Gangs, crise politique et inflation mondiale: l’?conomie ha?tienne risque l’implosion

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Subventionn?e sans effets positifs sur la croissance par un gouvernement en manque de l?gitimit?, min?e par la criminalit? des gangs, l’?conomie ha?tienne se trouve aujourd’hui au bord de l’implosion face aux effets de la guerre en Ukraine.

L’essor mondial des prix des carburants intervient au pire moment pour les autorit?s ha?tiennes: la hausse des tarifs ? la pompe qu’elles avaient ordonn?e en d?cembre n’a toujours pas ?t? dig?r?e par la population.

En Ha?ti, ce march? strat?gique est r?gul? par l’?tat: pour acheter la paix sociale, les gouvernements successifs ?vitent g?n?ralement de toucher ? ce dossier sensible.

Avant celle de d?cembre, la pr?c?dente hausse des prix des carburants remontait ? mai 2017.

Depuis six mois, les litres d’essence et de diesel sont respectivement pay?s 56 centimes et 78 centimes d’euros par le consommateur.

Intenable subvention des carburants

A charge aux autorit?s de rembourser la diff?rence aux compagnies p?troli?res qui importent et vendent en Ha?ti, une note devenue trop sal?e avec la flamb?e caus?e par le conflit en Ukraine.

“Cette ann?e, ces subventions des carburants ont augment? de plus de 200%: on est autour d’un co?t de 18 milliards de gourdes”, soit plus de 153 millions d’euros, a pr?cis? l’?conomiste Kesner Pharel.

Cette somme, qui repr?sente deux fois les fonds allou?s au minist?re de la sant?, ne r?sorbe en rien la mis?re des 60% de Ha?tiens vivant sous le seuil de pauvret?.

“Cela n’aide pas sur le plan social car il s’agit d’une subvention g?n?ralis?e: on ne cible pas les gens les plus d?favoris?s”, analyse M. Pharel.

“En d?cembre, il avait ?t? ?voqu? un m?canisme pour soutenir le seul secteur du transport en commun mais, jusqu’? pr?sent, ?a n’a pas ?t? fait ? cause du manque d’efficacit? de l’?tat”, d?plore-t-il.

Et comme le pays insulaire importe cinq fois plus de denr?es qu’il n’en exporte, l’augmentation des frais du transport maritime aggrave l’inflation, qui avait d?j? franchi la barre des 25% en d?but d’ann?e.

“Nous allons souffrir de l’inflation import?e car nos principaux partenaires commerciaux, les ?tats Unis et la R?publique dominicaine, ont maintenant aussi des inflations fortes: chez nous, on pourrait atteindre 30% cette ann?e”, alerte Kesner Pharel.

Le spectre des ?meutes de la faim de 2008 plane sur Ha?ti alors que les prix du bl? flambent ?galement en raison de la guerre men?e par la Russie en Ukraine, deux premiers pays producteurs de la c?r?ale.

Farine 30% plus ch?re

“Cela commence ? affecter toute la production de biens industriels d?riv?s du bl? en Ha?ti, comme la farine ou les p?tes alimentaires, qui connaissent d?j?, depuis la guerre, plus de 30% de hausse”, souligne l’?conomiste Etzer Emile qui rappelle qu’Ha?ti importe deux fois plus de riz, bl? et ma?s qu’elle n’en produit localement.

Alors que les m?nages ha?tiens consacrent 60% de leurs revenus ? l’alimentation, selon l’institut national de statistiques, l’ins?curit? alimentaire touchait d?j? 4,5 millions d’habitants du pays, avant le d?clenchement de la guerre en Europe.

“Ce matin pour le petit d?jeuner, les enfants demandaient du pain mais on ne peut pas en acheter: m?me s’ils n’aiment pas trop, on remplace par des galettes de manioc”, raconte Mich?le, qui vit ? Port-au-Prince avec sa m?re, sa soeur et ses trois neveux.

“On ne peut plus acheter autant de riz qu’avant. D’ailleurs l?, nous n’en avons plus et on r?fl?chit ? en racheter ou non”, confesse la jeune femme.

Ces d?fis ?conomiques interviennent alors que les gangs, qui ont gagn? du territoire, siphonnent la population via les ran?ons qu’ils exigent lors des enl?vements quotidiens, commis principalement dans la capitale.

Fuite des entreprises en R?publique dominicaine

Face au racket qu’elles ont impos? aux industries, les bandes arm?es constituent un ?ni?me obstacle au rel?vement de l’?conomie ha?tienne, en r?cession depuis 2019 et qui pourrait ne cro?tre que de seulement 0,3% cette ann?e, selon les pr?visions optimistes du gouvernement.

“De plus en plus d’entreprises dans les zones difficiles, de grande violence, ferment boutique en laissant davantage de personnes au ch?mage”, constate Etzer Emile.

Ce plongeon ?conomique d’Ha?ti profite d?j? largement au pays voisin.

“Des dizaines et des dizaines d’entrepreneurs ha?tiens ont d?j? migr? en R?publique dominicaine et ici, en Ha?ti, ils tiennent uniquement leurs bo?tes ? flot”, constate avec d?pit Gr?gory Brandt, pr?sident de la chambre franco-ha?tienne de commerce et d’industrie.

“Sur l’ann?e fiscale 2021-2022, les Ha?tiens ont ainsi investi 250 millions de dollars en R?publique dominicaine”, d?plore l’homme d’affaires.

Am?lie BARON/AFP