Etincelle : un projet innovateur pour les enfants avec des problemes neurologiques atypiques

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les enfants avec des problemes neurologiques atypiques comme la trisomie 21, la paralysie cerebrale, les troubles psychomoteurs en general, l’autisme, les troubles du deficit de l’attention avec ou sans hyperactivite, etc. meritent une attention particuliere. Un probleme entrainant un autre, ces troubles neurologiques sont souvent accompagnes de maladies metaboliques, de troubles moteurs, etc. La prise en charge, meme pour des parents avec certaines competences, est excessivement epuisante. Abandonnes, incompris, ces enfants font parfois l’objet d’une stigmatisation les condamnant a vivre en marge de la societe.

“Etincelle”, un projet pilote par le Dr Stephie Cassandra Alexis, se propose d’aborder le cas de ces enfants qui meritent d’avoir une vie comme tous les autres enfants. <>, confie le Dr Stephie Cassandra Alexis, qui, en plus de sa formation medicale, a beneficie d’une formation en France intitulee “enfance et bien-etre”

Consciente qu’elle va devoir faire quelque chose pour pallier ce qui s’apparente a un drame pour beaucoup de familles, elle est entree en contact avec le centre de therapie “La petite chenille” qui travaillait avec ces enfants qu’on appelle des “enfants neuro-atypiques.” Ainsi est ne le projet “Etincelle” avec la participation de Stephie Sanecania Beauvoir, Camille Jackyvens, Valora Badet, Jennifer Jean, Daveline Dolce, Nathalie Senejuste, Valerie Yves Chevalier, Patricia Innocent, Sarthe Jean Charles.

Dans son essence, ce projet vise a introduire une nouvelle approche dans la prise en charge de ces enfants. Celle-ci se caracterise par son cote intensif et pluridisciplinaire. La premiere partie s’est deroulee du 21 mars au 2 avril 2022. <>, explique la coordonnatrice de “Etincelle”.

Du 21 mars au 2 avril 2022, l’equipe de “Etincelle” est allee a la recherche de ces enfants dans le centre de therapie “La Petite Chenille”, specialise dans la gestion de ces cas. <>, souligne le Dr Alexis.

Cette premiere phase, c’est aussi des temoignages de parents d’enfants avec des problemes neurologiques atypiques, des cliniques mobiles, la formation des parents, la sensibilisation de la societe, et plusieurs conferences organisees.

En guise de justification, le Dr Stephie Cassandra Alexis rappelle que “ce sont des enfants differents, il faut les comprendre pour vivre avec eux. Beaucoup d’entre eux ont des problemes de communication, ils vivent dans un autre monde, ils ont leurs propres realites, mais ils ne font pas expres; ce sont leurs conditions neurologiques qui expliquent ces comportements. Comprendre et encadrer ces enfants peuvent faire toute la difference.”

<>, conseille le Dr Stephie Cassandra Alexis.