Croix-des-Bouquets: marche pacifique pour exiger la liberation de l’educateur Jonas Saint-Juste et son fils

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Munis de branches d’arbres, de banderoles, de pancartes estampillees <>, quelques centaines de personnes, dont des eleves, des enseignants, des directeurs d’ecole ont marche dans la commune de Croix-des-Bouquets pour denoncer l’enlevement de Jonas Saint-Juste, ancien maire adjoint de ladite commune et administrateur du College Jacques Stephen Alexis. Ils ont demande aussi la liberation de son fils, Quincy Jones Saint-Juste, eleve de NS4.

Sous un soleil de plomb, eleves, enseignants, directeurs d’ecole accompagnes de chauffeurs de moto-taxi ont parcouru plusieurs arteres de la commune pour exprimer leurs revendications, appelant les autorites en place a assumer leurs responsabilites. <>, a lance ce directeur d’ecole. L’educateur a dit esperer que ce mouvement pourra toucher la conscience des ravisseurs.

Oldor Doxa, un des responsables du college, a appele lui aussi a une prise de conscience. <>, a-t-il souligne.

Depuis quelques semaines, les ravisseurs choisissent comme cible le secteur educatif en procedant au rapt de responsables d’ecole et d’universite. Meme les ecoliers ne sont pas epargnes par les ravisseurs. Lundi 29 novembre, Sony Guichard, directeur de l’ecole Coeur de Jesus et son chauffeur ont ete enleves non loin du palais national au moment ou les victimes s’appretaient a se rendre audit etablissement scolaire. Mardi 30 novembre, des individus armes ont enleve, a Bon-Repos, l’administrateur du College Jacques Stephen Alexis, Jonas Saint-Juste et son fils. Toujours a Croix-des-Bouquets, il y a un peu plus d’une semaine, des hommes armes ont kidnappe quatre eleves. Jeudi 26 novembre, Allain Sauval, ressortissant francais, cadre de l’Universite Quisqueya, a ete enleve par des hommes lourdement armes a Bourdon.

En janvier 2021, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) avait deja sonne l’alarme sur l’insecurite qui sevit dans le pays et met en danger la vie des enfants sur le chemin de l’ecole. Selon l’Unicef, pas moins de 240 cas d’abus des droits de l’homme, dont 53 meurtres et 129 enlevements (23 femmes, 8 garcons et 7 filles) ont ete enregistres par les Nations unies, au cours de la periode allant du 1er septembre 2020 au 15 janvier 2021. <>, avait deplore l’Unicef.

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance en a profite pour rappeler aux autorites l’engagement du pays vis-a-vis de la Declaration sur la securite dans les ecoles que le pays a approuvee. Celle-ci fait en effet obligation aux pays de proteger les etudiants, les enseignants, les ecoles et les universites en cas de conflit violent.

Dans un communique de presse au mois de novembre ecoule, l’Unicef manifeste ses inquietudes face a la mauvaise pratique des gangs qui extorquent et volent de plus en plus des responsables d’ecoles en Haiti. En effet, au moins sept ecoles a Port-au-Prince ont ete contraintes de payer les gangs en echange de leur securite ces deux derniers mois, fustige l’Unicef.