Droits humains, Haiti marche sur la tete

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Haiti s’apprete a celebrer, le vendredi 10 decembre 2021, le 73e anniversaire de la Declaration universelle des droits de l’homme. On se questionne sur ce que notre pays peut reellement celebrer cette annee en matiere de droits humains. Au cours des dernieres annees, le pays a fait un bond en arriere en matiere des droits humains. Chaque rapport – d’organisme local ou international – sur le respect des droits humains est un mauvais carnet decerne aux autorites haitiennes. Qu’il s’agisse des droits civils et politiques ou des droits economiques et sociaux.

La crise multiforme a laquelle le pays fait face au cours des dernieres annees a emporte presque tous les progres enregistres en matiere des droits humains depuis le depart des Duvalier. Certains diraient meme que les problemes se sont aggraves.

Le dysfonctionnement du systeme judiciaire en est la parfaite illustration. Avant, la justice etait faible, inefficace, injustice; aujourd’hui elle est emportee par la crise sociopolitique. La Cour de cassation, la plus haute juridiction du systeme judiciaire, est dysfonctionnelle pour etre amputee de plusieurs juges. Si son president a ete emporte par le Covid-19, d’autres ont ete mis a la retraite par le feu president Jovenel Moise. L’arrete nommant les nouveaux juges n’a pas ete suivi d’effet. Jusqu’a present, le Premier ministre Ariel Henry ne se prononce toujours pas sur ce dossier.

Parallelement, a la Cour de cassation, le palais de justice reste un espace peu frequentable a cause des gangs qui occupent ses environs. Son demenagement annonce par les autorites judiciaires est tres attendu par les acteurs du systeme judiciaire. La relocalisation du palais de justice sera-t-elle suffisante pour rendre la justice fonctionnelle ?

Le dysfonctionnement de la justice que le pays vit comme un fait divers est pourtant la cause de bien de nos malheurs. Il nourrit l’impunite et ses corollaires. Le pullulement des gangs, les attaques en serie dans les quartiers populaires, la corruption y trouvent leur source.

Faute de pouvoir se donner un satisfecit d’avoir travaille au respect des droits des Haitiens, nos autorites peuvent s’engager a l’occasion du 10 decembre a tout faire pour remembrer la justice. Ce sera le premier pas dans la lutte contre nos maux, notamment le kidnapping qui appauvrit les familles haitiennes et la corruption qui prive l’Etat haitien de ressources pour ameliorer les conditions de vie de la population haitienne.

Ce 10 decembre ne doit en aucun cas etre un moment de rejouissance en Haiti. Ce doit etre le moment pour nos autorites de s’engager a garantir le respect des droits de chaque Haitien en commencant par le droit de circuler dans les rues en toute quietude.