Des acteurs de la société civile du Nord-est posent 7 conditions pour une nouvelle relation haïtiano-dominicaine

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Des acteurs de la société civile et du secteur privé du département du Nord-est ont retenu 7 conditions obligatoires pour que le pays redéfinisse sa relation diplomatique et commerciale avec la République dominicaine.

Des membres de la société civile et du secteur privé du département du Nord-est ont posé sept conditions pour une nouvelle relation haïtiano-dominicaine. Cette décision a été prise le lundi 9 octobre par le Bareau de Fort-Liberté, la chambre de commerce du Nord-est, la Fédération des associations de commerçants du Nord-est, l’association des journalistes de Ouanaminthe entre autres, après qu’ils ont examiné objectivement l’histoire et les relations des deux peuples, et ont convenu que la radiographie des relations diplomatiques et commerciales Haïti- RD est abominable, révoltante et intolérable. A travers une note signée par ces structures, ils ont retenu sept premières conditions obligatoires, comme paramètres de redéfinition du domaine de relation diplomatique et commerciale entre les deux pays.

Dans cette note, les membres de la société civile donnent vainqueur la ville de Ouanaminthe qui a résisté malgré les pressions diplomatiques de la République dominicaine. “Victoire inédite et historique. Les habitants de la commune de Ouanaminthe, qui ont engagé viscéralement une lutte de dignité avec la République Dominicaine (RD), sont entrés triomphalement dans les annales de l’histoire. Le président Luis Abinader, épuisé par la résilience des Haïtiens, abdique“, ont-ils écrit.

En ce sens, les membres de la société civile du département du Nord-est qui ont participé à cette réunion lundi dernier refusent que le commerce frontalier reprenne son cours dans les mêmes conditions exécrables, dégradantes et inhumaines. Après plusieurs constats, ils ont décidé de poser sept conditions obligatoires que nous allons mentionner ci-dessous.

Comme première condition, les membres de la société civile exigent que la République dominicaine reconnaisse péremptoirement le droit d’usage de la République d’Haïti quant aux ressources en eau partagées.

2- le rééquilibrage du marché binational où les droits de chaque État doivent être équitablement répartis. Les Dominicains bénéficieront d’un jour de marché ; les Haïtiens, autant.

3- le respect de l’Etat dominicain concernant les règles de déportation des Haïtiens entassés dans des cages suffocantes. Les violations de droits humains notamment les agressions physiques, le viol et la traite de personne doivent cesser.

4- les étudiants haïtiens, régulièrement établis en République dominicaine, doivent bénéficier d’un visa d’étudiant pour toute la durée de leurs études, sans besoin de payer une taxe d’entrée mensuellement ou trimestriellement.

5- la création d’une commission d’audit internationale ayant pour mission d’examiner la délimitation géographique des deux États et en faire rapport à chaque Gouvernement.

6- l’évaluation et l’approbation par un service de la Douane des marchandises en provenance de la RD et à destination d’Haïti. Leur qualité doit être attestée par ledit service dont copie du document peut être obtenue par tout ayant-droit.

7- les haïtiens victimes de l’immigration et de toute instance de la RD doivent faire l’objet d’une enquête d’une Commission spéciale « Justice et Vérité », composée d’Haïti, de la République Dominicaine et d’autres pays. Le rapport sera adressé à chaque Gouvernement.

La note a été signée par: Mouvement Mutation Haiti(Me Eventz FILS , Bâtonnier de l’ordre des Avocats de Fort-Liberté), Pierre Paul ALBERT(Président de la chambre de commerce du Nord’est), Clément PIERRE(Président de la fédération des associations de commerçants du Nord’Est), Dionel GERMAIN(Coordonnateur de l’Initiative Patriotes Marien,IPAM), SIMPSON Charles AMAZAN(Président de l’association des journalistes de Ouanaminthe), Emmanuel RAPHAEL, Tony DESOGUSTE,Heral MYRTIL,James Dobson, Gerald JEAN CHARLES tous avocats du barreau de Fort-Liberté, Ing Hervé Pierre(association des professionnels de Ouanaminthe), Patrick EMILIEN, écrivain et Roselène PIERRE(Mouvement de femmes).

À lire aussi :

Le taux de référence calculé par la BRH pour ce jeudi 12 Octobre 2023