Dans les portefeuilles des menages

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ce matin encore du samedi 30 avril 2022, devant l’etat de la marchande de fruit, une dame me rejoint dans la remarque que je produis a longueur de journee, a s’avoir les prix a la consommation augmentent sans cesse mais les moyens financiers dont disposent les menages restent inchange. Et c’est peu dire. Parce que de plus en plus les pertes d’emplois s’accumulent. Dans les zones chaudes, les usines se ferment les unes apres les autres. Avec la montee brusque de la tension en plaine du Ciel-de-sac, l’eau en bouteille ne peut pas etre distribuee dans la region metropolitaine. Ce qui vient s’ajouter a la paralysie des activites dans le sud. Le passage par Matissant etant interdit par les chefs de bande, toute la production agricole et agro-industrielle perit quasiment sur place. Difficilement, les transporteurs routiers assurent l’approvisionnement de la capitale en biens de consommation courante et inversement.

Dans ces conditions, les marchandes payent le prix pour se reapprovisionner. Repercussion immediate sur les menages. Seulement voila, revient la meme rengaine :

Ce panier de fruits m’a coute les yeux de la tete, se plaint la marchande.

Raisonnement unilateral. De l’autre cote, le pouvoir d’achat des menages se reduit comme peau de chagrin. Autre image : image le pouvoir d’achat se ratatine comme un savon.

Hausse exponentielle du propane

L’escalade des prix a commence avec l’avant-dernier <> de gazoline que nous situons en novembre- decembre 2021. Premier produit de base a connaitre une hausse considerable. Du jour au lendemain, la bandonne de 5 gallons voit son prix passer de 1000 gourdes a 1450 gourdes. Enorme ! me direz-vous. Vous avez raison. Mais ce n’etait pas fini : le 1er mai encore la sollicitation du porte-monnaie : 1750 gourdes.

La cause : suppression de la subvention etatique. Marche libre. Prix non protege. Avec cette decision de liberer le marche, le portefeuille du menage se degarnit rapidement. L’environnement est davantage expose. Malgre une combinaison des deux sources d’energie : charbon de bois et gaz propane. On verra ben ! dirait-on en France dans le langage argotique.

Les boulangers dans la tournante

Premiere repercussion de la guerre en Ukraine : l’importation du ble ukrainien tient du tour de force. Du coup, le prix de la farine de ble s’est envole. Alors, les fabricants de hausser de semaine en semaine le prix du pain. Je me trouvais dans un mini-market au bas de la rue Metellus quand le proprietaire voulut s’arracher les cheveux :

Hier, le prix du sachet de pain tranche a ete etiquette a 170 gde voila qu’aujourd’hui le distributeur nous enjoint de modifier encore une fois (le prix) a 180gourdes.

A la verite, dans un raisonnement (savant) de prix historiques, jamais produit de consommation courante n’avait crutant valse en fait de prix. Historiquement, situons-nous au milieu de l’annee 2021, le sachet suit une courbe evolutive : 125gourdes, 130gourdes, puis 150gourdes et en mars 2022 : 170 gde, Avril : 180gourdes. Placons ces prix successifs sur l’axe des abscisses [ligne horizontale] et en ordonnee/ la meme quantite, soit le sachet de pain tranche.

[Droite verticale]

Amusez-vous avec le deplacement de la courbe, toujours a droite, a droite, a droite et vers le haut.

Sauf que dans l’intervalle le portefeuille des menages se degarnissent, le pouvoir d’achat (<> est plus significatif et plus euphonique) malmene par la stagnation des revenus et l’inflation due a la hausse continue du change.

Une ultime remarque non denuee d’importance : d’un supermarche a l’autre, les etiquettes varient pour le meme sachet du meme fabricant. Ici, 180 gourdes, la, 185gourdes, plus loin, 190gourdes. Ces ecarts sont dus a la necessite de faire face aux frais de generale par l’entreprise commerciale.

D’ou la jonglerie sur les marges.

La mangue inabordable

A l’epoque du careme, je m’interesse a la cerise et a la mangue pour soupeser l’offre et la demande de produits fruitiers locaux. La cerise parce que la petite marmite peut etre emportee une semaine au prix de 50 – 60 gourdes. La semaine suivante elevation a 75 gourdes. Jamais (ou rarement) au-dela. Pourquoi ? Le caractere perissable du produit. Les marchandes choisiraient de speculer jusqu’a reclamer 100gourdes pour la petite marmite que cette decision serait irrationnelle (denuee de bon sens). La chaleur etant l’ennemi numero de la cerise. En un rien de temps, ca se liquefie.

Quand a la mangue, pendant les premiers mois de l’annee 2022 jamais quantite offerte n’a ete aussi invariable : trois mangues <> au prix de 100 gourdes. Il en fut ainsi. Jusqu’a ce que l’offre devint abondante. Alors, il a bien fallu decelerer lever le pied sur l’accelerateur (du prix a la vente). Se traduisant par une hausse de quantite : jusqu’a cinq unites en general accortes, joufflues.

Observation sociologique decoulant de la structure du marche. Une femme au foyer releve fort a propos qu’avec les marchandes occupant un emplacement au marche, le prix d’importe quel produit agricole est surevalue. A l’inverse, la flexibilite de la marchande ambulante entraine que le menage peut emporter le produit desire a un prix moindre. Pourquoi ? Le <> doit partir, je veux dire avec l’offre manuelle [je n’exagere en rien], irrationnel de rigidifier les prix. <>est des lors contre indique.

J’ai choisi ces 3 articles de consommation courante en matiere d’illustration. [J’aurais pu etendre la reflexion au lait emporte dont la caisse rien qu’en avril, est passe un premier dimanche a 1800gourdes, le 2e dimanche a 1900gourdes. Autant dire que le consommateur doit se depecher de l’emporter pour se mettre a l’abri de la prochaine hausse le 3e dimanche. Anticipation rationnelle.] Il est evident que par le portefeuille des menages passent des trois d’air tant il se desemplit a une vitesse grand V. Malgre tout, les menages estiment que l’inflation n’est pas le probleme numero un [on s’habitue c’est tout, dirait Jacques Brel ou il faut faire avec, dirait Gilbert Becaud]. Mais bien la montee des perils avec une insecurite galopante due au recul de l’Etat de droit.

Jean Claude Boyer