Droits de l’homme : ni parfum ni flacon

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Se battre pour faire respecter les droits de l’homme, mettre les droits de l’homme au centre des politiques publiques, certains y ont cru a un certain moment en Haiti. On a meme essaye de materialiser certains principes.

Aujourd’hui, mis a part les celebrations symboliques du 10 decembre, quand s’occupe-t-on des Droits de l’homme en Haiti pour ameliorer concretement le sort des Haitiens ?

Nous sommes dans les mots. Pas sur les maux.

Et pourtant, il n’y a jamais eu autant d’organismes de defenses des droits humains en Haiti. L’international et les acteurs locaux investissent le secteur. Il y a des organismes qui englobent tout. Il y a des organismes sectoriels qui ne se penchent que sur leur pre carre. Il y en a qui n’existe que parce que certaines ambassades distribuent des financements pour essayer d’atteindre des objectifs qui ne sont pas dans l’agenda des Haitiens. Il y en a meme qui n’existe que de nom pour sortir une note de presse periodiquement.

De la premiere visite en Haiti de l’ambassadeur Andrew Young dans les annees 70 qui introduisit le ver dans le fruit de la dictature a aujourd’hui, les droits de l’homme dans leur plenitude ne sont qu’un souvenir.

Le parfum s’est evapore, le flacon est casse.

Et pourtant, si vous pretez attention aux discours du jour et aux celebrations, ce 10 decembre marque une nouvelle Journee mondiale des droits de l’homme qui est celebree comme chaque annee le 10 decembre, jour anniversaire de l’adoption en 1948 par l’Assemblee generale des Nations Unies de la Declaration universelle des droits de l’homme, <> peut-on lire sur le site de l’ONU.

Ca, c’est sur le papier et dans les cocktails de gens heureux.

Qui se bat pour la presomption d’innocence, pour la fin de la detention preventive prolongee, contre le surpeuplement des prisons, pour la paix dans les quartiers chauds, pour un peu plus d’egalite de chance entre les Haitiens, pour une meilleure repartition des richesses ou la fin de l’etalement de la pauvrete ?

Qui prend au serieux les grandes causes ?

Le processus electoral- du support aux partis politiques jusqu’au controle pour avoir des resultats surs- qui le promeut ?

Qui cherche a renforcer le systeme educatif tout en y infusant la promotion de l’ideal democratique ?

Qui defend les consommateurs haitiens de tous les abus qu’ils subissent de la part des grossistes, comme des detaillants ? De la part des services publics et des entreprises privees ?

Qui croit en Haiti, en 2021, que le respect des droits de l’Homme est essentiel ?

Dans les discours, ils sont nombreux a en parler, dans les faits, le 10 decembre dans l’apres-midi, ils ne se souviennent plus d’en avoir parle.

Droits humains en Haiti : Le parfum et le flacon ne sont plus et le souvenir se dissipe.