Blackout, la traversee sera longue

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

La solution au probleme du blackout n’est pas pour demain. Le directeur general de l’EDH y voit du noir. Il ne peut promettre aucune amelioration dans la desserte de l’energie electrique pas avant la realisation des travaux d’envergure au sein de l’EDH. Plusieurs centrales sont a l’arret. D’autres sont vandalisees et a Peligre une seule turbine fonctionne. La situation est extremement difficile. La compagnie publique n’arrive pas a s’approvisionner en carburant pour le fonctionnement de plusieurs moteurs fonctionnant au diesel. Le service de facturation n’est pas efficace. Le taux ne depasse pas les 50% et le recouvrement suit la meme tendance.

Ainsi, tout s’accorde pour que le noir s’installe dans les maisons haitiennes. Avec les 41 megawatts disponibles, l’EDH se demene pour alimenter les zones commerciales au cours de la journee, mais non sans peine. Il y a certains circuits, explique M. Morose, qui demande une attention particuliere. L’on est oblige de faire une rotation strategique. Ce qui porte les autorites a privilegier les zones residentielles la nuit. La encore, certaines zones ne sont alimentees qu’une fois parfois.

Les centrales de Carrefour ne sont pas en etat de fonctionner. Certains groupes sont fortement endommages. A en croire le DG, il n’y a pas lieu de parler de reparation pour certains moteurs. Leur reparation couterait a l’Etat, fait-il savoir, plus qu’un nouveau moteur. <>, soutient le responsable qui est a son troisieme pige au sein de cette institution publique. La nouvelle facon de faire, croit-il, est de ne plus avoir recours a certains moteurs. <>, ajoute-t-il.

Dans ce cas, Jean Eroll Morose affirme qu’il ne veut pas rater, peut-etre sa seule opportunite de revitaliser l’EDH. Il opte alors pour des travaux definitifs. A Carrefour 1 le responsable croit qu’il faut des travaux en profondeur. Il parle de 25 millions de dollars pour remettre en marche cette centrale. << Il y a des vilebrequins a reparer et des groupes entiers a remplacer, il faut a tout prix des investissements importants si l'on veut rentabiliser l'institution et mieux desservir la population.

La situation n’est pas si differente dans les autres centrales de Carrefour et de Varreaux. Dans certains cas, les appareils sont anciens et l’on ne produit plus des pieces de rechange pour ces moteurs. Il y a des fournisseurs qui n’existent plus. Ce qui porte les techniciens a <> le materiel en enlevant des pieces de certains moteurs pour en reparer d’autres.

Mais tout n’est pas perdu. L’on continue avec les inventaires au niveau de l’institution. Le directeur general assure qu’il y a des techniciens de haut niveau au sein de l’EDH, et ces derniers sont en mesure de reparer certains appareils grandement endommages. <>, precise-t-il. Ce qui explique que le probleme de black-out subsistera encore longtemps. Meme apres la reparation de ces moteurs, il sera tres difficile de les faire fonctionner.

S’approvisionner en carburant est un probleme majeur. L’EDH vend a credit et les clients, pour une raison ou une autre, ont du mal a s’acquitter de leurs dettes envers l’institution. Le directeur general compte, a cet effet, sur les compteurs prepayes pour trouver des fonds pour se reapprovisionner en carburant.

Le voeu du directeur general de l’EDH, Jean Eroll Morose, est que l’institution qu’il dirige parvienne a desservir adequatement l’ensemble de la population. Mais l’on est tres loin du compte. Entre un service de recouvrement approximatif, un service de facturation dysfonctionnel et des groupes inaptes a fonctionner, les difficultes de l’EDH sont enormes. Mais il n’est pas question de continuer a proceder de la meme maniere. On ne peut pas reparer tous les moteurs. Certains d’entre eux ne peuvent plus fonctionner. Il faut les remplacer. Le responsable assure qu’il a presente au gouvernement un programme a suivre et un ensemble d’activites a entreprendre pour viabiliser l’EDH et mieux alimenter la population d’ici a la fin de l’annee. Dans certains cas, reparer un groupe coute beaucoup plus cher qu’une centrale neuve.