Centre ambulancier national, 10 ans de services a la population

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le Centre ambulancier national (CAN) est un organisme autonome a caractere administratif place sous la tutelle du MSPP, et dont la mission est de prodiguer des soins pre-hospitaliers d’urgence aux blesses, aux malades, aux femmes enceintes et aux personnes dont le cas le necessite, sur l’ensemble du territoire national, a travers un reseau ambulancier terrestre, aerien et maritime.

En entrevue avec Le Nouvelliste, le directeur du CAN, le Dr Didier Herold Louis, ne cache pas l’ampleur des defis auxquels cette institution fait face quotidiennement. Au-dela des considerations sur l’effectivite du reseau ambulancier aerien et maritime, il y a un probleme du nombre d’ambulances en Haiti. <>, informe le Dr Didier Herold Louis, directeur du CAN.

Cette institution dont les attributions consistent, entre autres, a renforcer le systeme de reference contre-reference et former la population sur les gestes de premiers secours, fait face a une augmentation exponentielle des demandes. <>, souligne le Dr Didier Herold Louis.

10 ans plus tard, le directeur du CAN dresse un bilan plutot satisfaisant malgre les nombreuses difficultes auxquelles il fait face.

“o Plus de 200 000 cas d’urgence pris en charge a travers le pays ;

o Amelioration des conditions de travail du personnel avec notamment la nomination du personnel, un programme de formation continue, un systeme d’incitatif et de valorisation du travail accompli ;

o Amenagement d’infrastructures au CAN central (salle de formation, garage, dortoir, cafeteria, etc.)

o Plusieurs centaines de membres de la population generale formes aux gestes de premiers secours ;

o Extension du CAN dans tous les departements sanitaires ;

o Renforcement du systeme de reference et de contre-reference ;

o Vulgarisation du numero d’urgence 116 ;

o Mise en oeuvre d’un plan de communication et renforcement des liens de collaboration avec les medias ;

o Presence accrue des ambulances lors des grands rassemblements publics tels que le carnaval, les fetes patronales, nationales, les activites sportives, culturelles, etc. ;

o Renforcement du partenariat avec les instances publiques impliquees dans la gestion des urgences (Protection civile, PNH, les directions sanitaires, les groupes communautaires de base, etc.) ;

o Renforcement du partenariat avec les partenaires techniques et financiers, les ONG, les Agences des Nations unies, les organisations internationales”, liste le directeur du CAN.

Le 116 est le numero d’urgence pour acceder aux services du CAN ; les appels sont gratuits quel que soit l’operateur utilise par le client, informe le Dr Didier Herold Louis. Un systeme E-one ou service dedie permet d’assurer une meilleure connexion avec la Digicel.

Par ailleurs, le Centre ambulancier deplore les problemes lies aux operateurs telephoniques. <>

A cette difficulte s’ajoutent d’autres problemes, selon les rapports du Centre ambulancier national.

<>, se desole le CAN.


En guise de perspectives, le Centre ambulancier national plaide pour obtenir:

“Autonomie financiere

o Augmentation de la couverture aux communes qui n’ont pas encore d’ambulances

o Renouvellement progressif de la flotte de vehicules (pour remplacer les ambulances de plus de 10 ans de service)

o Certifier les vehicules appeles a fonctionner comme ambulances sur le territoire

national

o Mise en place des directions departementales et centrales

o Construction/amenagement d’infrastructures departementales, regionales

o Promotion du numero d’urgence 116

o Formation de la population sur les gestes de premiers secours

o Elaboration d’un plan d’affaires.”