Crises sociopolitiques en Haiti : <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les crises sociopolitiques ne sont pas sans consequences sur la sante mentale de la population haitienne. Des donnees recueillies pendant deux ans, a travers des appels recus de la ligne d’urgence de la Cellule d’intervention psychotherapeutique d’urgence d’Haiti (CIPUH), montrent la necessite d’accorder plus d’importance a la sante mentale. Selon le professeur Ronald Jean-Jacques, membre fondateur de l’Association haitienne de psychologie, la population montre un grand interet pour un accompagnement psychologique. <>, a revele le responsable de la CIPUH.

Pour avoir un accompagnement, les gens en detresse psychologique appellent de tous les departements avec une forte concentration dans le departement de l’Ouest. <>, a souligne le professeur Jean-Jacques.

D’apres le psychologue, la detresse psychologique de la population augmente en fonction des evenements. <>, a-t-il pris en exemple.

Le constat de la reponse post-seisme dans le Sud

Dans la reponse post-seisme dans le grand Sud, l’Association haitienne de psychologie a realise des seances de psycho-education, des ateliers therapeutiques avec des enfants, des adultes, des organisations de femmes, entre autres. Les resultats d’une enquete menee sur un echantillon de 150 personnes sur les risques de troubles de stress post-traumatique sont alarmants. <>, a indique Jeff M. Cadichon, consultant en reponse post-seisme de l’AHpsy.

Les activites realisees sur le terrain ont permis de voir, a travers le traitement de plusieurs plaintes, que la population presente des troubles anxieux aigus, des troubles anxieux chroniques, des depressions simples, des depressions severes avec des cas de tentative de suicide, des cas de deuil difficile.

L’Association haitienne de psychologie a conclu que la problematique de la sante mentale doit faire partie de toute politique globale de sante publique mise en place dans les zones d’intervention post-catastrophe. <>, a declare Jeff M. Cadichon. L’association recommande egalement une cartographie complete des ressources disponibles dans les zones d’intervention post-catastrophe. Les organisations en mission doivent, de leur cote, appliquer une politique d’integration des leaders communautaires et former des leaders communautaires au premier secours psychologique.

<>, souhaite le Dr Cadichon.

Jean Junior R. CELESTIN

[email protected]