Entre parades des gangs, manifestations, pillages et risque de massacre, la lente agonie de l’Ha?ti d’Ariel Henry

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Si le gouvernement d’Ariel Henry claironne que “tout est globalement sous contr?le”, le chef du G-9, Jimmy Ch?rizier, a appel?, ce mercredi, le Premier ministre Ariel ? fuir, comme l’avait fait Ashraf Ghani, face aux talibans, en Afghanistan, pour ?viter un bain de sang en Ha?ti.

Aux Gona?ves, un ex-chef rebelle de 2004, Ti Will, a repris le collier ? la t?te d’une manifestation qui a r?uni des milliers de participants ce mercredi.

Au Cap-Ha?tien, ? l’appel du leader de la formation politique Pitit Dessalines, des milliers de gens ont gagn? les rues et le seul supermarch? de la deuxi?me ville du pays a ?t? pill?.

? Port-au-Prince et ? Carrefour, des manifestations appelant au d?part du chef du gouvernement ont eu lieu sur fond d’aggravation de la p?nurie d’essence qui empire la crise humanitaire.

Jimmy Ch?rizier, chef du G-9, un regroupement de gangs op?rant ? Port-au-Prince, la capitale d’Ha?ti, a appel? le Premier ministre Ariel Henry ? s’enfuir, ? d?missionner pour ?viter un bain de sang. <>, a l?ch? Jimmy Ch?rizier dans une vid?o, mercredi 28 septembre 2022.

Plus de quinze jours apr?s qu’il a rendu inaccessible le terminal p?trolier de Varreux et aggrav? la p?nurie de carburant qui a provoqu? la fermeture de parcs industriels, d’entreprises et impact? s?v?rement le fonctionnement d’h?pitaux et de services essentiels, le chef du G-9 a annonc? que lui et ses hommes n’ont rien ? perdre.

<>, a-t-il ajout?, se fendant d’une mise en garde. <>, a dit Jimmy Ch?rizier, qui a soulign? qu’il ne m?ne pas une bataille contre les personnes de sa classe sociale, contre la classe moyenne.

<>, a dit Jimmy Ch?rizier dont la mise en garde court ? partir du 3 octobre, date de la r?ouverture des classes annonc?e par le gouvernement Henry.

Si dans l’Ouest Jimmy Ch?rizier maintient ses positions, bloque le plus important terminal p?trolier, appelle ? ce que Port-au-Prince reste dans ses habits de ville fant?me, aux Gona?ves, dans l’Artibonite -le second d?partement le plus peupl? d’Ha?ti-, Wilfort Ferdinand, dit Ti Will, un ancien chef de guerre ayant pris les armes en 2004 contre l’ex-pr?sident Jean Bertrand Aristide, a ?t? vu ? la t?te d’une foule hostile au PM Henry.

Au Cap-Ha?tien, des milliers de personnes ont manifest? pour exiger le d?part de M. Henry. <>, scandait la foule au rythme des tambours. Il y a eu une manifestation ?galement dans la capitale o? la troisi?me journ?e de gr?ve des syndicats de transport en commun a fortement paralys? les activit?s.

En d?but de matin?e, quand les informations commen?aient ? circuler, des supermarch?s ouverts ont ?t? pris d’assaut par des clients qui, dans certains cas, se sont retrouv?s devant des rayons d?garnis.

<>, a confi? un pr?pos? d’un supermarch? de P?tion-Ville, commune o? les habitants de certains quartiers r?sidentiels, dont Fr?res, Pernier, ont la peur au ventre.

<>, a confi? un r?sident de Vivy Mitchell. <>, a dit au journal un professionnel dans la quarantaine, mari?, p?re de deux enfants en bas ?ge, interrog? mercredi matin, moins de vingt-quatre heures apr?s un message de l’ambassade des ?tats-Unis indiquant que <>.

<>, peut-on lire dans ce message, le 27 septembre 2022.

L’ambassade des ?tats-Unis ? Port-au-Prince rappelle aux citoyens am?ricains qu’Ha?ti a le plus haut niveau d’avis aux voyageurs (niveau 4 : NE PAS VOYAGER) pour les enl?vements, la criminalit? et les troubles civils. La police locale manque g?n?ralement de ressources pour r?pondre efficacement aux demandes d’assistance, selon ce message, soulignant que <>.

Ce mercredi, Maarten Boute, de la Digicel, a ?voqu? la situation dans un tweet. <>, a-t-il d?crit.

Par rapport ? la situation, Ashley Laraque, ex-militaire, membre d’un groupe de la soci?t? sur la s?curit?, a observ? la passivit? du gouvernement face aux men?es de M. Jimmy Ch?rizier.

<>, a ?crit Laraque. Ashley Laraque a aussi not? <>, a-t-il estim?.

Ashley Laraque a partag? ses observations sur Ha?ti, le 28 septembre 2022: << Rues d?sertes, urgents besoins de nettoyage. Les DELINQUANTS en mode chantage d?truisent tout sur leur passage.

Le GOUVERNEMENT en voyage ou en attente de limogeage… reste sage… Le SECTEUR DES AFFAIRES exprime sa rage et peine ? d?finir les r?gles de partage dans son propre entourage…

La POLICE NATIONALE est en recyclage, incapable de pr?venir les d?rapages et l’ARM?E d’HAITI en n?cessit? de d?pannage …

La SOCIETE CIVILE esp?re un colmatage et la r?paration des dommages… et justifie son manque de courage par le refus d’accepter son sevrage …

L’INTERNATIONAL AMI, friant [A1] de sondages, confirme sans ambages sa grande capacit? ? traduire en pourcentage les dommages caus?s par les actes de pillage

HAITI, dans tout cela, quel GASPILLAGE !!!!! >>, a ?crit Ashley Laraque.

En fin d’apr?s-midi, au centre-ville de Port-au-Prince, des tirs ? l’arme automatique ?taient entendus et une colonne de fum?e s’?chappait vers le ciel. Presque un fait divers dans cette partie de la capitale o? les atrocit?s lors d’accrochages entre gangs sont devenues banales.

Alors que l’angoisse gagne de plus en plus le coeur des Ha?tiens qui sont confront?s ? une grave crise s?curitaire et humanitaire, le PM Ariel Henry, ses ministres de la Justice, de l’Int?rieur, son chef de police se sont emmur?s dans le mutisme. La derni?re mesure ou compr?hension de la situation a ?t? donn?e par le chancelier Jean Victor G?n?us, pour qui “globalement, la situation est sous contr?le”.

Et le ministre parlait au nom du gouvernement Henry.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.