Encore un bus attaque a Martissant, un policier perd la vie

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Encore une fois, les bandits armes qui controlent la route de Martissant ont crible de balles ce vendredi 25 fevrier un autobus qui transportait une cinquantaine de passagers faisant au moins un mort et plusieurs blesses. Face aux attaques repetees des groupes armes sur les vehicules qui frequentent ce troncon de la route nationale numero 2, le president de l’Association des proprietaires et chauffeurs haitiens (APCH), Changeux Mehu, appelle les chauffeurs a eviter la route de Martissant jusqu’a nouvel ordre.

Le policier Silain Moise s’est suicide dans cette enieme attaque des bandits armes contre un autobus a Martissant ce vendredi 25 fevrier. <>, a explique au Nouvelliste Changeux Mehu, president de l’Association des proprietaires et chauffeurs haitiens (APCH).

L’autobus du nom de <> avait a son bord une cinquantaine de passagers en direction des Cayes quand il a ete intercepte par les bandits a Martissant. <>, a souligne Changeux Mehu.

Parce que les autorites ont abandonne la route de Martissant depuis le 1er juin 2021, le syndicaliste appelle les chauffeurs des transports en commun a eviter cette zone. <>, a critique Changeux Mehu.

Selon M. Mehu, les bandits attaquent tous les jours les vehicules des transports en commun ou prives qui frequentent la zone. <>, a appele le syndicaliste.

Alors que les promesses du Premier ministre de reprendre le controle de Martissant sont restees sans effet, une source gouvernementale proche d’Ariel Henry a confie au Nouvelliste que le gouvernement cherche des moyens pour permettre a la police nationale de contrecarrer les groupes armes qui sement la terreur dans le pays, notamment a Port-au-Prince et ses environs.

Depuis le 1er juin 2021, Martissant est devenu un <> ou tous les crimes : assassinat, viol, enlevement, vol sont monnaie courante.Huit mois depuis que les trois groupes armes de Village-de-Dieu, de Grand-Ravine et de TiBwa sont entres en guerre pour le controle de la zone, huit mois aussi depuis que les autorites ont abandonne cet important axe routier qui connecte la capitale a quatre departements du pays.