Fritz Alphonse Jean : <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, a declare l’economiste Fritz Alphonse Jean, qui fait notamment reference aux problemes de fonctionnement institutionnel recurrents dans le pays pour etayer sa position. Selon lui, les cartels municipaux de trois membres qui ont du mal a fonctionner en sont la preuve. <>, fait-il savoir, repondant aux questions de Robenson Geffrard.

A en croire M. Jean qui a ete elu president par le Conseil national de transition (CNT) mis en place par l’accord de Montana, l’idee d’installer un college presidentiel a la tete du pays <>. Selon Fritz Alphonse Jean, la majorite des membres du Conseil national de transition ne sont pas d’accord avec l’idee du college presidentiel adoptee dans le cadre du rapprochement entre le Protocole d’entente national (PEN) et l’accord de Montana.

M. Jean soutient qu’on ne peut pas parler d’implosion du consensus Montana-Pen. L’economiste dit comprendre que le Bureau de suivi de l’accord (BSA) (un autre organe mis en place par l’accord de Montana, ndlr) ait signe cette entente en vue de faire avancer les choses. Selon Fritz Alphonse Jean, cette entente a ete prise intelligemment par le BSA au cours des discussions dans le but de franchir les obstacles et accoucher une situation mitoyenne. <>, soutient l’economiste, qui croit que le BSA a pris cette decision pensant que cette option leur aurait permis de passer un cap. Le college presidentiel a ete le fruit du processus des discussions, confie-t-il.

L’accord de Montana est toujours fidele a l’idee d’un executif a deux tetes, a savoir un president et un Premier ministre, affirme l’ex-gouvernement de la banque centrale. Pour l’instant, les discussions et les negociations se poursuivent. <>, informe le president elu pour diriger la transition sur la base de l’accord de Montana.

Pour l’economiste Fritz Alphonse Jean, le niveau de desinstitutionalisation que nous connaissons actuellement bloque totalement le fonctionnement du pays. Le pays est en detresse, deplore-t-il. Une paix politique est donc necessaire, mais celle-ci depend necessairement d’un consensus entre tous les acteurs politiques et la societe civile >>, appelle l’elu du Conseil national de transition.