<> de Irsa Vieux, des plaies ? vif

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<> (Butterfly publication, 2022) commence dans une langue admirable de simplicit?. La premi?re phrase est un voyage : <>. La derni?re ?voque l’occupation, l’imp?rialisme : <> Est-ce un roman de m?moire ? Un livre d’histoire ? Comme vous voulez, aurait dit Franck?tienne.

Ce roman de m?moire nous fait d?couvrir une romanci?re surdou?e pour le doute, la beaut? et l’imaginaire. Il est question de l’imp?rialisme, de la dictature, des gangs. Il est question de l’ailleurs. Le roman, tr?s beau et tout juste en appel ? l’esprit de r?sistance et ? l’avenir.

C’est donc l’histoire d’un couple qui a pris l’avion pour venir en Ha?ti en vue de d?couvrir une l?gende mais en m?me temps afin de se reposer. Arriv? en Ha?ti, Chamille et Grant visite Kenscoff Chez Lucinda. Ils sont tomb?s amoureux de ce petit coin d’Ha?ti jusqu’? ce qu’ils d?cident enfin de visiter Beauvillier, l? o? se trouve la l?gende. L’auteure, avec maestria, nous dit la gen?se de la commune de Beauvillier. Livre d’errance et de douceur, Irsa Vieux nous raconte avec force d?tails la r?volution de 1946, l’occupation am?ricaine, la dictature, la violence et l’Ha?ti d’antan.

Certains r?cits vous arrivent comme des paquets de mer en plein visage : pass? le choc et l’asphyxie, viennent la sensation du froid, du mouill?, de la col?re, <> est de cet ordre-l?. Cultivant la confusion des perceptions, cette litt?rature du d?bordement, ce style <> ni de force ni d’?tranget?. Mais noy? sous la mar?e des substantifs, des verbes en cascade et des images gorg?es de sens, le cri terrible du roman se perd, privant le r?cit d’une part de lui-m?me. Ce captivant roman historique, qui fourmille ? la fois de rebondissements et de touches d’humanisme, t?moigne d’une ?poque r?volue qu’il ne faut surtout pas oublier. Il ne faut pas oublier la dictature, la violence, l’incapacit? politique de nos dirigeants. Il ne faut pas oublier les macoutes. Il ne faut pas oublier la couleur de nos r?ves.

Des plaies ? vif

D’embl?e, l’originalit? de cet univers nous s?duit. Puis nous bouleverse. Ce roman est une saisissante descente aux enfers. Une de ces descentes dont on devine, d?s les premi?res pages, qu’il n’y a aucun espoir de retour. La puissance de ce roman est aussi due ? la virtuosit? de sa narration, puzzle polyphonique qui montre tour ? tour les points de vue de diff?rents protagonistes et, ? travers ceux-ci, leurs int?r?ts, leurs doutes et leurs calculs.