Haiti 70e dans le classement mondial de la liberte de la presse

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Cette annee, contrairement aux deux annees precedentes, la Republique d’Haiti enregistre une meilleure performance en matiere de la liberte de la presse a la lumiere du classement mondial de l’organisation Reporters sans frontieres (RSF). Haiti se classe 70 sur 180 pays et territoires evalues sur les conditions d’exercice du journalisme. Trois journalistes tues depuis le premier janvier 2022 n’ont pas empeche a Haiti de progresser dans le classement de l’ONG base a Paris malgre l’environnement dangereux et precaire du pays. Le RSF a mis en lumiere les cas d’intimidation et des attaques violentes perpetrees par les forces de l’ordre et par les manifestants contre les journalistes qui se sont multipliees ces dernieres annees, rendant la profession toujours plus vulnerable et stigmatisee.

Dans ce classement mondial, la republique voisine continue de gagner du terrain. Pour la 20e edition, la Republique dominicaine est classee 30e sur 180 pays et territoires. <>, a indique le RSF.

Une fois de plus la Republique d’Haiti est classee dans la zone orange qui est caracterisee par une situation problematique, alors qu’en Republique voisine la situation est plutot bonne. <>, a rappele reporters sans frontiere.

Dans ce classement annuel, le Costa Rica, classe 8e, occupe la meilleure place dans la region. Ensuite viennent la Jamaique 12e et la Trinite-et-Tobago 25e. Le Canada se classe a la 19e position, la France 26e, les Etats-Unis 42e loin le derriere

Le trio de tete des pays nordiques – Norvege, Danemark et Suede, qui reste, selon le RSF, le modele democratique ou s’epanouit la liberte d’expression

Publie chaque annee depuis 2002 a l’initiative du RSF, le classement mondial de la liberte de la presse permet d’etablir la situation relative de 180 pays et territoires en matiere de liberte d’information. La methodologie du classement s’appuie sur leurs performances en matiere de pluralisme, d’independance des medias, d’environnement et d’auto-censure, de cadre legal et de qualite des infrastructures soutenant la production de l’information.