La petite pierre peut se melanger au riz et gouter a de l’huile d’olive lors d’une cuisson agreable ou tomber dans de l’huile de ricin et finir, riz et petite pierre, dans une desagreable mixture.

Avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine, Ayiti ap fri nan lwil palma kristi.

Le premier ministre Ariel Henry a cru necessaire de lancer vendredi dernier un appel public a ses ministres pour qu’ils reflechissent sur les impacts que peut avoir ce conflit sur l’economie du pays.

<>, a annonce le chef de la Primature.

Malheureusement, le message du chef du gouvernement n’avait ni le ton ni les mots d’un discours a la Volodymyr Zelensky. La population n’a pas l’air de s’inquieter. On se demande meme si les ministres ont ecoute ou entendu leur chef.