Carlos Felipe Jaramillo : l’insecurite, principal obstacle pour l’economie d’Haiti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le vice-president de la Banque mondiale pour la region Amerique latine et Caraibes, Carlo Felipe Jaramillo, a dit identifier l’insecurite comme <> auquel Haiti est confronte pour relancer son economie apres trois ans de recession et le choc inflationniste lie a la guerre en Ukraine. <>, a-t-il fait savoir dans une interview exclusive accordee au Nouvelliste, mercredi 4 mai, a l’hotel Montana, qui offre une vue imprenable sur la plaine du Cul-de-Sac ou la guerre des gangs a fait, selon la Protection civile, au moins 40 morts, 8 disparus, 9000 deplaces et provoque l’arret pendant plus de huit jours de la quasi-totalite des activites economiques dans cette zone de la region metropolitaine. <>, a indique Carlo Felipe Jaramillo, soulignant qu’il voit <>.

Pour le vice-president de la Banque mondiale pour la region Amerique latine et Caraibes, le gouvernement est bien conscient de l’effet negatif de la situation securitaire. <>, a dit Carlo Felipe Jaramillo, qui a appele a la resolution de la crise politique. <>, a soutenu Carlo Felipe Jaramillo, qui a renouvele l’engagement de la Banque mondiale, un <>, aux cotes d’Haiti. <>, a-t-il garanti.

Plusieurs associations patronales ont multiplie les communiques ces derniers jours pour denoncer l’impact de l’insecurite sur les activites economiques dans les zones controlees par les gangs, et plus largement sur les consequences de l’impossibilite de la circulation normale des personnes et des biens dans certaines zones du territoire.

La Chambre franco-haitienne de commerce et d’industrie (CFHCI), dans un communique de presse, 4 mai 2022, condamne en particulier les recents actes de banditisme a Martissant, Cite Soleil et dans la plaine du Cul-de-Sac portant atteinte a l’integrite des vies et des biens de paisibles residents. De plus, depuis sept jours, des affrontements de groupes armes paralysent les activites economiques dans les zones de Damien, Drouillard, Croix-des-Missions, Butte-Boyer, Clercine, Santo, mettant en peril les employes, les emplois et les investissements importants des entreprises industrielles et commerciales, membres et affiliees de la CFHCI, peut-on lire dans le communique.

La CFHCI a evoque la situation de deux entreprises membres, la Societe du Rhum Barbancourt S.A et Les Aliments Congeles S.A., qui sont situees dans les zones de conflits et qui se retrouvent dans une situation preoccupante. << Ces derniers deplorent l'absence totale des autorites policieres. Ces entreprises sont pourvoyeuses de pres de 700 emplois directs et d'environ 3 500 emplois indirects. C'est un reseau de plus de 3 000 planteurs de canne a sucre de la plaine du Cul-de-Sac et ses environs sont incapables d'approvisionner leur principal client qu'est la Societe du Rhum Barbancourt S.A, une entreprise desormais figurant au <>. <>, a denonce la CFHCI, exhortant les autorites a agir afin de retablir la paix.

<>, a tweete mercredi Thomas Lalime, Docteur en economie, chroniqueur economique au quotidien Le Nouvelliste. <>, a reagi Peterson Benjamin Noel, economiste, animateur d’une emission sur l’economie sur Magik9 (100.9 fm).

En depit des difficultes, dans la lettre de cadrage du <> 2021-2022, le gouvernement, assez optimiste, a prevu que <>.

Pour l’exercice 2021-2022, la lettre de cadrage soutient aussi qu’ <>, le gouvernement table sur un taux de pression fiscale de <> ; <>.

Roberson Alphonse