Au moins deux enfants tués par balle à Port-au-Prince selon l’UNICEF

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Au moins deux enfants ont été tués par balle à Port-au-Prince selon le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Un communiqué en date du 13 février 2024 du Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (UNICEF) informe qu’au moins deux enfants ont été tués par balle alors qu’ils fuyaient les violences dans les zones contrôlées par des groupes armés au centre-ville de Port-au-Prince au cours du week-end, de nombreux autres enfants auraient été blessés.

Le représentant de l’UNICEF en Haïti, Bruno Maes de son côté a souligné que les conditions sur le terrain restent extrêmement dangereuses pour les enfants. Les terrains de jeux, les écoles et les maisons sont devenus des zones de guerre dans de nombreux quartiers de la ville. “J’ai personnellement vu une enfant de huit ans être blessée par balle il y a quelques jours alors qu’elle jouait dans la cour de sa maison. Heureusement, elle a été sauvée à temps à l’hôpital grâce au soutien de nos partenaires.” souligne-t-il en précisant que ces incidents sont devenus une réalité quotidienne, et beaucoup n’ont pas accès ou n’ont pas les moyens d’obtenir de l’aide à temps.

Bruno Maes a souligné que selon les dernières données de ses partenaires, au moins 167 garçons et filles ont été tués ou blessés par balles en 2023. Il informe que certains quartiers sont devenus un enfer pour les enfants, a violence s’est intensifiée à un rythme rapide depuis le début de l’année dans ces quartiers, et des hôpitaux ont de nouveau dû évacuer leurs patients, y compris des nouveau-nés, par peur d’être attaqués par les groupes armés.

“Au cours de la semaine dernière (depuis le 5 février), plusieurs attaques ont eu lieu à Port-au-Prince, notamment à La Saline, dans les communes de Carrefour, Cité Soleil et Tabarre, entraînant le déplacement de plus de 2 600 personnes. La plupart d’entre eux ont trouvé refuge dans les communautés d’accueil.”lit-on dans le communiqué de l’UNICEF.

Hormis les cas de violences armées, le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance souligne que selon les données recueillies auprès des acteurs de la Protection de l’Enfance et des Violences Basées sur le Genre, 2 701 cas de violences sexuelles ont été signalés entre janvier et novembre de l’année dernière, dont 1 895 impliquaient des enfants. Il précise que la montée de la violence armée à travers Haïti a déclenché une profonde crise humanitaire, avec le nombre d’enfants déplacés internes atteignant 170 000.

En raison de l’escalade de la violence, de la malnutrition, de la résurgence du choléra et de l’effondrement des services de base, l’UNICEF estime que trois millions d’enfants à travers Haïti auront besoin d’une aide humanitaire et plus d’un tiers d’entre eux ont un besoin urgent de protection, et ce nombre devrait augmenter si les conditions se détériorent. Et pour apporter une réponse efficace aux besoins humanitaires en Haïti, l’UNICEF demande 221,7 millions de dollars pour 2024.

À lire aussi :

Alarmé par la situation du pays, le curé de la paroisse de Sarthe fond en larmes devant ses fidèles