Frantz Voltaire, un parcours inspirant entre le social, la politique et l’acad?mique

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

D?barqu? ? Montr?al en 1973 ? l’?ge de 25 ans, Frantz Voltaire ne pensait pas faire un parcours aussi rayonnant dans la plus grande ville francophone d’Am?rique. Ce, m?me s’il d?tenait d?j? une licence en histoire du D?partement d’histoire de l’Universit? du Chili ? Santiago et une maitrise en sciences politiques et administration publique de la Facult? latino-am?ricaine de Sciences sociales (FLASCO) ? Santiago (Chili). Il n’?tait pas venu pour rester au Qu?bec mais il y est encore jusqu’? pr?sent, ce qu’il consid?re d’ailleurs comme une forme d’exil, lors m?me qu’il n’est plus interdit de rentrer en Ha?ti.

C’est tout le contraire de son petit fr?re Leslie Voltaire, architecte urbaniste, ex-ministre de l’?ducation nationale, ex-ministre des Ha?tiens vivant ? l’?tranger et membre influent du Parti politique Fanmi Lavalas, qui a toujours v?cu en Ha?ti toute sa vie, sauf pendant la p?riode du coup d’?tat militaire du 30 septembre 1991 et les p?riodes d’?tudes universitaires.

Hormis ses ?tudes primaires et secondaires, Frantz Voltaire n’a pas fait d’?tudes sup?rieures en Ha?ti. De la sixi?me ? la rh?to, il a fr?quent? le Petit S?minaire Coll?ge Saint Martial alors qu’il a ?t? au Centre d’?tudes secondaires pour la philo. Apr?s avoir d?croch? son bac II, il est parti faire des ?tudes universitaires au Chili. Il a aussi compl?t? une maitrise en sciences politiques au D?partement de sciences politiques de l’Universit? du Qu?bec ? Montr?al et des ?tudes doctorales toujours en Sciences politiques au D?partement de sciences politiques de l’Universit? de Montr?al.

Deux ans apr?s avoir d?pos? sa valise ? Montr?al pour son premier s?jour, il ?tait parti pour une nouvelle destination, le Mexique, d’o? il a ?t? professeur au D?partement des sciences sociales de l’Universit? nationale autonome de Mexico. De l?, il a eu vent de la petite lueur d’espoir d?mocratique qui soufflait en Ha?ti avec l’?lection du pr?sident am?ricain Jimmy Carter (20 janvier 1977 – 20 janvier 1981). Ainsi, ? la faveur de ces circonstances, il rentra en Ha?ti ? la fin du mois d’octobre 1977 avec la ferme intention de participer au d?veloppement de son pays.

Exil? sous le r?gne de Jean-Claude Duvalier

Frantz Voltaire se rappelle de ce 31 octobre 1977 comme aujourd’hui, ce soir succ?dant son retour ? Port-au-Prince quand il a ?t? ? cette c?r?monie Guede, les esprits de la mort dans le panth?on du vaudou. Pour ce bain de ressourcement spirituel et culturel, il ?tait accompagn? de son ami Rassoul Labuchin, de son vrai nom Joseph Yves M?dard, ex maire de Port-au-Prince de 2002 ? 2004. Outre son implication dans la vie politique, culturelle et sociale durant son passage en Ha?ti, M. Voltaire a enseign? ? la Facult? des Sciences humaines de l’Universit? d’?tat.

Mais le retour au sol natal tant r?v? allait ?tre de tr?s courte dur?e puisqu’en 1979, la r?pression politique de la dictature des Duvalier reprenait pour la plus belle avec une vague de d?portations de militants politiques sans pr?c?dent. <> vont alors lancer les t?nors du r?gime duvali?riste. Un slogan qui inaugurait une nouvelle vague de r?pression syst?matique avec l’exil de nombreux journalistes et d’?minents intellectuels. Frantz Voltaire faisait partie de cette derni?re cat?gorie.

Il retourne alors au Qu?bec comme r?fugi? politique au d?but du mois de septembre 1979. L’une de ses premi?res initiatives a ?t? d’appeler la qu?b?coise Micheline Labelle, une amie qui enseignait au D?partement de sociologie ? l’Universit? du Qu?bec ? Montr?al (UQAM). Mme Labelle a publi? l’ouvrage intitul? : <> ? la maison d’?dition Cidihca, conjointement avec les presses de l’Universit? de Montr?al. Une publication inspir?e de sa th?se de doctorat qu’elle avait r?alis? sur Ha?ti.

Le hasard faisant bien les choses, la professeure Labelle a propos? ? Frantz Voltaire d’enseigner le cours de sociologie du sous-d?veloppement ? l’UQAM, en remplacement du professeur fran?ais Jean Suret-Canale qui tombait malade tout juste avant le d?but des cours. Il y est demeur? charg? de cours au D?partement de sciences politiques et au D?partement de sociologie jusqu’en 1991. Il avait aussi enseign? au D?partement de sciences politiques de l’Universit? de Montr?al au cours de cette p?riode.

Le parcours acad?mique n’a pas pour autant ?loign? Frantz Voltaire de la sph?re politique. D’ao?t 1993 ? novembre 1994, il a occup? le poste de chef de cabinet de Robert Malval, son ami de longue date. Ce dernier a ?t? d?sign? Premier ministre par le pr?sident Jean-Bertrand Aristide alors en exil ? la suite du coup d’?tat militaire du 30 septembre 1991. La d?signation a ?t? ratifi?e par le Parlement ha?tien le 23 ao?t 1993 et le Premier ministre Malval a ?t? nomm? par arr?t? en date du 27 ao?t 1993. Son installation a eu lieu au local de l’ambassade d’Ha?ti ? Washington D.C. aux ?tats-Unis puisque le r?gime militaire exer?ait le pouvoir effectif ? Port-au-Prince. M. Malval donna sa d?mission par lettre adress?e au pr?sident Jean-Bertrand Aristide en date du 16 novembre 1994 mettant fin ainsi au mandat de son chef de cabinet et ? son exp?rience politique au plus haut niveau en Ha?ti.

L’homme aux mille visages

Frantz Voltaire dispose de beaucoup de cordes ? son arc. Stanley P?an qui le c?toie depuis 1980, dans son pr?face du livre de Sarah Martinez intitul? : <> le d?crit comme un personnage aux mille visages. Lisons la description de Stanley P?an: <>

Il manque ? la description de Stanley P?an les talents sportifs de Frantz Voltaire qui a ?t? champion national 400 m?tres d’athl?tisme junior en 1965. Le podium a ?t? compl?t? par Yves Piquion (2e), aujourd’hui m?decin, fils du Dr Ren? Piquion, l’un des id?ologues du r?gime duvali?riste et Leslie Voltaire (3e), petit fr?re de Frantz Voltaire. Celui-ci a ?galement pratiqu? le basketball et le football, mais ? un niveau amateur.

Professeur Voltaire n’oublie pas cependant le soutien qu’il avait re?u de son mentor Claude Mo?se qui l’avait pris sous son aile au sein de la revue Collectif Parole ? son arriv?e ? Montr?al. Avec 33 num?ros, Collectif Parole a ?t? la principale tribune de la diaspora ha?tienne de Montr?al des ann?es 60, ? c?t? de la revue Nouvelle Optique qui, elle, n’a publi? que neuf num?ros.

Au service de la collectivit?

P?re de deux filles et grand-p?re de trois petits enfants, l’historien et politologue accorde une importance particuli?re au service citoyen ? la collectivit?. Ha?ti se retrouve toujours au centre de ses pr?occupations. Il inculque ce civisme et cet amour pour Ha?ti ? ses filles qui apportent ?galement leurs contributions citoyennes ? leur pays d’origine. La cadette a ?t? travailler en Ha?ti pendant quatre ans dans le cadre du projet de formation de femmes juges. Elle a eu le temps de repartir d’Ha?ti juste avant la pand?mie de Covid-19.

Frantz Voltaire est tr?s actif dans les medias ?trangers et dans les medias ha?tiens de la diaspora. Il alimente une chronique quotidienne avec le journaliste ha?tien tr?s connu Pierre Emmanuel de la radio CPAM, ex-collaborateur de Jean Dominique ? Radio Ha?ti Inter. Il fait ?galement office de pr?sident de l’Afromus?e ? Montr?al, un mus?e de soci?t? qui reconna?t et met en valeur les exp?riences historiques et actuelles des Africains et des Afrodescendants vivant au Canada. Il est membre du conseil d’administration de Clowns Sans Fronti?res qui est une association d’artistes qui intervient aupr?s des personnes victimes de pauvret?, d’exclusion et de mis?re. Cet organisme r?alise des programmes ? Port-au-Prince avec des organismes locaux.

Frantz Voltaire a ?t? membre du Conseil des arts de Montr?al et avait ?t? membre au Bureau de consultation de Montr?al dont la mission principale est de mener des consultations publiques pour des grands am?nagements de Montr?al. Il a aussi ?t? membre du Conseil interculturel de Montr?al, organisme consultatif aupr?s du Maire de Montr?al, sans oublier qu’il a ?t? pr?sident du conseil d’administration du Cercle de danse contemporaine africaine, pour ne citer que quelques-uns.

Plus d’une douzaine de prix prestigieux

Pour l’ensemble de son oeuvre, Frantz Voltaire a re?u plus d’une douzaine de prix prestigieux. Pour l’ann?e 2022 uniquement, il en a re?u trois : l’Ordre de Montr?al au grade de Chevalier, la m?daille de l’Assembl?e nationale du Qu?bec et la m?daille vermeil de l’Acad?mie fran?aise. Il ne les consid?re pas comme une r?ussite personnelle mais plut?t comme la reconnaissance d’une oeuvre collective tiss?e avec des collaborateurs fougueux et talentueux.

Frantz Voltaire touche un peu ? tout dans le monde de la culture avec la m?me passion. Mais la majeure partie de son temps, il le passe au Centre international de documentation et d’information ha?tienne, carib?enne et afro-canadienne (Cidihca). C’est la plus grande oeuvre qu’il a r?alis? dans sa vie. Il l’a cr??e avec les deux autres membres fondateurs et amis de longue date : Martial Pierre, avocat de formation, d?c?d? en Ha?ti, et Rulx Leonel Jacques, professeur au Cegep (Coll?ge d’enseignement g?n?ral et professionnel au Qu?bec) de Gatineau et actuel vice-pr?sident du Conseil d’administration du Centre.

Cidihca a une division ?ditoriale, qui a publi?, notamment, l’ouvrage de Robert Malval intitul? : <>, en co-?dition et <>, le livre de Stanley P?an. La maison d’?dition offre un service marchand d’?dition impeccable qui permet ? Cidihca de compl?ter ses maigres ressources financi?res lui permettant d’exister et de fournir un service de qualit?. Elle a ?t? la maison d’?dition de Claude Mo?se qui a fait don au Centre de nombreux ouvrages. ? son tour, l’historien Carry Hector, de regrett?e m?moire, lui a l?gu? toute sa biblioth?que.

Frantz Voltaire n’h?site pas ? investir son propre argent ou ? solliciter le support de ses amis-es pour mieux garnir le Cidihca en achetant des collections de valeur. Il ne le cache pas, il est un collectionner qui confectionne une oeuvre collective de grande qualit? avec le d?sir de tout ramasser mais qui demeure conscient qu’il ne pourra jamais tout ramasser. Ha?ti, la Cara?be et l’Am?rique latine lui doivent une fi?re chandelle.

Thomas Lalime

[email protected]

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.