CARDH : degradation acceleree des conditions de vie suite a l’assassinat de Jovenel Moise

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Avec des chiffres a l’appui, le CARDH decortique la situation socioeconomique de la population depuis l’assassinat du president Jovenel Moise, le 7 juillet 2021. Le CARDH dresse un panorama de la cherte de la vie ou les prix des produits de consommation, qui ont considerablement augmente, compliquent davantage la situation socioeconomique precaire des couches les plus vulnerables.

Les prix des produits de premiere necessite explosent sur le marche. <>, peut-on lire dans le rapport publie le 9 mars.

Suivant ce rapport, citant les chiffres de l’Institut haitien de statistique et d’informatique (IHSI), l’inflation a atteint 24.6 contre19,7 % en octobre 2021. Quant a l’insecurite alimentaire, elle est galopante. <>, poursuit le rapport du CARDH.

Selon le CARDH, les conditions socioeconomiques de la population haitienne vont se degrader davantage. Le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme dit noter par ailleurs que la nouvelle crise politique engendree par l’assassinat du president Jovenel Moise le 7 juillet 2021, provoquant un vide au plus haut niveau de l’Etat, n’est toujours pas resolue, malgre plusieurs initiatives locales pour inciter les protagonistes a trouver une solution consensuelle.

L’insecurite corse l’addition

Le kidnapping est aujourd’hui le premier probleme auquel est confronte la population, mais la degradation acceleree de ses conditions de vie est aussi un fleau qui la frappe de plein fouet, relate plus loin le CARDH dans son rapport.

Les hostilites entre des gangs dans la region metropolitaine ont provoque environ 10 000 deplaces, dont 2 000 a Martissant, et un besoin d’assistance humanitaire pour 60 000 personnes, ajoute l’organisme de droits humains, signalant que du 1er au 6 juin 2021, les hostilites entre les gangs de Grand-Ravin, de Ti Bwa et de Village-de-Dieu ont fait plus d’une soixantaine de morts, dont une cinquantaine le 3 juin. Martissant et ses environs, bas Delmas, centre-ville et cite Soleil sont toujours sous le controle des groupes armes.

<< Les bandits s'opposent au deplacement des ecoles (ecole nationale Republique du Perou par exemple) et veulent enroler les enfants dans la criminalite. Une video virale a montre un bandit forcant un enfant de cinq ans a prendre une arme (tiens l'arme !). L'enfant a crie en ces termes : <> (Non ! Ma maman ne veut pas que je devienne un bandit, elle va me tabasser…) >>, fustige d’un autre cote le CARDH.