Dossier du New York Times, dette de l’ind?pendance et affaire Machias

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le dossier des articles du New York Times autour de la <> a provoqu? au sein de notre opinion publique maints d?bats enrichissants et appel?s ? se poursuivre. N?anmoins, dans ces ?changes, il apparait d’embl?e que l’apport de nos a?n?.e.s historiens et historiennes ? l’historiographie de l’occupation am?ricaine (comme sur d’autres th?matiques) n’est souvent pas pris ? sa pleine mesure.

Je voudrais ici revenir sur un des points soulev?s au fil de ces d?bats. Ce point a trait ? l’affaire Machias, si outrageante par son mode op?ratoire.

D’apr?s l’ouvrage de Roger Gaillard intitul? <> [Le Natal, 1987], l’argent saisi dans les coffres de notre banque nationale en 1914 a ?t? restitu? ? celle-ci. ? la page 33, Roger Gaillard ?crit : <> Il est n?anmoins hors de question de croire cet auteur sur parole ! Opportun?ment, Gaillard indique sa source : <>

Gr?ce ? la diligence des responsables du CIDIHCA, plus particuli?rement Frantz Voltaire, la r?f?rence donn?e par Roger Gaillard a pu ?tre v?rifi?e. V?ritable patrimoine national <>, la biblioth?que du CIDIHCA d?tient, en effet, un exemplaire de l’ouvrage de Logan.

Telle ?tait l’indication sur l’affaire Machias que je voulais ici partager. Assur?ment, il faudrait identifier les sources mobilis?es par Rayford Logan et les analyser. ? d’autres ou prochains travaux historiques d’infirmer ou de confirmer l’historien Logan et ainsi nous ?clairer davantage.

De toute fa?on, en 1919, quand l’argent vol? aurait ?t? – selon Logan – restitu? ? notre banque, les marines sont parvenus ? assassiner Charlemagne P?ralte, dirigeant pro?minent de la r?sistance caco. L’occupant militaire am?ricain a alors atteint presque tous les objectifs qu’il recherchait depuis 1914 (ann?e de l’affaire Machias) et avec hargne.

Oui, en 1919, en plus de l’?crasement en cours de la r?sistance nationaliste caco, les douanes des ports d’Ha?ti sont sous le contr?le des bottes yankee, les forces arm?es ?galement, les pouvoirs publics sont en passe de l’?tre totalement et la Constitution ha?tienne a ?t? modifi?e sous les consignes de l’occupant. Il reste cependant encore ? l’envahisseur ? ?vincer les int?r?ts fran?ais de la Banque nationale de la R?publique d’Ha?ti. Il lui reste enfin ? oeuvrer pour que les banques ?tasuniennes se substituent aux cr?anciers fran?ais. Ces concurrents restaient in?jectables depuis l’emprunt contract? par Ha?ti sur le march? fran?ais, en 1825, pour payer la premi?re annuit? de l’ill?gitime dette de l’ind?pendance. Ce sera chose faite en 1922.

Ce raccourci de donn?es sur les ann?es 1915-1922 est, entre autres, tir? des travaux de Suzy Castor, Joseph Chatelain, Georges Corvington, Roger Gaillard, Michel Hector, Mirlande Hyppolite Manigat, Leslie Manigat, Kethly Millet, Claude Mo?se, Schiller Th?baud, Alain Turnier, pour ne citer que ces ain?.e. s. On? resp? pou yo tout ! Leur apport ? l’historiographie d’Ha?ti est incommensurable et, avec nombre d’autres, y compris des ?trangers dont Rayford Logan, leur contribution sert de garde-fou ? toutes les recherches aujourd’hui conduites sur l’histoire d’Ha?ti.

—————————

Gusti-Klara GAILLARD

Historienne, habilit?e ? diriger des recherches

Professeure ? l’?cole normale sup?rieure (UEH)