Bilan mitige pour la COP26 de Glasgow, presentee comme la COP de la derniere chance

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

La COP26 s’est refermee le samedi 13 novembre dans la plus grande ville d’Ecosse, Glasgow, avec l’annonce notamment de nouveaux accords, de nouvelles declarations et de nouveaux objectifs. Apres deux semaines de negociations, les differentes parties se sont quittees sur un bilan mitige tant la COP26 en elle-meme et le Pacte de Glasgow ne se hissaient pas a la hauteur des progres attendus dans la lutte contre le rechauffement climatique a travers la planete.

Presentee presque unanimement comme etant la COP de la derniere chance appelee a inverser l’aggravation de la crise climatique, la COP26 s’est deroulee dans des contextes scientifique et politico-economique particuliers, et les negociations autour du futur des actions climatiques internationales ont pris place a Glasgow sur fond du retour officiel des Etats-Unis dans l’Accord de Paris.

Il s’agissait aussi de la premiere conference climatique internationale accueillie par le Royaume-Uni depuis le Brexit, et qui a reuni de nombreux dirigeants politiques et economiques ayant fait le deplacement en terre ecossaise afin d’y mener les negociations en presentiel. Une premiere depuis l’apparition de la pandemie de coronavirus.

<>, a souligne le Dr Kenel Delusca, expert haitien ayant contribue a la publication en aout dernier du 6e rapport d’evaluation du groupe de travail # 1 du GIEC qui tire la sonnette d’alarme sur l’urgence d’agir a court terme afin de maintenir la planete sur la trajectoire du 1,5?C et d’eviter ainsi les scenarios des consequences negatives sans precedent, notamment dans les pays en developpement.

Les attentes des pays en developpement, a poursuivi le Dr Delusca, president du Groupe d’experts des pays les moins avances, portaient notamment sur le respect des engagements financiers des pays developpes dus depuis 2020, l’identification de voies claires a suivre pour l’etablissement d’un nouvel engagement financier d’ici 2025, le rehaussement du profil d’adaptation afin d’arriver a un equilibre avec l’attenuation, une meilleure solidarite pour les pertes et prejudices, y compris un mecanisme financier, la resolution de la question des marches et l’achevement des travaux sur le recueil des regles pour la mise en oeuvre integrale de l’Accord de Paris.

Si au cours de cette COP26 des annonces inedites ont ete effectuees, notamment sur la deforestation et la reduction progressive des subventions aux combustibles fossiles, force est de constater, au regard des trois declarations du Pacte de Glasgow, que les resultats obtenus demeurent tres mitiges.

C’est le principal enseignement que retient le chef de la delegation haitienne a cette COP26, le ministre James Cadet, dont le discours a ete tres bien accueilli au cours du segment de haut niveau. Le ministre haitien de l’Environnement a en effet plaide pour le financement des projets d’adaptation au profit des Etats vulnerables, les questions liees a la justice climatique et a fait le lien entre le changement climatique et les troubles geopolitiques et sociaux, en tant qu’amplificateur des inegalites.

Le Dr Kenel Delusca, de son cote, note ce bilan plus que mitige de la COP26, et deplore que <>.

<>, s’est desole le Dr Delusca, directeur associe de la firme UNITE Caribbean, pointant du doigt la deconnexion exageree entre la science et la politique. A en croire l’expert haitien, cette COP26, pour Haiti, confirme clairement l’ecart grandissant entre les priorites des pays developpes et celles des pays en developpement.

<>, a indique le Dr Delusca qui, loin de remettre en question le multilateralisme, en appelle de toutes ses forces a une nouvelle classe de dirigeants au niveau mondial.

Par ailleurs, la delegation haitienne a pris part aux negociations a travers les differents groupes auxquels le pays appartient, a savoir le Groupe des pays les moins avances (LDC) le G77+Chine et l’Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS). Le ministre Cadet a eu des rencontres avec plusieurs partenaires techniques et regionaux, tels que le Fonds d’adaptation, le Fonds Vert et 5Cs, desireux d’aider Haiti dans l’implementation de son processus PNA et a obtenir du financement pour la mise en oeuvre de projets en ce sens.

La delegation haitienne etait composee de 16 membres au total, qui incluent le support technique et logistique de trois membres de la representation diplomatique de la Republique d’Haiti au Royaume-Uni, dont l’ambassadeur Euvrard St Armand.

Que retenir du pacte de Glasgow ?

En resume : le Pacte de Glasgow accelere le suivi des ambitions climatiques, et remet l’objectif de 1.5 degre sur la table. Autre point positif : le Pacte reconnait le besoin de proteger, conserver et restaurer la nature et les ecosystemes, notamment les forets et les autres ecosystemes terrestres et marins. Les negociations ont aussi accouche d’un accord sur le methane, deuxieme gaz a effet de serre le plus important. Pres de 80 pays se sont engages a reduire d’au moins 30% de leurs emissions de methane, alors qu’il n’existait pas d’objectif clair pour ce gaz. La part du financement allouee a l’adaptation au rechauffement climatique a ete reevaluee a la hausse, sur demande des pays en developpement et du G77.

Toutefois le pacte de Glasgow renferme certaines annonces decevantes a bien des egards, notamment celles concernant les energies fossiles. Le gaz et le carburant ne sont pas mentionnes dans le document, alors qu’ils representent la majorite de l’energie consommee dans le monde, et qu’ils contribuent tres largement au rechauffement climatique.