“Exilé.e dans son pays”, le thème retenu pour la 5e édition des Rencontres du Documentaire en Haïti

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

“Exilé.e dans son pays”, le thème retenu pour la cinquième édition des Rencontres du Documentaire en Haïti organisée par l’association KIT.

L’association KIT a lancé le jeudi 30 novembre la cinquième édition des Rencontres du Documentaire en Haïti qui aura lieu dans la capitale haïtienne du 3 au 10 décembre 2023 autour du thème: “Exilé.e dans son pays”. Un thème qui a été choisi dans un contexte où les citoyens ont fui leurs maisons à cause de la violence des gangs dans plusieurs quartiers de la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines villes de province obligeant des membres de la population à squatter plusieurs camps de la ville.

“Les Rencontres du Documentaire en Haïti est une activité créée par l’association KIT qui est un regroupement de professionnels de l’audiovisuel composé de cinéastes, photographes, vidéographes. C’est un ensemble de passionnés qui forment cette association. Cela fait exactement cinq ans que nous organisons cet événement. À chaque édition nous mettons toujours les projecteurs sur les crises sociales que traverse le pays. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi pour cette année le thème: “Exilé.e dans son pays”, a déclaré Renel Souffrant, responsable de communication.

Pour cette année, des milliers de personnes ont été contraints de se déplacer pour aller se réfugier dans d’autres zones du pays. La terreur des gangs armés dans les quartiers ont fait des centaines de victimes à Carrefour-Feuilles, Solino, Tabarre, Croix-des-Bouquets, Plaine du Cul-de-sac, Cité Soleil, Bel-Air et à présent la zone de Mariani. Les organisateurs des Rencontres du Documentaire en Haïti avaient jugé bon d’aborder ce problème au cours de cette cinquième édition. L’équipe fera des projections dans plusieurs endroits (Écoles, l’église) transformés en abris. “Cette année, les Rencontres du Documentaire en Haïti veulent mettre les projecteurs sur l’exil. Un exil dans son propre pays”, a ajouté monsieur Souffrant.

Samuel Suffren, responsable de programmation de ce festival documentaire a fait savoir que l’événement s’inscrit aussi dans le cadre d’une formation et d’une éducation. “Pour nous, nous éduquons les gens sous une forme de Documentaire et les éduquons aussi sous une autre forme de narration.

Le public qui prendra part à ce festival documentaire aura l’occasion de découvrir d’autres cinéastes. Des ateliers, masterclass, conférences et projections seront organisés pendant tout le déroulement de cet événement qui met au premier plan le cinéma considéré comme le septième art.

Le dimanche 3 décembre à 3 heures de l’après-midi, l’activité va démarrer au local du Kitmédiathèque où il y aura une installation photographique et sonore intitulée “Fas Ba” de Phalonne Pierre Louis qui sera suivie d’une animation musicale.

L’activité prendra fin dans ce même espace le dimanche 10 décembre avec une projection vers 1 heure de l’après-midi. Deux heures plus tard, DJ Kemissa créera l’animation.

À lire aussi :

À la suite de sa déportation, l’ancien chef des rebelles Guy Philippe a passé sa première nuit à la DCPJ