Cooperation, investissements, etudes, armee, le point sur les relations entre Haiti et le Mexique

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le Nouvelliste: Comment se porte la cooperation haitiano-mexicaine au moment ou nous parlons ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Bien : elle s’est agrandie sur les dix dernieres annees, comme en temoignent nos projets de cooperation, mis en oeuvre apres le seisme de 2010. Nous avons concentre nos efforts dans les domaines de l’agriculture, de l’education – via l’octroi de bourses, dont l’attribution de trois cents bourses d’etudes reparties sur trois ans -, la construction de quinze marches sur tout le territoire, la reconstruction avec la collaboration d’autres partenaires de l’hopital de sages-femmes. Recemment nous avons commence une cooperation dans le domaine militaire axee en particulier sur la protection civile, qui a permis au Mexique la formation de deux cents soixante-cinq soldats haitiens. Il y a des possibilites plus larges pour bonifier nos relations bilaterales. Mais pour ce faire, les conditions socio politiques devront bien entendu nous le permettre.

Le Nouvelliste: Nous savons que le Mexique a ete tres proactif au lendemain du tremblement de terre d’aout dernier, et aussi qu’il y a eu un episode malheureux avec des bandits entravant le debarquement d’un navire d’aide mexicain. Quel est le bilan de votre action humanitaire ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: En effet, nous deplorons ce genre de defis auxquels a du faire face la mission humanitaire mexicaine. Nous avons egalement eu des soucis au niveau du debarquement de l’aide. A un certain moment, une partie des materiels debarques est restee sur le port pendant des heures et des heures sans que les autorites haitiennes aient pu proceder a temps a sa recuperation. Cela a permis a des gens dans les environs de s’en emparer. Toutefois, ca reste un bilan positif. Nous avons apporte 2 300 tonnes de fret humanitaire d’urgence aux populations victimes. Ce don a ete remis a la Direction de la Protection civile. Je dois rappeler que notre mission, orchestree par l’Agence mexicaine de cooperation internationale et de developpement, connue sous son sigle AMEXCID, avait depeche a Pestel une brigade medicale d’une trentaine de membres. En depit des difficultes liees a la securite, ils ont pu atteindre leur objectif, celui de porter assistance aux victimes. Ils ont ete bien accueillis par la population locale qui aurait souhaite qu’ils y restent un peu plus longtemps. J’en profite ici pour remercier encore une fois la Police nationale d’Haiti qui s’etait chargee de proteger le convoi. Pour ce qui est de notre don a Pestel, nous n’avons pas encore recu de rapport pouvant nous informer de sa bonne distribution aux beneficiaires. Nous aurions souhaite qu’il soit remis a ceux qui etaient vraiment dans le besoin.

Le Nouvelliste: Depuis des annees, le Mexique entretient une cooperation universitaire fructueuse avec Haiti. Des dizaines de boursiers haitiens ont ete accueillis dans des universites mexicaines. Quid de ce programme d’echange au moment ou nous parlons ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Justement il y a le programme de 300 bourses qui a pris fin en 2016. Toutefois, il n’a pas atteint l’objectif fixe puisque notre vision etait que, apres leur formation dans les universites mexicaines, les etudiants retournent en Haiti pour s’inserer dans le marche du travail, avec l’appui du gouvernement d’Haiti et de son secteur prive. Mais la plupart n’y seraient pas retournes, d’apres les informations dont nous disposons. Triste realite. Pour le moment, un autre programme de ce genre pourrait etre envisage mais aucune annonce concrete n’a ete faite au Mexique sur ce sujet.

Le Nouvelliste: Quelles sont les perspectives pour ceux qui souhaitent etudier au Mexique ? Existe-t-il des programmes de bourse ? Peut-on partir etudier sans une bourse au Mexique ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: L’enseignement superieur mexicain est attractif, riche, diversifie, ce qui donne aux etudiants un atout important pour se lancer sur le marche du travail apres leurs etudes. Pour ce qui est des bourses, actuellement il n’y pas de programme special de notre gouvernement au profit d’Haiti. Toutefois la chancellerie mexicaine, en collaboration avec l’AMEXCID, attribue des bourses chaque annee aux etrangers souhaitant poursuivre leurs etudes dans nos universites. Ce sont des bourses du gouvernement mexicain a la license, la maitrise et au niveau doctorat. Haiti devrait beneficier de dix de ces bourses d’ailleurs, mais l’appel a candidatures n’est pas encore ouvert. En fait, les interesses doivent consulter le site web de la chancellerie, le secretariat mexicain aux Affaires exterieures (SRE) pour se renseigner sur les criteres et conditions. Et aussi, si quelqu’un desire etudier au Mexique par ses propres moyens, il peut faire ses propres recherches, verifier les formalites d’inscription de nos universites et consulter le site web de notre ambassade par exemple pour savoir comme s’installer dans notre pays en tant qu’etudiant.

Le Nouvelliste: Par le passe, il y a eu des visites de prospection d’entrepreneurs mexicains en Haiti. Ces visites ont-elles debouche sur des actions concretes ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Si, il y en a eues. En 2015, des entrepreneurs sont venus ici pour parler affaires. Pendant deux annees de suite, 2016 et 2017, d’autres investisseurs travaillant dans le secteur d’alimentation avaient ete attires par le potentiel d’Haiti, ils avaient fait le voyage. Mais en raison des crises multiformes que traverse ce pays depuis des annees, rien n’a pu etre realise.

Le Nouvelliste: Existe-t-il actuellement des investissements mexicains en Haiti ? Si oui, a combien s’elevent-ils ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Oui, il y a la CEMEX, une de nos plus grandes entreprises, implantee dans quatre-vingt pays. La encore, la situation du pays ne rend pas la vie facile a ces investisseurs qui ont connu force obstacles lies notamment a la bureaucratie douaniere lourde en Haiti. Evidemment, cela tue le desir d’autres potentiels investisseurs mexicains.

Le Nouvelliste: Il y a eu dans le temps un projet d’entrainement de l’armee d’Haiti par des experts mexicains. Qu’en est-il exactement au moment ou nous parlons ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Cet axe de cooperation est en pause pour des raisons independantes de notre volonte. Il fonctionnait bien, puisque le secretariat mexicain de la Defense (SEDENA) avait pu envoyer aussi des emissaires a Port-au-Prince pour realiser des formations au profit du ministere haitien de la Defense. Haiti a encore sollicite l’appui du Mexique dans ce domaine. Au Mexique nos responsables sont en train d’analyser cette demande et voir ce qui peut etre fait.

Le Nouvelliste: Il etait question que le Mexique, au lendemain du seisme de 2010 deja, participe aux efforts pour la reconstruction d’Haiti apres 2010. Une cooperation importante etait annoncee. Quel bilan peut-on en tirer aujourd’hui ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: A ce sujet, des projets ont ete envisages, d’autres ont pu etre concretises ou encore sont sur pause justement a cause des crises sociopolitiques en Haiti.

Le Nouvelliste: Avez-vous pu identifier au sein de votre ambassade des goulots d’etranglement qui handicapent la cooperation avec Haiti, si oui lesquels ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Encore une fois, je dois imputer les obstacles aux facteurs de crise actuelle qui ne facilitent point le developpement normal de nos projets avec Haiti. Les conditions actuelles de securite ne sont pas reunies pour que notre cooperation se poursuive correctement comme nous l’aurions souhaite. Et j’ajouterais aussi que les procedures administratives ici ne sont pas encourageantes.

Le Nouvelliste: Le representant de votre pays a l’ONU au dernier meeting du Conseil de securite sur Haiti a plaide pour une reelle prise en charge de la crise haitienne par la communaute internationale. Le Mexique est-il pret a jouer un role dans le cadre d’une recherche de resolution de cette crise ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: La crise haitienne nous preoccupe beaucoup. Surtout que c’est un pays avec lequel les liens d’amitie sont tres forts. La semaine derniere, a la demande de notre gouvernement, une reunion a ete organisee a l’ONU au cours de laquelle nous nous sommes penches sur la production des moyens qui pourront aider a resoudre cette crise. Et nous siegeons presentement comme membre du Conseil de securite de l’ONU, cela implique que nous sommes encore plus disposes a continuer a attirer l’attention de la communaute internationale sur nos grandes inquietudes a l’egard d’Haiti.

Le Nouvelliste: Comment vit-on au Mexique la ruee de migrants haitiens a vos frontieres dans la population mexicaine et au sein de votre gouvernement ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Independamment de la nationalite des migrants en situation irreguliere, notre gouvernement et plus particulierement les populations mexicaines qui vivent dans les zones frontalieres sont accueillantes de nature. Bien que, de nos jours, je dois avouer que leurs arrivees massives compliquent la situation parce que certains de ces migrants n’ont pas une attitude conciliante et se montrent reticents a respecter le protocole de protection etabli par nos forces de l’ordre. Tout en comprenant leur preoccupation et faisant de notre mieux pour leur garantir un bon traitement, en accord avec les droits de l’homme, le Mexique continue de plaider pour des migrations sures, ordonnees et regulieres.

Le Nouvelliste: Recemment le chancelier haitien a rencontre votre ministre des Affaires etrangeres, et a parle d’un assouplissement du cote mexicain par rapport a la question des migrants haitiens. Cela veut dire quoi concretement ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Comme je l’ai dit, la situation se complique en raison du nombre eleve de migrants en situation irreguliere qui arrivent a nos frontieres. Et comme vous le savez deja, il ne s’agit pas uniquement de migrants d’origine haitienne. Presentement, le Mexique continue de faire tout ce qu’il peut pour proteger les droits de tous ces migrants et leur venir en aide, en respectant la lois sur les migrations, en travaillant aussi avec ses voisins frontaliers et les Etats regionaux afin d’ameliorer la gestion migratoire. Pour vous expliquer l’ampleur de ce phenomene migratoire, autour de quinze mille Haitiens ont demande le statut de refugie. A ce rythme, cela represente un fardeau pour l’immigration mexicaine qui doit examiner tous les profils de ces milliers de demandeurs. La tache n’est pas facile.

Le Nouvelliste: Et depuis, le Mexique a des vols de rapatriement sur Haiti… ces rapatriements se poursuivent-ils ? Peut-on en faire un bilan ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Oui, ce mecanisme continue et fonctionne normalement. Il n’y a pas eu de vol la semaine derniere a cause de quelques incertitudes liees aux jours de greve en Haiti. Mais ce mecanisme est toujours en fonction. Je dois souligner que ces migrants en situation irreguliere rentrent volontairement en Haiti.

Le Nouvelliste: Y a-t-il un changement dans la politique migratoire mexicaine vis-a-vis des Haitiens ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Malgre les complications dues aux arrivees soudaines et massives de ces migrants en situation irreguliere, il n’y a aucun changement dans notre politique migratoire. Le respect de leurs droits civiques est un domaine cle. Toutefois nous pronons des migrations sures, ordonnees et regulieres.

Le Nouvelliste: De l’administration Trump a l’administration Biden, qu’est- ce qui a change a la frontiere entre le Mexique et les USA qui attire autant les migrants ? Que se passe-t-il dans toute l’Amerique latine qui pousse les gens vers les USA en passant par le Mexique ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Ce qui a change c’est qu’au contraire du gouvernement de Trump, celui de Biden semblerait au debut, je pese mes mots, dicter une politique plus favorable aux migrants.

Le Nouvelliste: Quelle est la position du Mexique vis-a-vis de ces migrants haitiens qui ne peuvent traverser la frontiere americaine ? Serait-il pret a les accueillir ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Jusqu’a present, le Mexique poursuit son programme de retour volontaire pour tous ceux qui souhaitent rentrer en Haiti. Ceux qui souhaitent rester au Mexique, ils sont entendus, leurs dossiers sont examines pour voir s’ils repondent aux criteres de notre politique migratoire. Le Mexique se montre responsable vis-a-vis de la situation de ces migrants haitiens, en conformite avec nos mesures migratoires.

Le Nouvelliste: Le Mexique a-t-il un plan pour faire face aux prochaines vagues migratoires qui s’annoncent ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Bien sur, le Mexique accompagne les nouveaux arrivants en fonction de leurs besoins immediats, conformement a sa politique migratoire. Actuellement, il y a un mouvement migratoire qui se dirige vers la capitale mexicaine. Ces migrants en situation irreguliere veulent rester au Mexique. Ils demandent seulement au gouvernement d’accelerer les procedures de regularisation. Ils se tournent donc vers le reve mexicain au lieu du reve americain.

Le Nouvelliste: Aujourd’hui, si un Haitien souhaite simplement visiter le Mexique quelles sont les conditions d’entree ? Que faut-il pour obtenir un visa mexicain ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Ces informations sont sur le site web de l’ambassade. Seulement je precise que les demandes de visa mexicain sont introduites uniquement au consulat.

Le Nouvelliste: Un dernier mot, Monsieur l’ambassadeur ?

Ambassadeur Jose Luis Alvarado: Personnellement, la crise haitienne me touche beaucoup. Je connais le potentiel de ce pays pour y avoir passe plus de quatre annees. Le Mexique reste un pays ami d’Haiti, et cela ne va pas changer. Mais, pour pouvoir apporter notre part de contribution au developpement de ce pays, via nos projets de cooperation, il faut que les conditions sociopolitiques nous le permettent. La cooperation mexicaine pense beaucoup a Haiti. D’autant plus que nous pourrions envisager d’etendre a Haiti la strategie <>, une initiative du president Lopez Obrador. Comme c’est deja le cas au Salvador, au Guatemala et au Honduras, elle pourrait aider ici a lutter contre la pauvrete. Si elle est implantee adequatement, c’est un programme qui pourrait inciter Haiti a reverdir pas mal d’endroits, tout en etant benefique economiquement pour les habitants ruraux des milieux defavorises. Parce qu’elle consiste en effet a stimuler la reforestation, la productivite… Et en echange, les habitants qui participeraient a cette strategie gagneraient de l’argent. Ces trois pays d’Amerique centrale qui utilisent deja cette strategie sont, comme Haiti, des terres d’emigration. En somme, c’est un projet dont la faisabilite en Haiti pourrait etre etudiee. Toutefois, il faut pour cela une certaine stabilite et je crois que la solution a cette crise est haitienne. Le Mexique est un allie, il n’y a pas de doute, mais compte tenu de notre principe de non-ingerence dans les affaires interieures des Etats, nous ne pouvons que souhaiter que ce soit les Haitiens qui travaillent pour changer positivement les choses.