Enfin des promesses, encore des promesses

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le savoureux creole haitien a traduit “faute de grives on mange des merles” par ” le w pa gen manman ou tete grann”.

Cette maxine s’applique bien au gouvernement Henry. Faute d’actions, il fait des promesses. C’est mieux que rien.

Les promesses du jour concernent un projet social de trois milliards de gourdes pour combattre l’insecurite alimentaire. C’est une bonne nouvelle. Il faut un filet de securite sociale pour les plus faibles.

Il faudra sans doute depenser plus que les trois milliards attendus d’avril a septembre, mais c’est une amorce.

Le gouvernement devra veiller a ce que les capteurs de ressources ne remplacent pas les sans ressources dans les files d’attente et dans la liste des beneficiaires des petits projets.

L’autre bonne nouvelle concerne une concertation entre Haiti et ses amis de la communaute internationale pour combattre la contrebande et la corruption qui privent l’Etat des indispensables ressources necessaires a ses missions.

Le mal est connu depuis des annees. Des centaines de millions de dollars sont captes chaque annee par ceux qui sont charges de collecter taxes, droits et redevances pour le Tresor public ou par ceux qui devaient les payer au Tresor public.

Si enfin un gouvernement haitien se decide de mettre la main dans le cambouis pour reparer la mecanique fiscale et douaniere, c’est une bonne chose. Il y a mille fuites a contenir. Si en plus les pays et institutions amis aident, on peut esperer quelques resultats.

L’equation des prochains mois est simple : il faut desamorcer la bombe sociale avec des projets sociaux et il faut de l’argent pour redonner vie en Haiti a un semblant d’Etat. Hors de mesures courageuses et pourquoi pas d’entente avec les fauteurs de troubles, il n’y a pas de salut. Ni d’elections. Ni de baisse de l’insecurite. Ni de retour a la vie normale.

Le cas haitien est complexe et meme desespere, pas parce que les remedes n’existent pas, mais parce que les medecins au chevet du pays preferent tergiverser.

En attendant, les promesses du jour vont dans la bonne direction meme si on sait que les promesses n’engagent que ceux qui y croient, ce, jusqu’a leur materialisation.