Discours du ministre de l’Economie et des Finances au Sommet international de la Finance

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Chaque annee, le Sommet international de la Finance s’ouvre sur un espace de reflexions et de debats pertinents, capables de generer des solutions de financement innovantes pour le developpement national. Il m’appartient, en ma qualite de Ministre de l’Economie et des Finances, d’adresser, au nom du Gouvernement, mes felicitations les plus vives et mes remerciements les plus sinceres a l’ensemble des organisateurs de ce grand evenement pour les efforts colossaux qu’ils ont toujours su deployer et la somme de sacrifices consentis a la reussite de cette activite.

Cette 12e edition qui rassemble ici, autour d’une meme vision, des autorites politiques, des acteurs institutionnels, des entrepreneurs ainsi que des Partenaires Techniques et Financiers d’Haiti, se doit, dans ses resultats, de porter un nouvel espoir. Un nouvel espoir, qui doit passer par la conception de nouveaux instruments de financement, susceptibles d’apporter des reponses idoines aux chocs multiformes qui ne cessent aujourd’hui d’affaiblir la resilience de notre population et qui risquent, a la longue, de plomber les elans de croissance de notre economie.

Mesdames, Messieurs,

Le Gouvernement est bien conscient de la gravite de la situation economique et financiere du pays. C’est ici et maintenant, a travers cette nouvelle edition du sommet international de la finance, que le devoir nous appelle, toutes et tous, a mutualiser nos energies et nos intelligences pour travailler a l’ameliorer et a ouvrir, ce faisant, a notre communaute, l’horizon de meilleurs lendemains.

Financer les Micros Petites et Moyennes Entreprises (MPME) est certes un theme porteur, sur lequel nous devons aujourd’hui poser un regard autrement plus perspicace, de maniere a identifier les problemes reels, qui freinent la creation et la croissance des Micro, Petites et Moyennes Entreprises haitiennes afin de les soumettre a des solutions a la fois intelligentes et durables. Mais c’est aussi un objectif que nous devons envisager d’atteindre, en tenant bien compte des defis et des opportunites qui prevalent actuellement dans le contexte tant national qu’international.

Les annees 2020 et 2021 ont ete particulierement difficiles pour le monde entier suite a la crise sanitaire du COVID-19, laquelle a eu un impact majeur sur l’economie mondiale. Le choc brutal produit par la pandemie et l’arret de la plupart des activites, ont plonge l’economie mondiale dans la recession en enregistrant un recul de -3,2% [FMI : WEO de juillet 2021], soit la contraction la plus forte enregistree depuis les quarante dernieres annees. Les repercussions ont ete surtout enregistrees sur la production et le commerce tant dans les pays avances que les pays emergents et en developpement.

Haiti, qui etait deja en proie a des crises sociopolitiques, etait lourdement touchee par cette pandemie, en temoigne la deterioration de la croissance economique -3.3 et -1.8 en 2020 et 2021 respectivement. En effet, le choc provoque par la crise sanitaire sur les finances publiques, a accelere le creusement du deficit budgetaire en 2020 et 2021. Ceci s’explique par l’effet conjugue de la contraction du taux de pression fiscale et de l’accroissement des depenses dans le cadre des efforts du Gouvernement pour attenuer l’impact de la pandemie. De meme, l’incertitude economique generee par l’ampleur de la pandemie a entraine un ralentissement des investissements prives incluant les investissements directs etrangers.

A cote de la crise sociopolitique affectant le secteur prive, la crise sanitaire a grandement contribue a la degradation des activites economiques. Deja la majorite des entreprises haitiennes, est non seulement jeune mais leur niveau de productivite est aussi faible, d’une part, en raison des facteurs propres a chaque entreprise, tel qu’une faible capacite manageriale, et, d’autre part, en raison de facteurs externes lies a l’instabilite politique, au manque d’acces a l’energie et surtout au financement.

En 2020, le credit interieur accorde au secteur prive par les banques ne representait que 9.7% du PIB, ce qui est nettement inferieur par rapport a la moyenne enregistree dans les pays de l’Amerique Latine et de la Caraibe, soit 59.78%. En effet, les entreprises haitiennes particulierement les Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) dont il est question a travers ces assises qui se deroulent aujourd’hui, ont des contraintes de credit qui constituent un veritable frein soit dans la continuite ou encore, a l’expansion de leurs activites.

Les MPME ont des difficultes pour acceder aux credits bancaires du fait que la majorite d’entre elles fonctionnent dans l’informel. Neanmoins, les institutions de microfinance (IMF) et les Cooperatives d’Epargne et de Credit (CEC) apportent leur soutien a cette categorie d’entreprises, avec une couverture limitee en raison du faible niveau de portefeuilles de credits.

Mesdames, Messieurs,

Le developpement des MPME est au premier rang des priorites du Gouvernement. Cela passe par la mise en place d’un ecosysteme d’appui aux Micros Petites Moyennes et Entreprises. Les mesures initiees par le Gouvernement visent a ameliorer l’environnement des affaires, l’acces au financement et aux marches et a renforcer les capacites des MPME. C’est dans cet esprit que le gouvernement d’Haiti, a travers le Ministere de l’Economie et des Finances (MEF) et le support de la Banque mondiale, implemente le Projet d’emploi et de transformation economique du secteur prive (PSJET).

L’objectif de ce projet est de soutenir les MPME face aux crises socio politiques repetitives, la Covid-19 et le tremblement de terre du 14 aout 2021 sur une duree de six (6) ans, par le truchement des programmes visant a augmenter la demande de main-d’oeuvre, tout en soutenant la resilience et la croissance des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et des chaines de valeur par l’amelioration des services de developpement des entreprises et l’acces aux ressources financieres.

Dans le cadre du demarrage du PSJET, la priorite sera accordee aux entreprises evoluant dans les departements touches par le seisme du 14 aout 2021. Il s’agit pour le gouvernement de soutenir ces entreprises a travers des services d’accompagnement et des facilites d’acces au financement.

Selon les estimations effectuees, le PSJET aura un impact sur 4 000 entreprises, et les principaux resultats incluent une resilience accrue de 51 000 emplois et la creation d’environ 10 000 emplois. Il convient de noter que le projet soutiendra en particulier les entreprises dirigees par des femmes.

Mesdames, Messieurs,

C’est le moment pour moi de vous presenter d’autres initiatives du gouvernement portant sur le developpement du secteur prive en particulier les MPME, considerees comme moteur de la croissance et du developpement de notre pays. A cet egard, le Plan de relance economique post Covid-19 pour la periode 2020-2023 identifie 5 secteurs pour la diversification et la transformation economique a savoir l’agriculture, le numerique, le tourisme, l’industrie et l’immobilier. A ce stade, nous avons entrepris plusieurs activites pour encadrer le developpement de ces secteurs :

L’implementation du projet de creation d’opportunites avec la Societe Financiere Internationale, depuis fevrier 2021 qui a pour objectif d’ameliorer les services de suivi des investisseurs existants et la sensibilisation de nouveaux investisseurs dans le secteur de l’habillement et textile ;

La mise oeuvre du Projet d’acceleration numerique dont l’objectif consiste a accroitre l’acces a des services d’internet de haut debit et de jeter les bases d’une resilience numerique pour repondre aux chocs tels que le covid19 et les tremblements de terre ;

La mise en place en 2020 d’un fonds de garantie pour les entreprises exportatrices de produits agricoles ;

L’etablissement du fonds d’electricite hors reseau d’Haiti au Fonds de developpement industriel (FDI) qui vise a garantir des services d’electricite fiables et de qualite a partir des sources d’energie renouvelables par le financement des fournisseurs d’acces a l’energie commercialement viables et capables de produire ces services dans les zones rurales et periurbaines du pays ;

La mise en place d’un fonds de garantie d’un montant de 500 millions de gourdes pour le secteur de logement dans la peninsule Sud qui a ete considerablement affecte par le seisme du 14 aout 2021 ;

L’elaboration d’une Strategie Nationale de l’Economie Numerique qui definira les priorites et les objectifs pour permettre au pays d’exploiter pleinement les avantages offerts par la revolution numerique en vue d’accelerer la croissance et de creer des emplois.

Mesdames, Messieurs,

Dans le cadre des efforts du gouvernement pour ameliorer le cadre macroeconomique, nous avons entame des discussions depuis mars 2022 avec le Fonds monetaire international en vue de la signature d’un programme de reference (SMP). Nous sommes engages a travers ce programme a mettre en oeuvre des politiques qui retabliront la stabilite macroeconomique et la croissance, renforceront la gouvernance et contribueront a une reduction de la pauvrete.

Il faut noter que le budget 2021-2022 qui est en cours d’elaboration, prendra en compte l’ensemble des mesures de gouvernance, fiscales et sociales qui decouleront du SMP. Ainsi, le Gouvernement a pris toutes les dispositions pour que le budget 2021-2022 soit adopte en Conseil des Ministres au debut du mois de mai 2022.

En parallele, le Gouvernement s’active a mettre en oeuvre des mesures sociales qui seront effectives dans les prochains jours jusqu’au mois de septembre 2022 (soit pendant les 5 prochains mois de l’exercice fiscal 2021-2022).

En matiere de gouvernance, il y a lieu de signaler les efforts qui ont ete faits pour ameliorer la transparence et la reddition de comptes via la mise en oeuvre du decret du 5 novembre 2021 etablissant l’obligation de presenter les informations permettant d’identifier les beneficiaires effectifs des marches publics et des concessions. D’un autre cote, le gouvernement entend poursuivre la revision des cadres reglementaires des principales institutions de controle a savoir l’Unite de Lutte Contre la Corruption, la Commission Nationale de Passation de Marches et la Cour Superieur des Comptes et du Contentieux administratif.

Je me rejouis du partenariat entre le MEF et le Group Croissance autour de l’organisation de cet evenement. A cet egard, je m’attache a renforcer ce partenariat en vue d’assurer une meilleure diffusion des informations economiques au benefice de la population haitienne. Je salue egalement l’implication du Group Croissance dans le renforcement du dialogue public prive sur les defis et les priorites de developpement de notre pays.

Mesdames, Messieurs,

Enfin, j’espere vivement, que, la tenue de cette 12e edition du Sommet international de la finance contribuera a identifier les multiples opportunites qui existent pour les MPME en Haiti ainsi que les formules d’actions concretes permettant de relever les defis qui font obstacles a leur developpement afin d’en faire de vrais instruments de creation de richesses pour combattre la pauvrete et offrir ainsi a une forte majorite de nos concitoyens l’espoir de lendemains meilleurs.

Je vous remercie pour votre attention !

Michel Patrick Boisvert