Dilia Lemaire, avocate militante

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Dilia Lemaire nous attend discretement juste a l’interieur du portail de la maison au centre-ville, un jour sans grande chaleur, sans aucune brise. Elle avance dans le grand jardin sauvage autour des vestiges de la maison de ses parents, effondree lors du tremblement de terre de 2010. Elle montre des orchidees qui poussent au sol entre les mosaiques de l’ancien salon, elle offre des cerises tantot sures, tantot douces qu’elle cueille en marchant. Dans son grand espace ouvert facon loft, elle met en evidence un assortiment d’instruments de musique d’Haiti et d’Amerique Latine sur le mur et decroche une flute pour la caresser. Debout a cote d’un vieux piano qu’elle avoue ne pas jouer, elle effleure une majestueuse armoire en bois d’acajou du19eme siecle s’emerveillant <> Elle raconte collectionner les vieux livres et meubles des amis et parents. On les a regardes jusqu’a l’etourdissement, tous ces objets devenus les temoins de son histoire.

Elle parle lentement. Elle articule chaque mot, tant elle mesure leur importance. Chaque phrase est solennelle, tant son experience de plaidoirie lui est devenu seconde nature. Tres vite, on sait que Dilia Lemaire est avocate de profession. Sa trajectoire singuliere est celle d’une femme determinee et d’une ambition presque timide. Elle a travaille avec certains des cerveaux les plus brillants qu’Haiti a eu a offrir : les avocats Martial Celestin et Gary Lissade. Elle a bosse dans le secteur des affaires, et a offert l’assistance legale aux demunis, a des gens de l’arriere-pays, a des femmes violentees. Elle a aussi marque l’histoire. En effet, Me Lemaire a ete la premiere femme a integrer le Conseil Superieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Ses tempes grises trahissent le long parcours de celle qui connait presque tous les meandres de la justice haitienne. Tout responsable politique serieux doit certainement avoir le nom de Dilia Lemaire sur sa liste courte de ministres potentiels pour le portefeuille de la justice, compte tenu de son experience hors-pair et de son parcours professionnel sans faute.

D’emblee, elle avoue que la justice en Haiti est <> inefficace, et ne resout pas les problemes. Et contrairement a ce qu’on croit, tout le monde– ceux qui ont les moyens de corrompre tout comme ceux qui n’ont pas les moyens de corrompre — se plaint de la justice. <> lache-t-elle, admettant volontiers qu’un juge a Port-au-Prince et un a Coteaux ne gere pas la meme situation.

<> Si elle offre des reflexions sur le systeme judiciaire qu’elle connait par coeur et met l’accent sur des politiques publiques en matiere de justice, c’est qu’elle a siege durant deux mandats au CSPJ. Ces six annees lui ont suffisamment marquee pour qu’elle reponde bien vite, <>

Cette incroyable aventure debute en 2012 quand Dilia Lemaire est designee par des organisations des droits humains pour representer la societe civile au CSPJ. Quand elle a ete elue en 2008 (le CSPJ est mis sur pied seulement en 2012), les coeurs des feministes ont du palpiter tres fort, surtout que son entree en fonction a ete suivie quatre mois plus tard par celle d’une deuxieme femme, la juge Wendell Coq Thelot–un double brisant le profond sexisme des institutions haitiennes, tant publiques que privees.

Quelle que soit la mesure utilisee, Dilia Lemaire allait faire face a des vents contraires au CSPJ, par son temperament, par son sens du travail bien fait, par ses valeurs morales. Et malgre qu’elle fut seule a defendre certains dossiers, elle a gere l’un des passages les plus remarques dans une instance etatique.

Elle admet avoir hesite a se presenter, compte tenu des lourdes attentes face a l’ampleur de la tache puisque le CSPJ est l’organe d’administration, de controle, de discipline et de deliberation du systeme judiciaire en Haiti. Ainsi, il administre le fonctionnement de la justice et le controle de tous les juges, a l’exception des parquetiers /commissaires du gouvernement et substituts appeles procureurs aux USA, l’executif ayant garde mainmise sur le personnel y travaillant (greffiers, huissiers, informaticiens, dactylographes et autres). La loi creant le CSPJ lui donne le budget de fonctionnement des tribunaux mais confie le budget d’investissement au ministere de la justice d’ou les difficultes d’une administration efficace et professionnelle.

Le CSPJ, compose de neuf personnes en fonction pendant trois ans, a suscite des remous des sa creation par un decret en 2005, vite remplace par une loi en 2007. <> declare Me. Lemaire. En effet, a l’epoque de sa creation, ni le president Rene Preval ni son ministre de la justice Paul Denis ont pris des mesures necessaires pour rendre le CSPJ effectif, mesures telles un arrete pour nommer ses membres, ou la mise a disposition d’un budget et des ressources comme cela se fait pour toute nouvelle institution. Resultat : le CSPJ existe mais ne fonctionne pas.

L’amendement constitutionnel de 2011, qui stipule que le Conseil Electoral Permanent serait constitue de trois membres des trois pouvoirs dont le CSPJ, va precipiter les choses. L’executif d’alors veut nommer un Conseil Electoral Permanent mais se rend compte qu’il ne peut pas le faire sans le CSPJ. C’est cette obligation constitutionnelle qui le force a l’instituer et a nommer ses membres.

<> indique Me. Lemaire. <>

Coup de tonnerre. Quelques jours apres sa prestation de serment en juillet 2012, Dilia Lemaire demissionne. Qu’est-ce qui l’a pousse a se retirer de la plus haute instance judiciaire du pays qu’elle venait de joindre ? C’est pour protester contre la designation arbitraire, par un vote minoritaire du president et de trois autres membres du CSPJ, des trois personnes devant representer le systeme judiciaire au Conseil Electoral Permanent.

<> explique Me. Lemaire. Malheureusement, le processus etabli conjointement n’a pas ete suivi, pire, c’est a la radio qu’elle apprend la nouvelle de cette designation. Personne ne trouve le proces-verbal de la rencontre de designation. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas eu de seance formelle — en violation de l’article 13 de la loi creant le CSPJ– et en depit de la contestation de quatre membres qui avaient denonce l’illegalite d’une telle rencontre. <> se souvient l’avocate qui a un cote franc cohabitant parfaitement avec un fort temperament.

Le processus a repris, et deux mois plus tard, Me. Lemaire rejoint le CSPJ malgre ses hesitations. Avec ce retour, la Conseillere precise sa mission : defendre l’independance du pouvoir judiciaire, mais aussi exiger le retrait des trois membres mal nommes et les remplacer par les trois personnes designees selon les procedures tracees par les conseillers et conseilleres dans l’arrete presidentiel creant le Conseil electoral permanent. Ce qui sera fait.

Le recit de Dilia Lemaire offre un regard singulier sur le CSPJ, et peut deranger puisque son constat est cinglant et sans appel : <>

Les debuts ont ete tres difficiles puisque la nouvelle institution a vecu un boycott du ministere de la justice qui ne lui a transmis aucune information, selon Me. Lemaire. <> Ainsi, il fallait inventorier : <>

Elle se plaint qu’il y a beaucoup trop de laxisme et pas suffisamment de mecanismes de controle. Pour qu’il y ait un bon fonctionnement de la justice, il doit avoir un controle des taches et de la quantite de travail realise, explique-t-elle. L’un de ses soucis prioritaires est que le CSPJ, qu’elle qualifie de structure collective mais avec une majorite qui ne sait pas administrer, n’a pas fait en sorte que le travail fait soit controle. <> dit l’avocate. <>

Le CSPJ fait la certification des magistrats et les transferts. En ce qui a trait a la nomination des juges, le CSPJ soumet les noms et le president de la republique les choisit de la liste soumise. La loi prevoit que six mois avant la fin de mandat, le juge remplit les formalites pour son renouvellement. Mais les mandats d’au moins 60% des juges ne sont pas renouvele et la distribution de juges se fait avec un manque de coherence. <> deplore-t-elle.

C’est aussi une question d’hommes et de femmes. Il y a des ressources limitees, il y a la corruption, l’incompetence, le manque de connaissances, le manque de volonte, le manque de responsabilisation et de coordination, explique Me. Lemaire. On met des greffiers qui ne savent ni lire ni ecrire bien, l’outil informatique est mal compris, l’ordinateur est utilise comme une machine a taper, des petits cahiers sont utilises pendant que des registres sont gardes intacts dans des placards, et il est difficile de trouver un avocat avec six ans d’experience qui accepte de devenir juge de paix, comme le prescrit la loi, deplore-t-elle. La realite donne des limites malgre la loi et <> Il faut responsabiliser chacun avec une description de taches, or au niveau de la justice, <>

En toute franchise, elle compte ses resultats, notamment la publication d’un rapport sur les activites realisees par le CSPJ en 2012 et 2013, la creation du site web de l’institution, d’un bottin des juges de toutes les juridictions de la Republique, l’inventaire post-cyclone Matthieu des degats au sein de l’appareil de justice dans le sud <> Et la politique d’equite et d’egalite pour le pouvoir judiciaire.

Furieusement feministe, elle a assure le leadership de l’elaboration de cette politique qui est basee sur la politique nationale d’equite hommes/ femmes. <> remarque Dilia Lemaire, qui luttait pour sa mise en oeuvre. Aucun effort n’a ete fait pour cela, malgre quelques avancees sur la prise en compte des questions de genre dans le budget et le vocabulaire judiciaire.

Amertume face a cet assaut fait aux droits des femmes a l’egalite et au mepris de ce travail strategique. Celui qui l’a remplace a dit qu’il ne savait pas quoi en faire. <> Leurs comportements est l’extension du mepris des hommes au pouvoir pour les femmes et leur travail – l’audace, si vous voulez, d’une femme de proposer une strategie d’egalite des femmes et hommes au pouvoir judiciaire ! Me. Lemaire degaine : <>

Son diagnostic capte l’envergure, la profondeur et l’urgence des problemes de la justice en Haiti. Cette aventure, ce voyage etait une tentative — vouee a l’echec comme elle s’est averee — a mettre de l’ordre dans la justice haitienne. Mais pour y arriver, il fallait la bonne volonte de tous, il fallait des moyens qu’elle n’a pas eu. <> constate Me. Lemaire. <>

Elevee au grand air, dans la ville de Bainet au bord de la mer, Dilia Lemaire est issue d’une longue lignee de commercants. Malgre ses annees de vie a Port-au-Prince et ses voyages a l’etranger, elle n’a jamais vraiment quitte Bainet, ou elle se rendait regulierement, avant le blocage de Martissant, pour preparer sa retraite. Elle egrene les moments de son enfance la-bas : des fetes champetres, des promenades a bicyclette, des matchs de football, des vacances chez ses grands-parents maternels, tous deux speculateurs ayant leurs boutiques dans la ville tout comme son pere Eddy Lemaire et sa mere Simone Pierre-Louis. En le faisant, c’est comme si elle tombait sur une graine de son chapelet qui la transporte directement a Bainet, qu’elle appelle la plus belle ville d’Haiti citant le videaste Jean-Pierre Brax : <> Cette <> l’a marquee puisque petite, il lui arrivait souvent d’y passer la nuit parce que si par malheur il y avait une panne, il fallait attendre le retour de celui qui avait ete depeche pour acheter une piece a Port-au-Prince.

Dans sa tribu, on est tres tot inculque qu’il faut rester loin de tout ce qui est politique, synonyme de problemes, et surtout ne pas se faire remarquer. Ainsi, elle a toujours evite les activites de groupe qui frolaient la politique et <> Quand ses parents quittent Bainet et rentrent a Port-au-Prince, pour des soins speciaux pour son frere et sa soeur aujourd’hui decedes, elle y est deja ayant passe ses trois premieres annees de scolarite chez une tante. Presentement, son clan familial est a ses cotes dans la capitale : sa mere et ses filles, Leila, 29 ans, qui travaille dans la communication, et Eddie, 27 ans, dans l’administration hoteliere.

Diplomee en droit de l’Universite d’Etat d’Haiti en 1982 parce que <> Alors que dans sa famille de commercants, <>

Plus tard, elle fera une seconde Licence en droits humains a la faculte de droit de Nantes AUF et en 2011, elle obtient sa maitrise a l’Universite Quisqueya en amenagement des quartiers precaires. Entre-temps, elle voyage a travers l’Europe, l’Amerique du Sud et en Afrique.

Elle decouvre la pratique du droit avec le Cabinet Gary Lissade, traitant des affaires commerciales essentiellement des histoires bancaires et de recouvrement. Elle se plaint de la promiscuite dans ce milieu transactionnelle. Elle avoue fermer les portes de la negociation <> Elle deplore qu’au lieu de discuter d’un dossier, la tendance de l’avocat adversaire etait de <>

En 1985, elle part travailler en tant que membre du contentieux internes de la Banque de Boston. Tres vite, c’est l’ennui : <> Le chomage n’emeut pas Dilia Lemaire, elle est plutot une femme de conviction. Ainsi, elle laisse la banque, n’etant pas confortable dans le secteur prive des affaires. En 1987, profitant de son temps libre, la jeune avocate demenage en Floride pour un cours d’informatique mais obtient l’autorisation de faire un stage d’avocate pendant quatre mois, ce qui a change sa vie : <>

A son retour au pays en 1988, elle rejoint le Cabinet Martial Celestin, patron de son memoire de sortie d’universite. Elle restera deux decennies, tissant sa toile dans les differentes activites du cabinet, ce qui l’a <> Le cabinet traitait des affaires de propriete, des conflits terriens, des affaires familiales, des dossiers de pension alimentaire, de garde d’enfants, de dettes impayees — des dossiers sans scandale. Elle se souvient : <>

Me Celestin, ancien diplomate a Paris sous le president Estime, membre fondateur du parti politique RDNP, ex-membre du contentieux du ministere de la justice, avocat ayant une brillante carriere depuis les annees 40, a ete plus qu’un mentor pour elle. C’est une rencontre cruciale dans la vie de l’avocate, qui a largement contribue a son eveil ethique. <> raconte-t-elle.

Cet ancien premier ministre du President Leslie Manigat se voyait critiquer parce qu’il etait pieton malgre son experience a la tete du pays : <> Dilia Lemaire se regale en racontant que ce cultivateur, planteur de Gantier <> prenait un malin plaisir a repondre <>

Au debut des annees 1990 et durant dix ans, elle se consacre a mi-temps a l’association Haiti Solidarite International (HSI), fondee par Jean Lherisson, le pere de ses filles, avec Micha Gaillard et Edwige Balutansky, des militants politiques. Elle travaille au secretariat et parce que Dilia Lemaire a du civisme, elle apporte sa contribution en mettant sur pied un projet d’assistance legale gratuite. Pour rendre les services legaux accessibles au plus grand nombre en accompagnant et aidant concretement <> les gens arretes qui n’ont pas d’avocats. L’avocate doublee d’une engagee evoque cette experience qui lui a permis de rencontrer des jeunes etudiants en droit et partager cette vision de l’avocat qui aide, d’etre en contact avec des gens totalement demunis qui ne pouvaient pas se payer un avocat et risquaient de retourner en prison, de cotoyer les juges et de voir comment ils fonctionnent quand l’Etat ne leur donnait pas les moyens, de comprendre le dysfonctionnement de la justice et le grand ecart qui existe entre la justice et les autres secteurs et entre la legislation et la realite.

Ce travail concret, utile et de proximite permet d’avoir une vision de la societe haitienne, dont on ne tient pas suffisamment compte, se desole Me Lemaire. <>

Aujourd’hui et ceci depuis vingt-sept annees, Dilia Lemaire est responsable de la section juridique de Mouvement des Femmes Haitiennes pour l’Education et le Developpement (MOUFHED), une association de promotion et de defense des droits des femmes et de vulgarisation de la legislation. Cree en 1993 par sa directrice executive, Jessie Ewald Benoit, MOUFHED voulait prendre la releve de Fanm d’Haiti, qui, apres la marche des femmes du 3 Avril 1986, s’etait eclate en plusieurs groupes. <> dit-elle. Travailler dans le secteur associatif de la societe civile est moins frustrant et beaucoup plus porteur, plus gratifiant que dans le prive, avoue-t-elle.

Elle a, avec MOUFHED et d’autres associations de droits humains notamment le COEDH, Kay Fanm et RNDDH, decide d’aider des victimes qui accepteraient de porter plainte contre le dictateur Jean-Claude Duvalier, quand la nouvelle de son retour s’est fait entendre. Le Collectif Contre l’Impunite a ete mis sur pied et l’avocate explique que <> Avec une vingtaine de plaignantes, le Collectif a demande que Duvalier soit arrete a son arrivee en janvier 2011, mais on l’a mis en residence surveillee. Le juge devait le poursuivre pour des crimes fiscaux et economiques, et des crimes contre l’humanite mais a decide autrement — son ordonnance l’envoyait au tribunal correctionnel uniquement pour crimes fiscaux.

Avec l’aide de Avocats Sans Frontieres, les victimes ont fait appel et ont gagne. Resultat : l’ordonnance qui meritait d’etre annulee l’a ete, et un autre juge a ete designe pour refaire l’enquete. <> Malgre que certaines victimes soient mortes, ainsi que certains bourreaux, le Collectif ne laisse pas tomber puisque le dossier etait contre Duvalier et consorts. Actuellement, il est egalement devant la Cour interamericaine des droits humains. C’est comme pour le dossier de Jean Dominique, assene l’avocate : <>

C’est justement parce que Dilia Lemaire bataille inlassablement pour les droits des femmes qu’elle est devenue une activiste pour les femmes incarcerees : <> Elle donne l’exemple d’une dame accusee de kidnapping qui est emprisonnee depuis longtemps. Depuis 2016, son dossier qui avait le corps du delit, donc passeports, pistolets, est introuvable — tout a disparu. Le doyen a peur de liberer <> C’est une injustice criante dont <> declare Me. Lemaire. Il est evident que cette responsabilite peut etre assommante : <>

Elle ne decolere pas des conditions de vie horribles de ces femmes, dont 20% sont condamnees et 80% sont en attente d’un proces d’un systeme qui est bloque, explique Me. Lemaire. Elle evoque le scandale de 2018, quand douze femmes ont ete victimes de viols par des detenus suite a une emeute a la prison des Gonaives. Apres ce drame, seules sept femmes et une mineure ont ete liberees. Deux semaines apres, les dossiers des cinq autres n’avaient pas ete traites quand MOUFHED a entame une action pour demander a la doyenne des Gonaives d’intervenir, ce qu’elle n’a pas voulu faire. <> lache cette experte de la justice haitienne.

Le message de Me. Lemaire c’est que les droits fondamentaux des citoyennes et des citoyens ne sont pas pris en compte par ceux qui doivent les prendre en compte et que dans tous les secteurs, les services ne sont pas donnes. <>.

Tout le monde a des problemes avec la justice judiciaire, tout le monde a des problemes avec la justice sociale, assene l’avocate, tres attachee a la responsabilite des citoyennes et des citoyens. Ce n’est pas seulement la justice, c’est nous autres aussi, nous qui meritons d’etre sanctionner, nous qui voulons tant avoir raison, plaide Me. Lemaire. Mieux vaut ne pas se fier a sa douce voix quand elle nous rappelle a l’ordre : <>

Optimiste malgre le desastre ambiant, elle admet qu’elle est <> Mais, elle a ses moments de ras-le-bol. <> De maniere emphatique, elle dit : <> Elle martele que chaque pierre est importante, qu’elle soit petite, moyenne ou grosse et vu qu’on est nombreux a travailler, <>

L’avocate de 64 ans prevoit que <> sera encore plus difficile dans les prochaines annees. Ainsi, les plans pour sa prochaine etape sont de reconstruire la maison familiale de Bainet, totalement detruite par le cyclone Matthieu, et trouver une activite qui lui permet de travailler, soit avec une association de femmes ou ouvrir un cabinet d’avocat ou une etude de notariat tout en comptant sur la solidarite d’un cousin qui y vit encore. <> elle soupire. Comme si, ses annees a Port-au-Prince n’avaient ete qu’un lent retour a Bainet.