Au nom de Jacques Stephen Alexis

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ce jeudi deuxi?me jour de juin, branle-bas au coll?ge La Jach?re ; l’auditorium s’est endimanch?, la mise en rang s’effectue ? la h?te, les profs pr?sents ont l’air plus <>, les potaches du 3e cycle fondamental regardent avec envie les grands du nouveau secondaire, ceux de la terminale, comme d’habitude, roulent des m?caniques : on attend un visiteur ! Qui ?a ? Un enseignant para?t-il. Un professeur de litt?rature ; il est ?crivain, dit-on. Ah oui ! Connais pas et puis que nous veut-il ? Je suis s?r qu’on va encore nous demander des r?sum?s. A chaque fois c’est pareil. Para?t-il que ?a a rapport ? Jacques Stephen Alexis. Eh oui, il n’y en a que pour lui ces jours-ci ! Para?t-il que… Chut ! Il arrive.

8h, une centaine de scolaires aux regards inquisiteurs saluent courtoisement le conf?rencier. Widly s’installe, d?contract?. Il est dans sa salle de classe et d?roule. Le professeur en habit de lumi?re explique, cite, conquiert et bien vite la magie de l’intercommunication, les questions fusent et le conf?rencier se pr?te au jeu.

Oui, il est mort jeune,

Oui, Duvalier l’a fait assassiner,

Non, son passage ? Cuba c’?tait autre chose, la Ni?a Estrellita – Comment ? La prostitution…

L’heure a pass? trop vite ; il reste peu de temps pour les photos.

Car un prof, ce n’est pas seulement la transmission des connaissances, il y a aussi les contraintes…

Etre p?dagogue, mais surtout ?tre psycho-p?dagogue.

Comprendre, toujours comprendre…

Comprendre les adultes qui, New York Times aidant, rejouent une version ?dulcor?e de G.N.B Vs Lavalas.

Inviter les jeunes ? transcender l’espace d’un temps tr?s court la bataille plus noble d’un Real/ Liverpool pour comprendre, toujours comprendre qu’en dehors des cons-patriotes qui n’en finissent pas de trahir Ha?ti, il existe en gestation des Jacques Stephen Alexis, qui un jour de plein soleil r?inventeront un autre Comp?re G?n?ral, un autre Jacques, plut?t pr?nomm? Jean-Jacques celui-l?, oui, vous l’avez bien compris Jean-Jacques Dessalines pour le rendez-vous avec l’histoire l’espace d’un temps pas trop lointain, quelques jours, quelques mois, quelques ann?es ou simplement, l’Espace d’un cillement.

Bravo et merci Widly JEAN ! Tu as jou? et gagn? mon vieux. Echec et mat !

Regarde du c?t? gauche

L’ombre de notre vieux Comp?re enlace la Ni?a Estrellita et danse au son d’un superbe orchestre, celui des Arbres musiciens.