<>, clament les syndicats

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

A l’Hopital de l’Universite d’Etat d’Haiti comme a l’hopital Justinien, la greve se poursuit. Les patients se dirigent vers des centres prives et quelques centres hospitaliers diriges par des organisations non gouvernementales. Les medecins se taisent, d’autant qu’ils ont aussi des tonnes de revendications en attente d’une circonstance.

A l’hopital universitaire de La Paix, le personnel de soutien, longtemps dubitatif, rejoint les residents du service de maternite. <>, clame un membre du syndicat interroge a l’entree de l’hopital, difficilement accessible le lundi 28 mars 2022.

Evelyne Fremont, presidente du syndicat des travailleurs de la sante a l’hopital general, explique que la proposition du MSPP est loin d’etre satisfaisante. <>, tempete Evelyne Fremont.

Plus loin, Mme Fremont fait savoir que le syndicat est pret a attendre la publication d’un nouveau budget pour une augmentation salariale qui tient compte du cout de la vie en Haiti en 2022. Cependant, la carte de debit n’est pas negociable, selon Evelyne Fremont. <>, estime la presidente du syndicat, qui rappelle que la resolution de la crise doit passer aussi par la disponibilite des intrants dans les hopitaux publics.

Au Cap-Haitien, le ton est un peu plus ferme. <>, declare Serge Joseph, membre du syndicat a l’hopital universitaire Justinien, dans un entretien avec Le Nouvelliste.

M. Joseph en a profite pour denoncer le comportement de certains dirigeants qui, dit-il, tentent de corrompre les syndicats plutot que de les accompagner. Le MSPP, apres moult tentatives, propose une solution en tenant compte de ce qui est faisable au niveau du ministere de l’Economie et des Finances : <>, selon le directeur general du MSPP.

Encore une fois, le MSPP prend la posture de pompiers face a la necessite de repenser la gestion des hopitaux universitaires publics en Haiti. Nul doute que les grevistes vont trouver une entente sur le conjoncturel dans les jours qui viennent. Cependant, cela ne peut pas durer. Aujourd’hui, c’est le personnel, demain ce sera autour des internes et/ou residents de s’engouffrer a travers les breches de nos multiples defaillances tant que les hopitaux publics seront abandonnes sans aucune reflexion pour une solution durable.