Essence : combien de gorgees pour avaler la necessaire pilule

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le gouvernement a decide ce mardi 7 decembre d’annoncer enfin l’ajustement a la hausse des prix des produits petroliers. Les nouveaux prix entreront en application vendredi. Le temps pour toutes les stations a essence de modifier les reglages de leurs compteurs.

La hausse, consequente, etait attendue. Depuis 2018. Elle etait redoutee depuis 2018.

Apres des mois a menager la chevre et le chou tout en assistant au massacre du chou par la chevre, le premier ministre Ariel Henry a decide d’attraper la patate chaude des deux mains.

Jovenel Moise avait recule. Tous les premiers ministres, depuis Jack Guy Lafontant, avaient prefere jouer la prudence. Mais le jeu forcait a couper.

D’un cote, le pays s’epuisait a financer la consommation de tous les consommateurs, et de l’autre, la communaute internationale refusait d’aider un pays qui avait 40-50 millions de dollars a bruler chaque mois dans les vapeurs d’essence et la production d’electricite qui ne permettait de ne rien produire.

Ces derniers temps, non seulement le pays financait les importations de carburants, subventionnait la consommation, mais en plus, il permettait a des petits malins de faire leur beurre sur l’essence. Les profiteurs du marche noir ont fait mentir le dicton qui laisse croire que “machann gaz pa souse dwet”. Les vendeurs d’essence de tout calibre a 600-750-1000 gourdes le gallon se sont leches les babines, les doigts et ont bu l’eau de leur bain tant les profits etaient juteux, delicieux et astronomiques.

Le pays attend de voir la reaction des uns et des autres avec cette nouvelle tarification qui permet a la gazoline de devenir pour la premiere fois dans l’histoire recente le produit petrolier le moins cher du marche. Le diesel et le kerosene sont en train de devenir obeses. Qui va payer ?

On attend de voir, meme si ces dernieres semaines les Haitiens ont integre le cout de la rarete sans aucun benefice pour le pays et compris — peut-etre — que toute normalisation doit passer par une revision a la hausse, compatible avec les prix pratiques sur le marche international.

Il y a des dizaines de mesures d’accompagnement qui sont attendues. Le gouvernement sera-t-il a la hauteur des attentes pour faire passer la pilule ? La encore il faut attendre et voir.

La communaute internationale qui encourage l’ajustement depuis trois ans va-t-elle voler au secours du malade Haiti ? On attend de voir si l’essence consumera Ariel Henry ou lui donnera les moyens de se propulser dans de nouvelles aventures.