Combien de temps durera la d?pression ?conomique d’Ha?ti?

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Par Joseph Harold Pierre

Le blocage du terminal de Varreux entre le 12 septembre et le 7 novembre de cette ann?e rappelle les ?v?nements des 6 et 7 juillet 2018, car ils sont tous deux caus?s par l’annonce d’augmentation des prix des carburants. Ces deux ?pisodes, tout comme l’assassinat du pr?sident Mo?se, mettent en ?vidence l’effondrement de l’?tat, sa totale dysfonctionnalit?, son inexistence m?me. Si la variation du PIB d’Ha?ti a ?t? tr?s volatile en 2010 et 2017 en ?pousant la forme d’un zigzag avec une tendance ? la baisse, elle n’a jamais ?t? n?gative. Cependant, il semble que les ?v?nements de juillet 2018 avaient annonc? la d?pression qu’exp?rimente l’?conomie du pays, entendons par l? une croissance n?gative de plus de trois ans.

En effet, les pillages de 2018 ont ?t? suivis de longues p?riodes de manifestations entre 2019 et 2022 auxquelles s’est ajout?e l’ins?curit? comme ?tant deux facteurs ayant totalement paralys? les activit?s
?conomiques. Il en r?sulte une p?riode de croissance n?gative continue entre 2019 et 2021. En toute ?vidence, l’ann?e 2022 sera aussi une ann?e perdue comme les trois ant?rieures, car le pays a ?t? totalement bloqu?, sp?cialement entre septembre et novembre. La pr?vision de la Banque mondiale pour l’?conomie d’Ha?ti est une croisssance n?gative de 1.5%.

Les cons?quences de cette crise ?conomique sont multiples et vari?es. Tout d’abord, les investisseurs ha?tiens ont commenc? ? s’?tablir en R?publique dominicaine. En 2021, les transferts officiels d'Ha?ti vers le pays voisin ont ?t? estim?s ? 111 millions de dollars am?ricains mais peuvent atteindre jusqu’? 185 millions si on tient compte des transactions informelles. Parall?lement, les investissements directs ?trangers qui ?taient d?j? insignifiants se sont r?duits consid?rablement en passant de 375 millions en 2017 ? 25 millions en 2020 avec une nette tendance ? la baisse, alors que la R?publique dominicaine a pris le chemin contraire avec une attraction telle que m?me pendant l’ann?e 2020 paralys?e par la pand?mie de Covid-19, elle a re?u 2.6 milliards de dollars en termes d’investissements directs ?trangers. Au regard de ces donn?es, les investissements ha?tiens en R?publique dominicaine ressemblent ? un malade d?j? an?mique et gravement bless? mais qui donne du sang ? des individus vigoureux.


Aucun investisseur ne veut jeter son argent par la fen?tre. Tout le d?bat reste dans la construction d’Ha?ti qui d?passe la port?e de cette courte analyse. Le co?t de la vie, mesur? par l’inflation, a consid?rablement augment?. L’inflation a eu une tendance ascendante entre 2018 et 2021 avec une moyenne de 20%. En juillet 2022, le niveau des prix a augment? de 30,5% par rapport ? juillet 2021. La chert? des produits s’est traduite par une r?duction soutenue du pouvoir d’achat des m?nages et
donc de la d?t?rioration de leurs conditions de vie. Quant ? la monnaie locale, elle perd de plus en plus sa valeur face au dollar am?ricain, tandis que les envois de fonds de la diaspora ont r?duit leur rythme.

Pour 2022, nous avons estim? une d?croissance de 1%, laquelle pourrait se maintenir en 2023 si la conjoncture internationale domin?e par le conflit russo-ukrainien reste inchang?e. Comme il est bien connu dans le pays, une bonne partie de l’inflation (plus de 50%) est dite import?e, car elle provient de nos achats ? l’?tranger. Cette situation demeurera longtemps, car son rem?de est la production nationale et les exportations, lesquelles ne sont d’ailleurs pas notre fort mais se sont r?duites consid?rablement ? cause de la fermeture du pays par le climat d’ins?curit?.


? la question de d?part, ? savoir, <>, je r?pondrai : autant que durera l’ins?curit? qui paralyse toutes les activit?s ?conomiques. S’il est certain que la sortie de ce climat de terreur ne conduira pas ipso facto ? une croissance robuste (on n’en a jamais enregistr?e d’ailleurs pour les statistiques disponibles, ? part la d?cennie des ann?es 70 o? l’?conomie s’est accrue en moyenne de 5,2%), elle est une condition n?cessaire ? la fin de la r?cession dont les cons?quences futures seront plus d’ins?curit?, plus de mis?re, d’enlaidissement d’Ha?ti ? l’?chelle internationale, plus d’?clatement social et donc – le plus important – plus d’efforts et de sacrifices pour remonter la pente. Il est donc urgent de trouver une r?ponse ? l’ins?curit? pour la survie de la nation.

Par Joseph Harold Pierre
[email protected]

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.