Au moins 20 civils tues dans la guerre des gangs en plaine du Cul-de-Sac

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Assassinat, incendie de maisons, viol de femmes et de filles… les bandits ne lesinent sur aucun acte de terreur pour arriver a leurs fins. <>, a rapporte au Nouvelliste Lucien, un resident des zones touchees par la guerre des gangs.

<>, a-t-il confie.

Elles sont en effet plusieurs dizaines de familles qui se sont refugiees sur une place publique et des quartiers adjacents non loin des zones de conflit pour echapper a la fureur des gangs. D’autres sont pris au piege chez eux et ne peuvent pas fuir.

<>, se plaint une jeune femme joint au telephone par Le Nouvelliste.

<>, informe un resident de Butte Boyer, l’un des quartiers les plus affectes dans la plaine du Cul-de-Sac.

Selon un premier bilan de la Protection civile, au moins 20 civils ont ete tues entre le 24 et le 26 avril, dont une famille de 8 personnes, 3 jeunes femmes et 3 enfants. En date du 26 avril, a-t-elle ajoute, Medecins sans frontieres a deja admis 22 blesses dans leur hopital a Tabarre. <>, a explique la Protection civile.

<>, a detaille la Protection civile dans son rapport.

Les entreprises, les commerces et les ecoles des zones affectees ont tous ferme leurs portes. La Protection civile souligne que le conflit pourrait s’intensifier au cours des prochains jours et provoquer de nouvelles victimes parmi les populations ainsi que des mouvements de population additionnels. <>, a fait remarquer la Protection civile.

<>, selon le rapport.

Selon la Protection civile, plusieurs centaines de personnes se sont deplacees entre le 24 et le 27 avril des quartiers de Butte Boyer, Croix-des-Missions, Marecage et Mapou. Ces personnes se trouvent majoritairement en familles d’accueil, alors que quelques dizaines ont ete vues sur des sites spontanes situes a la place Clercine, Mairie de Tabarre, Radio Commerce (Sarthe), l’eglise adventiste, village Ti Baka (Butte Boyer) et la place Hugo Chavez (route de Mais Gate).

Pour le moment, les forces de l’ordre ne tentent pas encore de reprendre le controle de la plaine du Cul-de-Sac. Ni la police ni le gouvernement n’ont encore communique a propos de cette conjoncture dans les zones affectees par la guerre des gangs. La situation est demeuree encore tres tendue ce 27 avril…

Il faut souligner que depuis le 1er juin 2021, les autorites avaient deja perdu le controle de la route nationale numero 2 qui relie Port-au-Prince a quatre departements sur dix du pays. La guerre des gangs dans cette zone avait force l’organisation humanitaire Medecins sans frontieres a abandonner son centre de prise en charge sanitaire.

Avec ce nouveau conflit arme dans la plaine du Cul-de-Sac, les autorites haitiennes sont en train de perdre aussi le controle de la route nationale numero 1 qui relie la capitale aux departements du Nord, du Nord’Ouest, du Nord’Est et de l’Artibonite.