Au commencement etait la forge pour Bruno Ricoeur de Noailles

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Au commencement etait le verbe ? Non. Pour Bruno Ricoeur, au commencement etait la forge. Il est heritier de l’une des plus anciennes forges du pays. Cette annee, Bruno Ricoeur participe a Artisanat en fete. Passionne, rude travailleur, 58 ans, il vit comme un vieux sage dans le village artistique de Noailles a Croix-des-Bouquets.

Bruno reprend a son compte la sagesse des anciens pour souligner : <>

Installe dans sa ”bitasyon” donnant sur un magnifique jardin, Bruno Ricoeur, forgeron de son etat, met sa forge au service de plusieurs artisans de Noailles. Quand on a besoin d’assembler des pieces de metal ou quelques objets reclamant du feu, de la forge, on s’oriente vers Ricoeur.

<> a declare Ricoeur au Nouvelliste.

Ricoeur offre a premiere vue l’image d’une bonne personne. Bon comme le pain. Il aime raconter des histoires de sa forge. Quand il part dans une lodyans, il se laisse emporter par ses souvenirs.. Quand il parle, Bruno manie des paraboles, le visage marque par la quietude et le plaisir. Sa forge a une histoire, elle remonte au temps de son arriere-arriere-grand-pere. Il nous apprend que cette forge a recu son bapteme de feu le 2 fevrier 1802. La forge et sa residence ne font qu’un. L’artisan travaille chez lui et ne vit que pour son art. <>, a lance Bruno. Son atelier est une caverne d’Alibaba de pieces ou transpirent les souvenirs des temps anciens.

<>, a-t-il tranche.

En cherchant du cote de l’enfance, on decouvre un garcon ne a Croix-des-Bouquets d’un pere forgeron et d’une mere commercante. Bruno etait un enfant qui, tres tot, manifestait un talent pour la forge, a la grande fierte de ses parents. Il sera le seul de sa famille a pratiquer cet art.

Depuis quelques mois, son atelier bourdonne d’activites. Ici et la des pieces travaillees avec patience qu’il s’apprete a exposer. Ce sont de grandes croix, des emplacements de bougies, des chevaux en fer. Il faut s’approcher pour dialoguer avec l’oeuvre de l’artisan.