Chol?ra et p?nuries, Ha?ti s’enfonce dans une autre crise

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

C’est confirm? par les plus hautes autorit?s le dimanche 2 octobre 2022, Ha?ti vient de conna?tre ses premiers d?c?s suite au chol?ra et plusieurs patients sont hospitalis?s provenant de quartiers tr?s peupl?s de la r?gion m?tropolitaine de Port-au-Prince.

<< Le minist?re de la Sant? publique et de la Population informe la population de la d?tection d'un cas confirm? de chol?ra ? Savanne Pistache/ Decayette dans la commune de Port au Prince et de cas suspects ? Brooklyn dans la commune de Cit? Soleil", selon une note de la direction g?n?rale du MSPP.

Le directeur g?n?ral du MSPP, le Dr Laur? Adrien, a pr?cis? qu’il y a deux foyers infectieux identifi?s ? Brooklyn ? Cit? Soleil et ? Decayette ? Carrefour Feuille. Ces deux foyers ont d?j? provoqu? entre 7 et 8 d?c?s.”

Malheureusement, a-t-il expliqu?, ces d?c?s sont survenus dans les communaut?s, c’est pourquoi nous n’avons pas de chiffres exacts.

Ce n’est pas encore une ?pid?mie comme celle apparue en octobre 2010 qui avait tu? plus de dix mille personnes et affect? plus de huit cent mille, mais ce retour d’une maladie hydrique, qui avait ?t? officiellement ?radiqu?e du territoire apr?s trois ans sans aucun cas, est une tr?s mauvaise nouvelle.

Pour contenir toute ?ventuelle flamb?e, le Dr Jean William Pape, responsable des centres Gheskio, a appel?, en ces temps de crise, ? l’?tablissement d’un couloir humanitaire pour soigner les malades qui sont dans des communaut?s pr?caires.

Pour le Dr Pape, la crise ?nerg?tique, l’absence d’acc?s ? l’eau potable, la difficult? de se procurer les intrants pour traiter l’eau, l’incapacit? ? ?vacuer les d?chets, constituent un terreau fertile ? la r?surgence du chol?ra que les professionnels de sant? en Ha?ti savent soigner.

L’annonce du retour du chol?ra, dimanche 2 octobre, intervient le m?me jour qu’une autre annonce. Celle de la soci?t? Culligan, le plus ancien et plus important fournisseur d’eau trait?e du pays, arr?te ses activit?s de traitement et de vente d’eau potable faute de carburant pour pouvoir poursuivre ses op?rations.

La Caribbean Bottling Company (CBC), embouteilleur de l’eau Culligan, peut-on lire dans une note <>.

<>, selon Culligan.

La compagnie Culligan qui s’arr?te de travailler n’est que la pointe de l’iceberg. Depuis des semaines, les uns apr?s les autres, les petits producteurs et transporteurs d’eau ?taient dans l’impossibilit? de produire ou de livrer de l’eau ? domicile o? dans les ?choppes qui vendent le pr?cieux liquide. Toujours ? cause de l’indisponibilit? de carburant ou des routes bloqu?es.

Le chol?ra revient en Ha?ti ? un moment o? les Ha?tiens boivent n’importe quelle eau faute de mieux. Les produits pour traiter l’eau sont tout aussi rares que le carburant apr?s des semaines de blocage des ports et centres de stockage des produits p?troliers sous les yeux impuissants des autorit?s.

En quelques mots, le dimanche 2 octobre 2022, la personnalit? la plus connue de la Digicel, principale compagnie de t?l?communications en Ha?ti, Maarten Boute, a d?crit sur Twitter un tableau de la situation actuelle d’Ha?ti comme il le fait p?riodiquement : <>, a-t-il tweet?, ? quelques heures de la r?ouverture officielle des classes et de l’ann?e judiciaire.

Le tweet de Maarten Boute intervient au moment o?, autour de 18 heures, ce dimanche 2 octobre, des rafales d’armes automatiques ?taient entendues autour du terminal de Varreux. <>, a confi? au journal Le Nouvelliste une source proche de l’industrie p?troli?re.

Ces derniers jours, il y a eu pas moins de cinq op?rations des forces de l’ordre pour essayer de briser l’?tau qui enserre le principal de centre de stockage de produits p?troliers du pays, assi?g? par des gangs qui r?clament le d?part du premier Ariel Henry. Aucune des op?rations n’a ?t? couronn?e de succ?s.

<>, a poursuivi cette source qui promet d’informer le journal en cas d’?volution alors que le fil des messages WhatsApp permet de dimensionner l’impact de la violence, de l’aggravation de la crise ?nerg?tique sur presque tous les secteurs d’activit?s.

Les banques priv?es ont d?cid? ce week-end d’ouvrir leurs guichets aux clients que trois jours par semaine faute de carburant pour op?rer et ? cause des difficult?s de plus en plus grandes que rencontre leur personnel pour venir travailler.

<>, peut-on lire dans une note de presse.

Les messages d’institutions qui, les unes apr?s les autres, annoncent leur fermeture ou la r?duction de leurs activit?s c?toient les images de routes bloqu?es dans la r?gion m?tropolitaine et en province.

La Conf?rence ha?tienne des religieux, dans une note interne consult?e par Le Nouvelliste, demande aux ?coles congr?ganistes de <>.

Selon cette note en date du 28 septembre, il est ?galement demand? ? ces ?coles de <>.

Les ?coles catholiques repr?sentent 15% de l’offre scolaire en Ha?ti, selon un document de la Conf?rence ha?tienne des religieux consult? par Le Nouvelliste.

Entretemps, le dimanche 2 octobre, l’institution Saint-Louis de Gonzague, l’un des plus prestigieux ?tablissements d’?ducation du pays, a annonc? qu’elle ne re?oit pas d’?l?ves ce 3 octobre et ce jusqu’? nouvel ordre.

<>, peut-on lire dans cette note sign?e du D+S Fr?re Simon Alphonse, directeur.

Il y aussi d’autres ?coles non publiques qui sont dans l’expectative. Face ? l’impossibilit? de travailler in situ, d’autres options sont envisag?es, a expliqu? une source qui met en avant les contraintes ?nerg?tiques qui impactent tout le monde.

Le minist?re de l’?ducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) prend note des diff?rents appels ?manant d’institutions ?ducatives et de diff?rents secteurs de la population appelant ? un climat s?curitaire et un meilleur cadre devant faciliter les d?placements des ?coliers, des parents et des enseignants pour la rentr?e des classes, selon une note de presse du minist?re ? l’occasion du 3 octobre.

<>, a indiqu? la note de presse.

<>, selon cette note.

Fleuron des supermarch?s, la Caribbean Supermarket, a annonc? ce dimanche qu’en raison de la s?v?re crise de carburant ? laquelle fait face le pays, la direction est contrainte d’adopter un horaire sp?cial de fonctionnement jusqu’? la r?gularisation de l’approvisionnement. A partir de ce lundi 3 octobre 2022, La Caribbean ouvre ses portes du Lundi au Samedi de 8h a.m. ? 4h p.m et le dimanche de 8h am. ? 2h p.m.

Dans un autre avis, c’est une entreprise de ramassage d’ordures, la Ampo Services S.A. qui indique qu’elle se voit dans l’obligation d’arr?ter ses services de ramassage ? partir du 16 Octobre 2022. Ceci est d? ? : l’impossibilit? de trouver du carburant, l’impossibilit? d’arriver chez les clients et aussi l’impossibilit? d’arriver aux diff?rents sites de d?charges dans la zone m?tropolitaine, peut-on lire dans cet avis, un ?ni?me parmi tant d’autres qui illustrent l’asphyxie des entreprises et la descente aux enfers des communaut?s qui devront d?sormais composer avec la r?surgence du chol?ra.

Le plus important supermarch? qui r?duit ses heures d’ouverture illustre la situation d’un secteur qui doit composer avec des rayons d?garnis et l’impossibilit? de g?n?rer de l’?lectricit? faute de diesel pour garder au frais les aliments. Ce qui est vrai pour l’entreprise priv?e de ramassage de d?tritus l’est aussi pour le service public de collecte des r?sidus solides. C’est dans les rues sales, les maisons priv?es qui gardent leur fatras et dans une ville qui a des difficult?s ? trouver de l’eau de qualit? que le chol?ra fait son retour.

<>, d’apr?s un communiqu? de l’ONU.

<>, poursuit le communiqu?.

A cause de la rupture de ses r?serves de carburant, Nreca a ferm? depuis plus d’une semaine la centrale ?lectrique qui alimente le parc industriel de Caracol qui emploie 12 000 personnes.

Vendredi, des pillages au parc industriel de Codevi, ont occasionn? la fermeture temporaire de cet autre parc ? Ouanaminthe qui donne du travail ? 20 000 personnes dont 18 000 Ha?tiens. Cette situation est catastrophique pour cette industrie.

Elle l’est tout aussi pour les petites entreprises, se d?sole une source proche de l’ADIH interrog?e par Le Nouvelliste. Des parcs industriels au niveau de la zone m?tropolitaine, comme celui de Digneron, ? Croix-des-Bouquets, qui ?taient impact?s par l’ins?curit?, sont maintenant frapp?s de plein fouet par la crise du carburant. Les rares usines qui ont encore un peu de stock, fonctionnent au ralenti, avec un personnel r?duit.

<>, a confi? le manager d’une usine qui s’inqui?te de l’impact des difficult?s rencontr?es ces temps sur les commandes que placeront les donneurs d’ordre en janvier 2023.

<>, a ajout? cette source.

Sur le plan politique, rien ne bouge. C’est l’ind?cision. <>, a tweet? le 1er octobre l’ex-pr?sident provisoire, Jocelerme Privert. C’est son ?ni?me appel ? trouver une solution pour stopper la descente aux enfers.

Si l’ancien pr?sident communique p?riodiquement, les acteurs politiques de l’opposition et le gouvernement m?nent silencieusement leurs batailles qui conduisent Ha?ti et les Ha?tiens aux portes de l’enfer, ce lundi 3 octobre 2022.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.