Des gangs s’affrontent et imposent la terreur ? Port-au-Prince

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le centre-ville de Port-au-Prince a v?cu l’horreur ce mercredi 27 juillet. La bataille opposant le gang “Krache dife”, proche de la coalition G9, et celui du Bel-Air, alli? de la coalition G-P?p, a atteint son paroxysme. T?t dans la matin?e, des rafales d’armes automatiques ont retenti un peu partout. Sur des vid?os publi?es par des m?dias en ligne, on peut apercevoir des individus arm?s, certains torse nu, d’autres en treillis militaire, se mesurer avec leurs rivaux. Ils ont ?t? aper?us jusqu’? la rue Lamarre, ? quelques m?tres du Quartier g?n?ral des Forces arm?es d’Ha?ti.

Pris entre deux feux, les employ?s, commer?ants ont ?t? en difficult? au centre-ville. Des sc?nes de panique ont ?t? constat?es. Certains ont tent? de fuir non sans prendre le risque d’?tre atteint d’une balle perdue. Rodolphe Franckel, employ? de l’entreprise l’Imprimeur, situ?e ? c?t? du Nouvelliste, a ?t? atteint d’une balle perdue, ce mercredi matin, ? la rue du Centre, devant les locaux du journal. Il a ?t? transport? en urgence ? l’h?pital. Des m?dias en ligne et d’autres t?moins rapportent que d’autres personnes ont ?t? ?galement bless?es par balle ce mercredi.

Des riverains de Poste-Marchand, de Fort National, de Solino, de Nazon, etc. ont fui leurs maisons pour ?chapper ? la pluie des balles. Un ?tudiant de la Facult? d’ethnologie s’est plaint sur les r?seaux sociaux d’avoir constat? que des projectiles atterrissent dans l’enceinte de sa fac. Une r?dactrice du Nouvelliste, habitant ? Nazon, rue Brun Ricot, a confi? qu’un projectile a atterri dans sa chambre. Elle habite ? quelques kilom?tres des zones d’affrontements.

Le spectre de se faire toucher par une balle perdue a contraint les responsables de la Facult? des Sciences ? cesser toute activit? acad?mique au sein de cette entit?.<>, peut-on lire dans la note du conseil de direction du FDS. Les responsables de la Cour des comptes ont ?galement demand? aux employ?s de rester chez eux.

Des hommes munis d’uniformes de la PNH sont remarqu?s dans les zones d’affrontements. Des t?moins rapportent que des blind?s de la PNH interviennent ?galement dans ces zones. Le Nouvelliste a contact? sans succ?s les responsables de l’institution polici?re.

Manifestation et panique ? Delmas

Par ailleurs, au cours de cette m?me journ?e de mercredi 27 juillet, une tension a r?gn? sur la route principale de Delmas. Des dizaines de protestataires ont d?fil? dans les rues pour exiger la d?mission du premier ministre Ariel Henry. Des barricades de pneus enflamm?s ont ?t? remarqu?es dans les rues. Certains manifestants ont incendi? un v?hicule non loin des bureaux de l’ONA ? Delmas 17. La police a fait usage de gaz lacrymog?ne pour disperser le rassemblement ? Delmas 33 et ? Delmas 48.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.