Dossier Jovenel Moise : John Joel Joseph devant la justice americaine

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’ancien senateur, John Joel Joseph, transfere a Miami vendredi, fait face a de nouvelles accusations de la justice americaine d’avoir participe a une reunion cle avec un commando colombien le 6 juillet 2021, la veille du jour ou les anciens soldats allaient assassiner Jovenel Moise dans sa maison de banlieue a l’exterieur de Port-au-Prince, selon une plainte penale, peut-on lire dans le Miami Herald.

Selon cet article, l’ex-senateur a avoue aux agents du FBI, lors d’un entretien en janvier, qu’il avait rencontre certains co-conspirateurs juste avant qu’ils <>, selon une declaration sous serment jointe a la plainte.

Joseph a egalement admis dans l’interview qu’il avait aide a obtenir des vehicules et essaye d’obtenir des armes a feu pour l’ <> des co-conspirateurs visant le leader haitien, selon l’affidavit, a indique le Miami Herald.

L’objectif de Joseph etait de devenir le Premier ministre du successeur de Moise apres la destitution de ce dernier. Les aveux de Joseph concordent avec ceux d’une enquete de la police haitienne >>.

La police haitienne a egalement identifie un chef de gang connu comme faisant partie des personnes avec lesquelles Joseph a ete en contact avant l’assassinat, selon cet article du Miami Herald.

Lundi, Joseph a accepte d’etre place en detention avant son proces devant un tribunal federal de Miami, declarant a un juge d’instance que l’affaire etait <> et que <>.

Lors de sa premiere comparution devant le tribunal federal, Joseph a declare avoir servi au Senat haitien de 2009 a 2015 et avoir travaille comme consultant en politique et en securite – mais qu’il n’avait pas ete employe au cours de l’annee ecoulee.

<>, a declare Joseph au juge d’instance Lauren Louis. <> Louis a designe un avocat commis d’office, Brian Kirlew, pour representer Joseph en raison de son manque de moyens pour payer un avocat. Kirlew a declare que son client a accepte de ne pas demander a etre libere sous caution apres que le procureur federal Andrea Goldbarg a indique qu’elle allait demander au juge de detenir Joseph avant le proces en se basant sur deux facteurs : le risque de fuite et le danger pour la communaute. Joseph, qui utilise egalement le nom de famille John sur son passeport, a ete inculpe des memes delits que deux autres accuses qui ont ete amenes a Miami au debut de l’annee en rapport avec l’assassinat du 7 juillet.

Les Etats-Unis menent une enquete parallele a celle menee par Haiti sur l’assassinat du president. Ces accuses, Mario Antonio Palacios Palacios, un ancien soldat colombien, et Rodolphe Jaar, un homme d’affaires haitien et trafiquant de cocaine reconnu coupable, sont tous deux accuses d’avoir conspire en vue de commettre un meurtre ou un enlevement en dehors des Etats-Unis et d’avoir fourni un soutien materiel ayant entraine la mort de Moise.

Palacios a plaide non coupable, tandis que Jaar coopererait avec les autorites americaines. Les trois accuses du complot d’assassinat sont detenus au centre de detention federal de Miami. Ils risquent jusqu’a la prison a vie s’ils sont reconnus coupables, peut-on lire dans cet article. Joseph, selon un rapport d’enquete exhaustif de la police haitienne, a fourni quatre vehicules de location qui ont ete utilises par d’anciens soldats colombiens dans l’assassinat et a participe a des reunions avec les principaux suspects dans les semaines precedant le meurtre.

Il est identifie par les sources comme un suspect essentiel qui peut aider a faire la lumiere sur ce qui s’est passe. Les enqueteurs du FBI et de la Securite interieure ont declare que le plan initial etait de “capturer” Moise, mais qu’il s’est ensuite transforme en un assassinat. La question de savoir pourquoi cela s’est produit reste floue, tout comme les liens avec la region de Miami.

Joseph est soupconne d’avoir rencontre un co-conspirateur haitiano-americain anonyme, actuellement en detention en Haiti, qui a collabore avec une societe de securite de la region de Miami et ses directeurs pour recruter des mercenaires colombiens afin d’executer le plan mortel contre Moise, selon des sources federales familieres l’affaire.

Le co-conspirateur, James Solages, s’est rendu a Miami fin juin pour discuter du plan du coup d’Etat avec les dirigeants de la CTU, la societe de securite de Miami, ont declare les sources au Miami Herald. Puis Solages est retourne en Haiti et a rencontre Joseph et d’autres co-conspirateurs avant l’assassinat du president le 7 juillet. Les membres de la famille de Joseph sont toujours en Jamaique, ou ils demandent l’asile politique. Il y a actuellement une quarantaine de suspects en prison en Haiti, dont 18 anciens soldats de l’armee colombienne qui ont pris d’assaut le complexe presidentiel sur les hauteurs de Port-au-Prince en pleine nuit. Ils sont accuses d’avoir tire sur le president a plusieurs reprises et d’avoir laisse sa femme, Martine, pour morte, selon cet article du Miami Herald.