Des employes du Service d’intelligence national sont attaches a des gangs armes, selon Pierre Esperance

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Dans une publication faite sur Twitter le 5 mars dernier, la Police nationale d’Haiti (PNH) a fait savoir qu’elle avait procede, a travers ses unites de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), a l’interpellation, a Turgeau, de six individus faisant partie du Service d’intelligence national. <>, a precise la PNH.

Ces six personnes, precise Pierre Esperance, qui intervenait a l’emission Panel Magik, sur Magik9, le mercredi 9 mars 2022, sont des employes du ministere de l’interieur et des Collectivites territoriales (MICT) a travers le Service d’intelligence national (SIN). Les armes trouvees dans leur vehicule ne sont pas enregistrees. La seule arme enregistree n’appartient a aucune des personnes interpellees dans le vehicule, ajoute le directeur executif du Reseau national de defense des droits humains (RNDDH).

Selon les revelations du directeur executif du RNDDH, une cinquantaine de personnes font le va-et-vient au bureau du SIN qui, souligne-t-il, se retrouve au local du ministere de l’Interieur et des Collectivites territoriales (MICT). Certains d’entre eux font partie de bandes armees, en particulier des gangs membres du G9, poursuit Pierre Esperance. Des six personnes interpellees par la PNH, trois d’entre elles sont attachees au gang de Tibwa, revele Esperance, qui a dit attendre le rapport preliminaire de la police judiciaire.

Le directeur executif du RNDDH soutient qu’il y a des mains politiques cachees derriere l’insecurite qui sevit dans le pays. Pour resoudre ce probleme, recommande-t-il, il faut d’abord resoudre le probleme de gouvernance.