Guerre des gangs : des rescapes cherchent refuge, des mairies adoptent de nouvelles dispositions

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, confie au journal un responsable de l’administration communale de la commune de l’Arcahaie. La municipalite a mis en place un bureau afin de prendre les doleances de ces deplaces que la commune accueille par dizaines chaque jour. <>, annonce ce responsable. D’autres refugies qui n’ont personne pour les heberger sont repartis dans deux camps. L’un recoit 60 personnes, l’autre 70, revele-t-il plus loin.

L’agent interimaire de Kenscoff, l’une des trois municipalites qui avaient deja pris des dispositions pour empecher que des individus malintentionnes foulent leur territoire, veut controler les eventuels locataires et ceux qui sont heberges par des proches. Joint par telephone, Jean Massillon precise qu’une dizaine de rescapes est enregistree par la mairie. Il explique que la mesure prise par sa municipalite consiste a passer au crible ces deplaces. <>, fait savoir le numero un de la commune, Jean Massillon.

Dans une note publiee le lundi 2 mai, l’administration communale de l’Arcahaie a mis en garde les locateurs et les residents de la commune de louer ou d’heberger un citoyen sans avoir informe la municipalite.

<>, peut-on lire dans la note.

Cette disposition a ete prise par la mairie de Montrouis egalement. Pour eviter d’abriter des malfrats qui profiteraient de la situation, les locateurs doivent prealablement passer a la mairie avant de louer leur maison. Tous les citoyens qui circulent dans la commune doivent etre munis d’une piece d’identite afin que des agents de l’ordre puissent les identifier. Les refractaires tomberont sous les sanctions prevues par la loi >>, lit-on dans la note publiee par la mairie de Montrouis.

Selon plusieurs sources rapportees par les Nations unies, au moins 75 personnes, dont des femmes et des enfants, ont ete tuees, et 68 autres blessees jusqu’a present. Les institutions nationales et partenaires humanitaires estiment qu’au moins 9 000 personnes ont ete contraintes de fuir leurs maisons pour se refugier dans des sites temporaires tels que des eglises et des ecoles, ou encore dans des familles d’accueil.