Attaque contre le sous-commissariat de Bon Repos: le Synapoha a dévoilé les noms des 4 policiers tués par des bandits

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Attaque contre le sous-commissariat de Bon Repos: le Syndicat National des Policiers Haïtiens a dévoilé les noms des 4 policiers tués par des bandits.

Le Syndicat National des Policiers Haïtiens a confirmé la mort de quatre policiers lors d’une attaque armée orchestrée le jeudi 29 février par des gangs contre le commissariat de Bon Repos. Trois autres agents de la PNH sont sortis blessés. Ces actions ont eu lieu après que des hommes armés ont foulé le macadam de la région métropolitaine de Port-au-Prince et ont terrorisé la population.

En effet, les policiers victimes sont Marion junior, 14e promotion, inspecteur principal; Pierre Luciana, 26e promotion, agent 2; Jean Baptiste Guilliamson, 31e promotion, agent 1 et Pautrace Resula, 32e promotion, agent 1.

Le SYNAPOHA a récemment exigé à la PNH par le biais de son service médical d’entamer un processus afin que les policiers puissent suivre des psychologues. D’après le constat du syndicat, le moral des policiers est affecté à cause de la situation chaotique du pays.

Les policiers subissent souvent la loi des gangs armés dans les commissariats. À rappeler que des bandits armés avaient attaqué à trois reprises le mercredi 25 janvier 2023, le commissariat de Liancourt causant la mort de six policiers. Ces agents tués répondaient aux noms de Louis Kether (Commissariat des Gonaïves), Badin Makes( UDMO de Saint-Marc, Détachement Moreau peigne), Innocent Donaldson (UDMO des Gonaïves, Détachement Liancourt), Norabert Aurelus(UDMO des Gonaïves), Felix James Junior (UDMO de Saint-Marc, Détachement Liancourt) et Camille Pierre (UDMO des Gonaïves). Un autre policier était sorti blessé et a été hospitalisé, il s’agit de Mesadieu Osny, un agent de l’UDMO de Saint-Marc détaché au commissariat de Liancourt.

A lire aussi :

1er mars 2022 : Ariel Henry rencontre le Président de Suriname, Chandrikapersad Santokhi pour discuter entre autres de la crise sécuritaire