GTS : un think tank et groupe de pression pour appuyer l’Etat dans la lutte contre l’insecurite

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le Groupe de travail sur la securite ( GTS), compose d’organisations de la societe civile, d’academiques et d’un ancien directeur general de la Police nationale d’Haiti (PNH), Mario Andresol, s’est officiellement presente au public lors d’une conference de presse, dans les locaaux du Reseau national de defense des droits humains (RNDDH), mardi 23 novembre 2021.

Ce groupe de pression et de proposition envisage de travailler avec les institutions publiques preposees a la securite et les acteurs de la societe civile pour resoudre de maniere durable le probleme de l’insecurite au terme d’un constat qui pousse a l’action, a sortir de la torpeur. Les institutions ont failli, le phenomene de l’insecurite est terrible. La population crie au secours. Des citoyens ont decide de s’engager, dans le sillage de la conference sur la securite de mai 2019 a l’Universite Quisqueya, a explique tout de go le pasteur Saint-Pierre Destine, coordonnateur de la Croisade des organisations haitiennes contre le kidnapping et la violence des gangs, membre du GTS.

Pour Pierre Esperance du RNDDH, membre du GTS, <>. Le territoire est controle par des gangs. Tous les droits des citoyens sont violes, a poursuivi M. Esperance, qui denonce, a chaque fois qu’un micro lui est tendu, la connivence entre des autorites et des groupes armes. L’une de ces resultantes dont les policiers sont de plus en plus victime depuis 2017, avec en moyenne 47 morts par annee dans les rangs de la PNH, est la <>, a soutenu le militant des droits humains.

Pierre Esperance, au sein du GTS, a pris le soin de souligner, apres une question d’un journaliste, qu’il ne milite pour aucun accord politique mais pour que les autorites en place, de facto, qui jouissent des privileges lies a leurs fonctions, a agir contre les gangs. <>, a appele Pierre Esperance. Sans detour, Ashley Laraque, ex-membre du Corps des Leopards des FAD’H a indique que le GTS est la pour <> sur les differents responsables pour qu’ils fassent leur travail. Plus loin, Ashley Laraque a estime qu’il y a une responsabilite collective a assumer dans la degenerescence de la situation securitaire du pays. <>, a soutenu Laraque, soulignant que la societe avait ferme les yeux sur le phenomene des enfants de rues. Ils etaient 50 000 en 1990. Beaucoup ont grossi les rangs des gangs ces dernieres decennies, a ajoute Ashley Laraque, soulignant la necessite d’aborder le probleme de l’insecurite dans sa dimension sociale. <>, a indique Ashley Laraque, affirmant que le GTS est un <>.

Au plan pratique, Ashley Laraque, interroge par la presse, a indique que la presentation du GTS est du concret, comme les reflexions pour placer la PNH et les FAd’H sous un commandement unifie, la levee de l’embargo pour permettre d’outiller les forces de securite. En outre, a detaille Louise Carmelle Bijoux, citoyenne engagee, operatrice culturelle, le GTS se propose, entre autres, de representer la societe civile dans toutes les reunions avec des responsables d’Etat, des institutions de pays etrangers, partenaires d’Haiti, de mettre en place un observatoire en matiere de securite publique pour pouvoir faire de bonnes recommandations, realiser une campagne pour changer les comportements et encourager la collaboration entre la population et la PNH, proposer une strategie et des actions a plusieurs niveaux pour combattre l’insecurite.

Le GTS est compose de Mario Andresol, ex-dg de la PNH, du Dr Joel Augustin, president du Front uni de la diaspora haitienne, du professeur James Boyard, professeur d’universite, Ashley Laraque, ex-leopard (FAd’H), du pasteur Saint- Pierre Destine, coordonnateur de la Croisade des organisations haitiennes contre le kidnapping et la violence des gangs, du professeur Mathias Laureus, ecrivain, chercheur a l’Universite Quisqueya, de Louise Carmelle Bijoux, operatrice culturelle et citoyenne engagee, de Pierre Esperance, directeur executif du RNDDH, de Arielle Dominique, specialiste en strategie publique, de Emmanuela Douyon, specialiste en politique publique, de Bernard Craan, homme d’affaires, de Me Jean Bonald Golinsky Fatal, syndicaliste, du Dr Prosper Charles, directeur de 1804 Institute, chercheur, professeur a Tuskegee University et l’Universite Quisqueya, du Dr Charles Tardieu, educateur et entrepreneur. Le GTS n’est pas la pour remplacer l’Etat, a precise le pasteur Saint Pierre-Destine.