Coco1804 se confie à Juno7 sur sa personnalité, sa vie privée et ses choix vestimentaires

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Marie Claudine Lamarre aka Coco1804 se confie à Juno7 sur sa personnalité, sa vie privée et ses choix vestimentaires.

Marie Claudine Lamarre, née à Verrettes, dans l’Artibonite en Haïti, a grandi en Floride, aux États-Unis. Aujourd’hui connue sous le pseudonyme Coco1804, elle embrasse une carrière musicale. Le choix de son surnom n’est pas anodin : il symbolise sa fierté haïtienne et son désir d’attirer l’attention en tant que femme d’affaires accomplie, a-t-elle déclaré lors d’une interview à Juno7.

Coco1804 est fière de ses racines et de son héritage culturel. En ajoutant “1804” à son surnom, elle rend hommage à l’année de l’indépendance haïtienne, une date symbolique qui résonne profondément en elle. Sa manière de se vêtir et de se comporter évoque des comparaisons avec des stars comme Nicki Minaj, Cardi B, ou Megan Thee Stallion, mais elle insiste sur son originalité et son authenticité. En tant qu’Haïtienne, elle se démarque en restant fidèle à elle-même, malgré les critiques et les défis personnels, dit-elle.

L’artiste féminin a déjà sorti trois morceaux, dont le plus notable est “TannDee”. La vidéo, réalisée en collaboration avec le directeur de renom Will Drey, a vu le jour en janvier 2023 et a marqué une étape cruciale dans sa carrière musicale, lui permettant de se faire connaître à un public plus large.

Mère célibataire d’un garçon de six ans, Coco1804 jongle entre sa carrière artistique et ses responsabilités maternelles. Elle gère également une entreprise de vente de cheveux en gros en collaboration avec une entreprise Chinoise et possède un salon de coiffure, tout en menant des affaires personnelles en parallèle, nous a-t-elle confié.

Consciente des difficultés auxquelles fait face Haïti, Coco1804 appelle à l’unité et à la solidarité. Elle exprime l’espoir que les Haïtiens puissent se soutenir mutuellement pour bâtir une patrie meilleure, et demande aux bandits de donner une chance à leur pays.

“Haïti, tiens bon, reste soudée,” implore-t-elle, réaffirmant son amour pour sa terre natale et son engagement à contribuer à son progrès.

À lire aussi:

17 juin 1988 : Leslie Manigat renvoie sans ménagement le chef des Forces Armées d’Haïti, le lieutenant général Henri Namphy