Crise ha?tienne, les ?tats-Unis d’Am?rique se r?veillent-ils ?

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Des ambassades, missions diplomatiques et organisations internationales r?duisent leur fonctionnement, ferment leur porte, rapatrient leur personnel. Les h?pitaux et autres services essentiels sont ? quelques heures ou ? quelques jours de tomber en panne d’essence et de cesser toute leurs activit?s. Les bandits attaquent partout m?me les postes de police sans r?action des forces de l’ordre.

Ha?ti en cette fin de septembre va au plus mal. A la capitale comme en province.

Tous les acteurs tournent les yeux vers le plus puissant ami du pays, font de muettes pri?res, esp?rent avec amertume -pour certains- que le salut viendra d’un r?veil du pr?sident Joe Biden sur le dossier Ha?ti.

Comme on ne pr?te qu’aux riches, nombreux sont ceux qui attribuent tout ce qui se passe en Ha?ti, tout ce qui arrive ? Ha?ti et tous les malheurs d’Ha?ti aux Am?ricains.

Les diplomates de ce pays s’?tonnent des fois de tous les pouvoirs que l’on croit qu’ils d?tiennent.

Dans le m?me temps, difficile de trouver un dossier important qui n’a pas la marque USA, dans lequel les USA n’ont pas leur mot ? dire et, des fois, la d?cision finale.

Il en est ainsi en Ha?ti.

Apr?s des mois ? tra?ner les pieds, cette semaine, il y a une autre musique qui se fait entendre chez nos voisins.

Enfin, disent les plus optimistes.

<>

C’est le pr?sident des Etats-Unis lui-m?me, Joe Biden qui a tenu ces propos devant l’Assembl?e g?n?rale des Nations Unies, cette semaine.

Ce vendredi, le sous-secr?taire d’Etat charg? du dossier Ha?ti a d?clar? que les USA vont pr?senter une r?solution ? l’ONU pour cr?er un cadre des Nations Unies pour imposer des sanctions contre les chefs de gangs et contre ceux qui soutiennent, facilitent et financent leurs activit?s.

La communaut? internationale va pallier ? la disparition du syst?me judiciaire ha?tien.

Dans une autre d?claration faite vendredi, pour la premi?re fois, les USA ont annonc? une contribution au panier (basket funds) pour la s?curit? en Ha?ti. <>, peut-on lire sur le compte Twitter de l’ambassade am?ricaine en Ha?ti.

Le basket funds annonc? depuis janvier n’avait re?u jusqu’? date que la contribution du gouvernement canadien.

Il est temps que le PNUD, qui n’a pas une r?putation d’efficacit? dans la gestion de m?canismes similaires en Ha?ti, donne un rapport sur les d?penses engag?es au nom d’Ha?ti. Les r?sultats s?curitaires ne laissent pas penser que beaucoup de fonds ont servi ? renforcer la PNH.

La derni?re initiative am?ricaine de ce vendredi peut para?tre banale mais elle est la plus importante.

<< Ce vendredi 23 septembre 2022, la Direction g?n?rale de l'Administration g?n?rale des douanes ( AGD) a re?u la visite d'une d?l?gation de l'ambassade des ?tats-Unis en Ha?ti, emmen?e par le Charg? d'Affaires a.i. accr?dit? en Ha?ti, en l'occurrence Monsieur Eric W. Stromayer.

Au terme des ?changes ayant dur? plus d’une heure, le Charg? d’affaires a profit? de l’occasion pour f?liciter l’AGD pour ses performances et offrir le support des Etats-Unis ? la Direction g?n?rale des douanes pour continuer ? am?liorer ses r?sultats. >>

Cette annonce ?mane de la Direction g?n?rale des douanes.

Comme en 1915, Ha?ti se pr?pare ? recevoir un appui des Am?ricains pour renforcer le principal poste d’entr?e des taxes et ressources financi?res de la R?publique.

Les douanes sont aussi le maillon faible de la cha?ne s?curitaire car elles sont en charge de la surveillance et de l’imperm?abilit? des fronti?res.

Justice, s?curit?, recettes fiscales, tout passera par les USA si les promesses sont tenues.

Remettre Ha?ti sur l’agenda de l’ONU et des principales agences de coop?ration fait aussi partie des t?ches qu’on s’attend ? voir les ?tats-Unis endosser.

Bien entendu, on esp?re que le r?veil est d?finitif et que les acteurs politiques ha?tiens et ceux de la soci?t? civile joueront leur partition.

<>, comme dit un diplomate.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.