Evens Mevoit , le responsable informatique, mis en disponibilité, sera poursuivi par le FNE pour suppression de données informatiques sensibles de l’institution

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Evens Mevoit, mis en disponibilité, sera poursuivi par le FNE pour suppression de données informatiques sensibles de l’institution.

À la suite de la suppression du « Journal de banque », un fichier informatique sensible du Fond national de l’éducation, pour l’exercice fiscal 2023-2024, le responsable informatique, Evens Mevoit, est mis en cause et fera l’objet de poursuite de la part de l’institution. Cette décision a été prise parce qu’il a refusé de collaborer avec la direction du FNE pour que l’institution puisse récupérer le fichier mais au contraire a décidé de sommer l’institution pour fausse accusation de suppression volontaire de données sensibles du FNE.

En effet, selon une source au sein du FNE, l’incident s’est produit le 7 décembre dernier quand le chef de service voulait accéder au « Journal de banque », ce fichier contient les transactions avec les firmes qui construisent des écoles, les subventions accordées aux institutions et aux étudiants qui effectuent des études à l’étranger ainsi que les salaires des employés. Il a remarqué la présence d’un autre utilisateur sur le fichier or ce dernier ne peut être modifier par deux personnes en même temps. Avec le comptable en chef, ils ont noté la présence du responsable du service informatique qui est le seul a avoir accès au serveur de l’institution depuis octobre 2023.

Evens Mevoit, le chef du service informatique a longtemps décliné qu’il avait bloqué l’accès au fichier aux utilisateurs alors qu’un message automatique affichait son nom d’utilisateur « MEVE » ce qui démontre sa connexion sur le serveur et une utilisation du « Journal de banque ». Evens Mevoit a prétexté une erreur au niveau du système informatique. Il disait qu’il allait vérifier dans son bureau mais le fichier a totalement disparu après sa manipulation. Quand on lui demande s’il n’avait pas de sauvegarde, il a dit qu’il ne pouvait pas le récupérer.

Le Directeur général du FNE, toujours selon notre source, a demandé une expertise indépendante d’un ingénieur informatique qui a trouvé que le fichier a réellement été verrouillé (lock) et le message affichant que Evens Mevoit est en train d’utiliser le fichier est réel. Il paraît aussi que Evens Mevoit a supprimé son historique de navigation sur le serveur pour couvrir ses traces. Le chef du service de comptabilité a dressé un rapport d’incident contrairement aà lui.

Dans un procès verbal dressé par un juge de paix sollicité pour établir un constat, Evens Mevoit, qui travaille au FNE depuis 2019, prétend qu’il ne sait rien à propos du fichier « Journal de banque ». S’il est certes au courant de l’incident du 7 décembre mais il dit croire que le problème était résolu mais il a clamé son innocence en disant même si MEVE est son nom d’utilisateur ce n’est pas lui qui avait bloqué le fichier pour qu’il ne puisse pas être utilisé par les autres responsables.

Le juge de paix de Pétion-Bille, Me Eno René Louis, voudrait procéder à son arrestation pour avoir commis une infraction mais, selon notre source, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Elder Guillaume l’a empêché au contraire il souhaitait mettre une interdiction de départ à son encontre. A la surprise generale des responsables du FNE, il les a sommés par le biais de son avocat. L’unité juridique du FNE a pris le dossier en charge afin de poursuivre Evens Mevoit pour ce manquement dans ses obligations. On prétend également qu’il aurait pris le fichier soit pour exercer des chantages sur l’institution soit à des fins politiques. Pour l’instant, Evens Mevoit fait l’objet de mesure conservatoire.

A lire aussi :

Le Collectif du 30 janvier souligne n’avoir eu aucune discussion avec le PM Ariel Henry pour une sortie de crise à la veille du 7 février