Des organisations de femmes ont organisé une marche pour la paix pour dire non à la violence des gangs

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

L’organisation “Mouvman Pou Lapè” regroupant des organisations féminines a organisé une marche pour dire non à la violence des gangs.

L’organisation “Mouvman Pou Lapè” regroupant plusieurs organisations féminines dont SONAFAL et le Secteur des Femmes Engagées pour Haïti, a organisé ce mercredi 31 janvier 2024, une marche pour la paix au centre-ville de Port-au-Prince. Plusieurs membres de la population, majoritairement des femmes qui ont répondu à l’appel, ont exprimé leur ras-le-bol face à la situation sécuritaire du pays qui se dégrade au quotidien à cause de la violence des gangs dans les quartiers populaires.

“On tue nos maris. On crève les yeux de nos maris. Nous sommes livrés à nous-mêmes. Les femmes n’ont pas de domicile à Carrefour-Feuilles, Cité Soleil, Pernier. Aujourd’hui, nous avons décidé de fouler le macadam pour dire non à la violence. Nous voulons de la sécurité, du dialogue. Non à la violence. Nous sommes à bout de souffle”, a lâché Carline Dominique, représentante de SONAFAL.

Carline Dominique a fait savoir que les organisations continueront à demander la paix. “S’en est assez. Nos enfants ne peuvent pas aller à l’école. Nous sommes à bout de souffle. Nous avons perdu nos maris, nos frères. Nous continuerons à marcher jusqu’à ce que nos cris soient entendus”, a-t-elle dit.

Par ailleurs, Marjorie Millord, secrétaire des Femmes Engagées pour Haïti, est allée dans le même sens pour dénoncer les mauvaises situations auxquelles sont confrontées les familles qui sont obligées de fuir leurs maisons pour échapper à la violence des gangs armés dans plusieurs quartiers de la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines villes de province. La responsable prêche l’unité qui d’après elle peut sortir Haïti de ce marasme.

Marjorie Millord est pour une intervention des forces étrangères. Elle lance un appel à la communauté internationale. Elle souhaite la venue d’une force multinationale pouvant aider la PNH dans la lutte contre le banditisme. “Je lance un appel à la communauté internationale pour soutenir la PNH afin de déraciner les bandits”, a-t-elle dit.

Cette marche pacifique pour la paix a été une initiative de plusieurs organisations féminines dont SONAFAL, le Secteur des Femmes Engagées pour Haïti entre autres.

Accompagnées de bandes de rara, les femmes ont marché depuis devant la Natcom en passant par l’avenue Lamartinière, l’avenue Christophe, la rue Capois pour aboutir sur la Place de la Constitution au Champ de Mars.

CP: Maxime Louissaint

À lire aussi :

Pènye: Stevens Jeanty nan gwo difikilte ak 2 je l aprè bal bandi fin flote l ladan yo