Des acteurs appellent ? un accord global pour sortir le pays de la crise

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ce nouvel appel ? compromis est venu de la Solidarit? pour la D?mocratie et le D?veloppement (SOLID). Un regroupement de partis, de mouvements politiques, d’anciens s?nateurs de la R?publique, d’anciens hauts fonctionnaires de l’Etat (directeurs g?n?raux, ministres,…) et d’organisations sociales.

“Nous, repr?sentants de SOLID, RENMEN AYITI, et alli?s signataires de la pr?sente, entendons appeler et de fait appelons : Tous les acteurs politiques et sociaux inclusivement, le secteur priv? des affaires et les repr?sentants des organisations de la soci?t? civile active ? s’engager, sans d?lai, sur la voie d’une entente la plus inclusive possible”, lit-on dans une note portant les signatures d’un ensemble personnalit?s, dont Walsonn Sanon (ANF?S pou Ayiti), Dr Evalli?re Beauplan, ex-s?nateur (MOLHA), Jean Marie Cherestal, ex-Premier ministre (PONT), Dr Kelly C. Bastien, ex-s?nateur (KRAN), Me Desras Simon Dieuseul, ex-s?nateur (PALMIS) et Ronald Lar?che, ex-s?nateur (Equilibre d?mocratique).

Les signataires de la note disent ?tre dispos?s ? prendre part aux diverses initiatives visant une r?solution pacifique de cette crise aux fins de cr?er un climat de paix sociale et de stabilit? politique.”Nous nous engageons ? consentir les sacrifices n?cessaires, au nom de la patrie commune, en travaillant d’un commun accord avec les autres acteurs tant du pouvoir que de l’opposition, pour qu’Ha?ti puisse sortir de ce chaos”, affirment-ils. Ajoutant: ”Dans les limites des conventions internationales, nous appelons les acteurs de la communaut? internationale ? venir en appui ? Ha?ti, dans le cadre de cette crise, par le biais de coop?ration techniques et financi?res, ce dans le respect mutuel”.

Cet accord global, selon les signateurs de la note, doit permettre ? tr?s court et ? moyen terme de s’attaquer au probl?me de l’ins?curit? qui, en plus de semer deuil et d?solation au sein de la famille ha?tienne, emp?che ?galement la libre circulation des personnes et des biens; de lutter contre la chert? de la vie y compris la d?valuation constante de la gourde par rapport au dollar am?ricain; et d’organiser des ?lections inclusives et transparentes dans un d?lai raisonnable pour le renouvellement du personnel politique et le retour ? la normalit? institutionnelle.

Ce document est aussi endoss? par le Dr Martineau Guerrier, ex-s?nateur (BRISE), Dr Frantz Toyo,ex-repr?sentant d’Ha?ti ? Gen?ve (Femmes l’Azile en Action ), Lydent Garnier, Jean Samuel Guerrier, ex-fonctionnaire parlementaire (Mouvman sitwayen angaje pou Ayiti), La Plateforme politique RENMEN AYITI de Me Jean Henri C?ant, ex-Premier ministre; l’organisation socio-politique AIMER-HA?TI de Me Camille Leblanc, ex-ministre de Justice; CRI DES NIPPES d’Eslhomme RAYMOND, sp?cialiste en am?nagement du territoire et en gestion des collectivit?s territoriales et la Plateforme politique UPAN de Marc Guillaume, ex-directeur de cabinet TPTC.

Ce nouvel appel lanc? par des acteurs politiques renforce d’autres initiatives visant les m?mes objectifs. Des structures comme PEN-Modifi?, Groupe de Concertation politique et Accord unitaire d’Ha?ti ont entrepris des d?marches en vue d’un compromis pour mettre fin ? la crise. “Nous avan?ons”, a d?clar? au journal l’ancien d?put? A. Rodon Bien-Aim?. Il pr?cise par ailleurs qu’un document refl?tant les diff?rentes rencontres d?j? organis?es est en pr?paration. “Le document doit ?tre pr?t et sign? d’ici la fin de cette semaine pour ?tre transmis au Premier ministre Ariel Henry”, a-t-il d?clar?, soulignant que le groupe a d?j? rencontr? beaucoup d’acteurs dans tous les secteurs.

Si de plus en plus d’acteurs appellent ? un compromis global ou historique pour r?soudre la crise, le Bureau de Suivi de l’Accord Montana voit la question autrement. Dans une note dat?e du 30 octobre et portant la signature de Ginette Ch?rubin, Pierre Wickens Cherism?, Marie Christine Stephenson, Jacques Ted Saint-Dic, Magali Comeau Denis et Ernst Mathurin, le BSAP estime que la paralysie des activit?s entre dans un plan pour justifier l’occupation du pays par une force multim?dia. Les appels au compromis, d’apr?s les signataires de la note publi?e en cr?ole, fait aussi partie du plan. <>, ?crivent-ils. Ajoutant : <>.

Avant les appels ? compromis des derniers jours, plusieurs rencontres s’?taient d?roul?es entre le Premier ministre Ariel Henry ou ses repr?sentants et le BSAP ou ses repr?sentants en vue d’un accord de sortie de crise.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.